18 août 2022
spot_img
AccueilIdéeNos casse-têtes linguistiques ne sont pas nouveaux !

Nos casse-têtes linguistiques ne sont pas nouveaux !

Mausolée de la Maurétanie

Notre présent, dit un grand chercheur du terroir, n’est que le reflet authentique de notre passé ! Qui peut dire mieux ? Personne sans doute.

De tout temps, le latin et le punique furent les deux langues en usage dans la Numidie antique. Le berbère, langue de la plèbe, fut relégué en seconde zone comme une langue vernaculaire, absorbée par l’oralité. Un phénomène historique quasiment inexplicable que le philosophe iranien « Daryush Shaygan » appelle « syndrome de l’éphémère ».

Autrement dit, rien n’explique, par exemple, que les œuvres d’Apulée de Madaure, celle de Saint Augustin et de Juba II pour ne citer que ces trois monuments littéraires de la Tamazgha soient écrites en latin. Et puis, pourquoi le roi Massinissa lui-même, pourtant considéré à son époque comme le fondateur de la Numidie, a officialisé le latin, puis le punique comme langues du Royaume, au gré de ses alliances avec les Romains et les Carthaginois ? Et pourtant, tous les signes extérieurs d’un Etat existaient : monnaie, armée, diplomatie, sauf la langue officielle qui demeure « étrangère » (latine ou punique). Mystère!

Les aguellids (rois) amazighs étaient-ils à ce point fascinés par les étrangers pour oublier, sinon effacer leur propre langue de l’usage officiel?

- Advertisement -

Ce vide historique ne saurait être compris, sur le plan anthropologique, que comme une « absence cruelle de civilisation matérielle ». Cela dit, tout notre héritage culturel était d’ordre immatériel (contes, histoires, rites, coutumes, etc). Ce qui correspond par exemple aux royaumes de l’Afrique subsaharienne où l’oralité fut un fondement essentiel de civilisation.

Toutefois, quand on voit les fresques écrites en tifinagh au grand Sahara, on se rend bien à l’évidence que ce constat pèche par défaut. Il y eut bien civilisation, une civilisation berbère probablement très prospère, mais oubliée, abandonnée et surtout dénigrée par les siens, à la faveur des invasions successives subies depuis des millénaires.

Une chose étant sûre : si la langue berbère (tamazight) a pérennisé au fil du temps et jusqu’à nos jours, c’était surtout grâce à la femme, gardienne de la culture et de la langue ancestrale.

L’élite, les officiels, les historiens et la masse des chercheurs locaux ont été frappés d’un vrai complexe d’infériorité vis-à-vis de la culture des autres, perçue comme source du savoir, de la connaissance et de la civilisation.

Un cas symptomatique dénotant d’une honte-haine de soi, qui s’est transformée au cours des siècles en « taba’iya » (suivisme maladif des autres selon le concept d’Ibn Khaldun), jusqu’à menace d’extinction civilisationnelle définitive de la langue-mère.

Notre oscillation paradoxale et assez pathétique entre Occident (langue française actuellement qu’on veut remplacer par l’anglais/ latine à l’époque prise surtout comme langue officielle et liturgique) et Orient (la langue arabe classique importée d’un Orient perçu comme mythique et si différente du parler algérien local/le punique à l’époque, prise à la fois comme langue commerciale et diplomatique), ne résulte-t-elle pas de ce problème-là ? Toute la question est là, décidément !

Kamal Guerroua

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Maroc : les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic

Vahid Halilhodzic n'est plus depuis le 11 août le sélectionneur de l'équipe nationale du Maroc qu’il a, pourtant, qualifié à la coupe du monde. Le...

Les plus populaires

Commentaires récents