25 mai 2024
spot_img
AccueilA la uneDétenus d’opinion maltraités, une avocate tire la sonnette d’alarme

Détenus d’opinion maltraités, une avocate tire la sonnette d’alarme

Kamira Nait Sid
Kamira Naït Sid comme de nombreux prisonniers politiques est victime de maltraitance, selon Me Alili.

« Affligée et attristée par les témoignages frappants des détenus d’opinion auxquels j’ai rendu visite aujourd’hui à la prison de Koléa, écrit Me Alili dans un communiqué rendu public ce mardi 31 janvier. L’avocate indignée alerte l’opinion publique.

La situation des détenus d’opinion et politique est très alarmante. Aux procès arbitraires s’ajoutent de mauvais traitements dans les prisons. De nombreux détenus d’opinion sont victimes d’intimidation, de brimades multiples et de « pratiques de bas étages », écrit Me Alili, une avocate courageuse qui a tenu à tirer la sonnette d’alarme. « La tristesse et la colère devant une situation de détresse sont visibles sur les visages des détenus. La sonnette d’alarme doit être tirée », affirme Me Yamina Alili.

Elle donne quelques noms de prisonniers d’opinion subissant des maltraitances dans la prison : Kamira Nait Sid, Sifouène Wissam, Hamzi_Lounes, Hammoum Ferhat, Belkacem Mourad, Boubeki Malek, Hadj Hakim, Malloum Lounis, Mamou_Sifax, Ziane Yuba, Hamitouche Walid, Addar Nabil, Bouaziz Aït Chebib et autres.

« Les pratiques de bas étages en contradiction flagrante avec les conventions internationales ratifiées par l’Algérie sont pratiquées à l’intérieur de l’établissement pénitencier », dénonce Mme Alili.

« Les détenus racontent qu’a chaque instant, leurs affaires sont fouillées de manière barbare. Et ils le jettent par terre et le mélangent. Il est difficile pour chacun des détenus de connaître ses affaires pour les récupérer et les ranger. La nourriture servie aux détenus ne répond à aucune norme de respect à la dignité humaine. La non-programmation des procès amplifie d’avantage cette situation stressante et affecte sérieusement le moral des détenus », détaille Me Alili dans son communiqué de dénonciation qui sonne comme un cri de colère contre l’arbitraire qui règne dans le pays.

- Advertisement -

L’avocate annonce que « Bouaziz_Ait_Chebib est transféré à la prison Saïd Abid de Bouira le 28 janvier, après deux jours de son procès criminel programmé à Sétif le 26 janvier dernier ».

Le détenu Sofiane_Mohdeb nous à fait part de son insolite mésaventure concernant ses lettres écrites à ses amis et sa famille en langue française.

Elle poursuit : « Interpelé par l’administration qui lui a intimer l’ordre d’écrire en langue nationale, Sofiane Mohdeb a exécuté la doléance de l’administration de suite. Il a rédigé sa suivante lettre en langue tamazight ».

Puis elle ajoute : « Et sa grande surprise, l’administration de la prison revient vers lui pour l’autoriser d’écrire en français parce que, tenez vous bien, les agents ne maîtrisent pas tamazight… », écrit cette avocate très engagée au côté des détenus politiques et d’opinion.

« Tant de détails et de tristes anecdotes qui font que la situation des détenus politiques et d’opinion se dégrade de plus en plus à l’intérieur de cet établissement », conclut Me Alili Yamina.

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents