29 novembre 2023
spot_img
AccueilA la uneDes bombes sur Gaza, des larmes sur écran 

Des bombes sur Gaza, des larmes sur écran 

Gaza
Les hôpitaux sont dépassés par le nombre de victimes des bombardements israéliens

Cette métaphore invite à une réflexion profonde sur notre rôle en tant que témoins passifs de ces événements En décrivant la brutalité de la pluie de bombes sur Gaza, la métaphore met en lumière la réalité impitoyable et traumatisante des conflits modernes, où les civils sont pris au piège dans un cycle incessant de violence destructrice.

Enfin, en déconstruisant l’image de la pluie de bombes sur Gaza, cette métaphore nous pousse à repenser notre rôle en tant que citoyens du monde. Elle souligne l’importance cruciale de l’engagement civique, du plaidoyer et de la participation active pour provoquer un changement significatif dans la résolution des conflits et des crises humanitaires mondiales.

D’un côté, la pluie de bombes symbolise la terreur, la destruction et la douleur insoutenable qui subissent les populations civiles prises au piège. D’un autre côté, le fait de verser des larmes sur écran souligne la réponse souvent passive

Cette métaphore incite à réfléchir sur notre propre rôle en tant que spectateurs passifs, capables d’exprimer des émotions face à des tragédies lointaines tout en restant largement inactifs. Elle soulève également des questions sur le rôle des médias et de la technologie dans l’hypocrisie des Etats et l’indifférence des peuples

En décrivant la pluie de bombes sur Gaza, la métaphore met en lumière la réalité impitoyable et traumatisante des conflits armés modernes, où les civils sont souvent pris au piège dans un cycle de violence sans fin. Elle souligne également la vulnérabilité des populations civiles face aux tactiques de guerre destructrices, mettant en évidence l’impact dévastateur sur les vies humaines et les communautés entières. Elle met également en évidence le traumatisme persistant qui affecte de manière disproportionnée les enfants, les malades, les invalides, les femmes enceintes

- Advertisement -

Enfin, en déconstruisant l’idée de la pluie de bombes sur Gaza, cette métaphore nous pousse à repenser nos propres rôles en tant que citoyens du monde. Elle souligne l’importance de l’engagement civique, du plaidoyer et de la participation

Elle met également en lumière la nature éphémère des émotions suscitées par les médias, impressionnantes comment les larmes versées virtuellement peuvent rapidement être oubliées ou remplacées par d’autres événements. D’ailleurs, pourquoi se plaindre, c’est la machine qui tue, l’homme n’y est pour rien, il n’a fait qu’appuyer sur un bouton. Il ne voit pas la mort en direct mais sur écran le soir assis devant son écran. Un écran tout en couleurs. Il n’est plus noir ou blanc comme l’enfer et le paradis. La mort n’a jamais enfanté la vie nous dit-on. Personne n’est revenu de l’au-delà pour nous le confirmer.

En fin de compte, la deuxième partie de la métaphore nous rappelle la nécessité d’un engagement actif et d’une responsabilité collective pour faire face aux défis mondiaux. Elle appelle à une réflexion sur la façon dont nous percevons et réagissons aux événements mondiaux, soulignant l’importance de passer de la passivité à une action significative.

En poursuivant l’exploration de la deuxième partie de la métaphore, il est crucial de reconnaître la nécessité de passer de la passivité à l’action significative en faveur des questions humanitaires et des défis mondiaux. La métaphore souligne que verser des larmes sur un écran ne suffit pas à résoudre les problèmes complexes auxquels le monde est confronté. Elle met en évidence la nécessité d’un engagement actif et concret pour susciter un changement réel et durable.

Elle souligne également l’importance de l’éducation et de la sensibilisation continue pour encourager une compréhension approfondie des enjeux mondiaux et pour inciter à une action informée et réfléchie. La métaphore appelle à un éveil des consciences sur les défis humanitaires et à une mobilisation collective pour soutenir des initiatives qui visent à prévenir les conflits, à fournir une aide humanitaire et à promouvoir la justice sociale.

En soulignant les larmes versées sur écran, cette métaphore nous pousse à réfléchir à la manière dont nous pouvons transformer notre compassion en un catalyseur pour le changement positif. Elle appelle à une participation active dans des initiatives de secours, des programmes de sensibilisation et des actions de plaidoyer pour faire avancer les droits de l’homme, la paix et la justice dans le monde.

En définitive, la deuxième partie de cette métaphore nous encourage à passer de la simple réaction émotionnelle à un engagement actif et réfléchi en faveur des questions mondiales. Elle nous rappelle que chacun de nous a un rôle à jouer dans la construction d’un avenir plus juste et plus équitable pour tous, et elle met en évidence l’importance de transformer nos émotions en actions significatives pour un impact réel et positif dans le monde.

Cette métaphore appelle à une introspection profonde sur notre rôle en tant que témoins du monde, nous incitant à repenser notre engagement et notre responsabilité envers les questions humanitaires.

Enfin, elle souligne la nécessité impérieuse d’une transformation de nos émotions en actions significatives, d’un éveil de conscience en faveur d’un changement constructif et durable. Cette métaphore appelle à un engagement actif et responsable pour bâtir un monde, un monde où les machine qu’on appelle des humains et des humains transformés en chair à canon. Des canons qui n’ont rien de canoniques. D’ailleurs, ils ont la même couleur. La couleur rouge de l’enfer et a couleur verte du paradis. Evidemment le ciel reste bleu comme l’étoile de David. Une étoile protégée par les étoiles des Etats-Unis ou plutôt des Nations Unies. Unies pour assister comme spectateur à la fin de l’humanité.

Dr A. Boumezrag

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. Je cite: « … Une étoile protégée par les étoiles des Etats-Unis ou plutôt des Nations Unies. Unies pour assister comme spectateur à la fin de l’humanité.  » –
    Vous delirez mister !!!
    Dans tous les foyers, il y a un mari, dit « la tete du foyer, » la femme « la faiseuse du foyer, » et les « enfants. »

    Puis, il y a cette notion de DIVORCE. Et la baba et la mama peuvent l’initier ! – Pas chez Jouifs ni les Musulmans, mais chez les autres !!! Quels autres? Ceux-la qui ont pris la peine de lire et reflechir les dires et ecrires de quelqu’un.

    Quelqu’un de chez-nous, a pose’ et presente’ cette theorie de « Libre Volonte’ « , que je doubt que vous aillez jamais lu ou encore reflechi. Elle traite de cette notion de Decide’s qui renvoient/virent le decideur, c.a.d. la MAMA QUI DIVORCE DU BABA. C’est aussi social, religieux que politique et meme business !!!

    Vous etes probablement de ceux qui prechent et reclament la « democratie » en Algerie, voir dans le monde dit « Arabe, » mais qui s’offosquent ou s’enervent a l’ide’e d’un nettoyage de la culture… voir une vaccination, contre le virus qui abat ce que vous appelez la « communaute’  » et protegent ces notions de « solidarite’  » – des termes qui resonnent « mesquinerie » et « saloperie » voir virus, dans mon lexique.

    Une autre question a mediter est celle-ci: Comment assurez-vous qu’un bebe’ ne deviendra pas un mesquine?
    Les toubibes disent qu’il faut les laisser pleurer, dans leur chambre quand ils gueulent reclamant l’attention de maman.

    Ecrans? Sur votre ordinateur, changer de page, face a la tele, changez de channal.

  2. Cher Monsieur,
    J’ai bien effectué une introspection profonde sur mon rôle en tant que témoin dans cette histoire tragique : je vois une population cherchant à se libérer en confiant cette tâche à un mouvement tyrannique le Hamas. Si demain, son rêve se réalise, je vois d’ici tous ces palestiniens qui passeraient leur nuit devant les portes de l’ambassade d’Israël pour demander un visa afin de fuir l’enfer dans lequel ils ont été pris en otage. Par ailleurs, je ne sais pas si ces Palestiniens sont vraiment des otages des fanatiques musulmans ou bien nous sommes tout simplement en train d’assister à un suicide collectif d’adultes noyés dans une bigoterie entrainant dans leur sillage mortifère des innocents qui sont leur propre progéniture.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Mémoire d’un Oranais (7) Ces visages du bord de la route

Le temps avait fait son labeur par de profonds sillons sur le visage en même temps qu’ils en traçaient  dans leurs champs. Appuyés sur...

Les plus populaires

Commentaires récents