18 août 2022
spot_img
AccueilIdéeÉgalitarisme et langues berbères

Égalitarisme et langues berbères

 

Langues berbères

A travers le monde, la plupart des langues n’ont pas d’académie et elles s’en portent très bien ! L’exemple le plus parlant est l’anglais ! Le français est, en réalité, une exception avec  sa si prestigieuse académie ! Les langues berbères sont-elles obligées de s’aligner sur l’exception, comme on a tenté de le faire pour l’arabe officiel ?

L’Académie a écrasé toutes les langues de France qu’elle a reléguées  au stade de « patois » et qu’elle a castrées pour des siècles ! Il faut donner leur chance à nos langues régionales – le chaoui, le mozabite, le chenoui etc. pour que chacune puisse survivre et prospérer dans la liberté et  la diversité !

L’égalistarime berbère, cette égalité intégrale  des Berbères entre eux a toujours nui à la marche de nos pays pour leur en entrée dans l’histoire et dans la modernité. Cet égalitarisme néfaste veut que  tous les gens soient logés à la même enseigne :  aucune tête ne doit émerger au-dessus des autres, tout doit être nivelé, très souvent par le bas. Il faut à tout prix éviter de reproduire cette tare dans le travail pour la survie de nos langues. Dans cette ultime étape, il   faut rester lucides et savoir raison garder.

- Advertisement -

Pour contribuer à l’émergence et  au développement de nos langues, sans arrière pensée négative, si j’avais le pouvoir de décision, si j’étais le chef de l’état, voilà comment je pocéderais  dans le cadre de mes  prérogatives.

Puisque  la création de l’académie nationale de la langue amazigh est subodorée dans cette nouvelle constitution, si j’avais le pouvoir de décision,  je ferai tout  pourqu ‘elle ne  tombe pas sur nos langues comme une massue, un instrument de nuisance ou de répression.

On peut d’ores et déjà classer les langues amazighes d’Algérie en 5  groupes assez proches les uns  des autres .

1°) L’amazigh de l’Est (tamaziɣt usammer)

2°)  L’amazigh du Centre (tamaziɣt talemmast)

3° ) L’amazigh du Sud  (Tamaziɣt n wunẓul)

4°) L’amazigh  du Grand-sud (Tamaziɣt n wunẓul ameqqran)

5°) L’amazigh de l’Ouest (Tamaziɣt umalu)

L’amazigh de l’Est (tamaziɣt usammer) regroupe les variantes pratiquées  daans  l’Est algérien (langue tacawit, et les parlers de l’ex-Petite Kabylie de Collo)

L’amazigh du Centre (tamaziɣt talemmast) regroupe la langue kabyle et celles autour d’Alger, Tacenwit, parlers de l’Atlas blidéen de Médéa jusqu’à la mer.

L’amazigh de l’Ouest (Tamaziɣt umalu)  regroupe  ce qui reste des parlers des régions allant de l’Ouarsenis, Tlemcen jusqu’au Maroc.

L’amazigh du Sud algérien (Tamaziɣt n wunẓul) regroupe la langue mozabite, et ce qui reste des parlers amazigh sahariens, Ouargla, Béchar, Naama, etc.

L’Amazigh  du Grand Sud regroupe le Touareg  dans ses variantes.

Si  j’avais le pouvoir de décision, je décréterais que  chacun des 5 groupes de langues aura sa propre institution académique.

Chacune de ces 5 institutions académiques  sera composée  de gens de lettres connues et reconnus. A titre posthume, en signe de reconnaissance et de gratitude  de la part de l’Etat qui les toujours injustement ignorés sinon persécutés. seront membres d’office les personnalités décédées qui ont œuvré toute leur vie pour promouvoir la langue, pour la faire.

Seront membres de ces institutions les gens de lettres reconnus par leurs pairs pour leur persévérance, leur connaissance de la langue, pour leur activité créatrice de bonne facture.

Les scientifiques ne seront pas forcément membres de ces institutions. Ils auront  à leurs dispositions des laboratoires de recherche dans leurs universités respectives. Ces scientifiques s’ils ont fait montre de création littéraire ou artistique  pourront  être membres de ces institutions.

Les linguistes et autres scientifiques n’ont jamais fait les langues ! Nulle part au monde ! Ce sont les poètes, les écrivains, les gens de métier, les locuteurs, les parents (surtout les mamans) qui font les langues, pas les linguistes dont la science est de les analyser, les étudier. Cessons d’alimenter une chimère de plus ! La langue idéale pour le linguiste est la langue morte !

Si  j’avais le pouvoir de décision, je décréterais la création de 5  institutions académiques :

L’institution académique amazigh de l’Est

L’institution académique du Centre

L’institution académique de l’Ouest

L’institution académique du Sud

L’institution académique du Grand sud

Comme je n’ai pas la moindre parcelle de pouvoir, ni la moindre possibilité de décision, je rappelle à ceux qui les détiennent que grace au travail de toute une chaîne séculaire d’amoureux de la langue, tamaziɣt,  surtout dans sa variante  kabyle, s’est « dé-dialectisée » depuis des générations ! Certaines oeuvres produites dans cette langue pourraient être classées au patrimoine mondial, s’il y avait une volonté et une puissance derrière !  Malheureusement, il y a des forces qui  remettent à chaque fois les jantes à plat, les compteurs à zéro pour tout recommencer en encore et encore !  Depuis quelques années, les mots de fixation-standardisation-redressement-aménagement font peur aux amoureux de la langue !  Ces mots ont fini par horripiler  les gens sincères et dévoués ! Les milliers de citoyens ont signé des pétitions pour l’officialisation ! Ce sont les mêmes qui paniquent ! Il ne faudra pas baisser la garde ! Il ne faut pas s’inquiéter outre mesure! Le travail continue ! Ne perdons plus de temps !

Amar Mezdad, médecin, écrivain

 

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

  1. Je pense qu’il faut, avant tout, élaborer une grammaire pour la langue Berbère. Toutes les langues internationales connues (Arabe, Français, Anglais, Italien, Espagnol, etc.) en ont. Il parait qu’un Français est entrain de se pencher sur cette question. Etrange pour un Peuple millénaire !

  2. Ce monsieur, qui passe une grande partie de son temps à se quereller sur Facebook, est supposé savoir écrire correctement en Tamazight, mais il n’en est rien.
    Par exemple: « Tamaziɣt usammer » au lieu de « Tamaziɣt n usammer », « Tamaziɣt umalu » au lieu de « Tamaziɣt n umalu ».
    Et pourtant, il écrit « Tamaziɣt n wunẓul ».
    Quant à la dénomination « Tamaziɣt talemmast » (Tamazight moyenne), elle est mal formée. Ce serait plutôt « Tamaziɣt n Ugafa Alemmas » (Tamazight du Centre-Nord) qui conviendrait.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Plus de 40 morts dans l’incendie d’une église au Caire

Un incendie déclenché ce dimanche 14 août durant une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la...

Les plus populaires

Commentaires récents