31 janvier 2023
spot_img
AccueilIdéeDes gouvernants donneurs de leçons de morale !

Des gouvernants donneurs de leçons de morale !

Propagande :

Des gouvernants donneurs de leçons de morale !

Par messages lus par d’autres, à la télévision, à la radio, lors de leurs visites de travail, bref, partout, les gouvernants algériens préfèrent donner des leçons de morale et avertir leurs compatriotes, en lieu et place d’une explication convaincante sur leur échec patent dans la conduite des affaires du pays.

Dans son dernier discours, le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, a parlé de tout, sauf de l’essentiel : comment en est-on arrivé là. Il a parlé notamment de ce qui été réalisé depuis le début de ce nouveau siècle, c’est-à-dire lors de ses quatre mandats successifs, en omettant sciemment de reconnaître qu’il a débouché sur une impasse qu’il compte dépasser sur une planche à billets.

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, lui, adore visiter des villes et villages de l’intérieur du pays, en prenant le soin, toutefois, d’annoncer la date et l’itinéraire de sa visite à qui de droit deux ou trois semaines à l’avance, les mauvaises surprises n’étant pas les bienvenues. Pour l’anecdote, des cadres, des agents et des ouvriers ont travaillé pendant deux semaines, nuit et jour, pour préparer sa dernière visite dans des localités de la wilaya de Bouira.

- Advertisement -

Et que dit Noureddine Bedoui quand il parle ? Il dit qu’il y a deux lignes rouges à ne pas dépasser : la sécurité et la stabilité. Tout un programme ! Dans notre pays, il y a des gens qui dépassent les lignes rouges et osent avertir les autres sur un éventuel dépassement de ces mêmes lignes. Paternalisme quand tu nous tiens !

Quant à Ahmed Gaïd Salah, le chef d’état-major et non moins vice-ministre de la Défense, il ne rate aucune occasion, et Dieu sait qu’il en a eu des occasions ces jours-ci, pour nous rappeler les missions constitutionnelles de l’Armée nationale populaire (ANP) et ses sacrifices dans la protection des frontières algériennes, comme si nous étions des cancres à qui il faudrait répéter plus d’une fois la leçon.

Mais c’est incontestablement au « docteur » Djamel Ould Abbès, secrétaire général du FLN à ses heures, que revient la palme dans ce domaine. Au lieu d’aller couler sa retraite dorée dans un coin tranquille de l’Algérie profonde, ou à l’étranger comme beaucoup de ses homologues, cet octogénaire se ridiculise et ridiculise en même temps tout un pays. N’a-t-il pas par exemple pronostiqué une première fois avant de confirmer quelques mois plus tard son pronostic sur les capacités d’Abdelaziz Bouteflika de remarcher sur ses pieds ?

Le  jour où les Algériens auront des gouvernants qui aiment travailler au lieu de donner des leçons de morale et des avertissements, là on aura entamé la marche vers l’émergence. En attendant, on continue à s’empêtrer dans la dèche et la déchéance.

 

Auteur
Ahcène Bettahar

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Nationalité française pour les Algériens : le vrai et le faux !

Ne nous voilons pas la face ! Après soixante années d’indépendance confisquée, la nationalité française constitue le Graal dont rêve la majorité de nos...

Les plus populaires

Commentaires récents