26 février 2024
spot_img
AccueilA la uneEl Bayadh : l'activiste Ayoub Chahtou condamné à 3 ans de prison...

El Bayadh : l’activiste Ayoub Chahtou condamné à 3 ans de prison ferme

Ayoub Chahtou
Ayoub Chahtou subit l’arbitraire

Terrible verdict pour le jeune Ayoub. Le tribunal criminel de première instance d’El Bayadh a condamné l’ex-détenu d’opinion Ayoub Chahtou à 3 ans de prison ferme, rapporte le Cnld.

L’ex-détenu d’opinion, Ayoub Chahtou, a été condamné dimanche 26 novembre, par le tribunal criminel de première instance d’El Bayadh à 3 ans de prison ferme avec mandat de dépôt à l’audience et à 100 000 dinars d’amende, ajoute la même source.

Il avait comparu le 15 novembre 2023, devant le tribunal criminel de première instance d’El Bayadh après son audition le 14 mai 2023, dans le fond par le juge d’instruction près du tribunal d’El Bayadh, qui a décidé de le placer sous contrôle judiciaire.

Ayoub Chahtou fait l’objet de harcèlement judiciaire et il est sous le coup de plusieurs procès, de condamnations et de poursuites.

Il a été notifié il y a quelques semaines de s’acquitter d’une amende de l’ordre de 42 000 dinars.

- Advertisement -

Ayoub Chahtou, a été condamné le 23 octobre 2022, dans une autre affaire, à 6 mois de prison ferme et à une amende de 20 000 dinars. Poursuivi pour  » outrage à un corps constitué »، il a été déjà condamné dans cette affaire par contumace le 03 juillet 2022 à une année de prison ferme… La justice attendra.

D’autres procès 

A Bejaia, le parquet près de la cour a requis l’aggravation de la peine à l’encontre de Mustapha Akkouche, Ferhat Ait Djoudi et Lyes Ath Yelha. L’affaire est mise en délibéré pour le 10 décembre 2023, précise le Cnld.

La date du procès de l’universitaire, Kamel Aissat, est désormais connue, souligne le Comité national pour la libération des détenus. L’audience est programmée pour le 3 décembre 2023, devant la section correctionnelle près du tribunal de Béjaia.

Le pôle pénal spécialisé près du tribunal de Constantine statuera demain, le 28 novembre 2023, sur la demande de mise de liberté provisoire introduite par les avocats du journaliste Mustapha Bendjama.

Quelque 200 prisonniers d’opinion croupissent dans les prisons algériennes. L’affaire la plus emblématique de l’arbitraire qui sévit dans les tribunaux reste les très lourdes condamnations, dont la moitié à la peine capitale, prononcées dans l’affaire du lynchage à mort du jeune Djamel Bensmaïl à Larbaa Nath Irathen. D’ailleurs les familles de ces condamnés sont mobilisées depuis plusieurs semaines pour réclamer un procès équitable. Elles ont appelé à une grève générale en Kabylie pour jeudi prochain.

L.M.

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici