5 juillet 2022
spot_img
AccueilChroniqueEst-ce que le monde arabe est prêt à tuer Dieu ?

Est-ce que le monde arabe est prêt à tuer Dieu ?

C’est le récit d’un bout de linge qui chiffonne le monde arabe. L’histoire à peine croyable, d’un lynchage national dont est victime l’actrice égyptienne, Mona Zaki, pour avoir enlevé sa culotte dans une adaptation cinématographique de la comédie italienne, Perfetti sconosciut. Du geste, on ne perçoit rien. Pas une miette de peau. On déduit simplement l’objet de l’indignation, dans une main de femme, qui le met rapidement dans un sac.

Cette scène (insignifiante sous d’autres cieux), de l’unique production arabe de Netflix, a suffi, à elle seule, à soulever l’ire de tout un peuple, et jeter, sur les boulevards du net, des milliers d’émeutiers numériques en convulsion. Du Koweït au Qatar, en passant par la Palestine, l’Iraq et l’Égypte, la meute hurle des clics enragés. Souvent, sans avoir vu le film, se fiant aux ouï-dire, au fameux téléphone arabe, de plus en plus rapide, et de moins en moins intelligent. La machine infernale des réseaux sociaux s’est mise en branle comme une moissonneuse-batteuse. On a fait feu de tout bois, du moindre pixel de l’épiderme féminin. Le film bouscule, en effet, quelque peu les mœurs. Il se précipite, de facto, dans un bourbier à tabous, car il met en scène des femmes non voilées, parlant d’adultère, d’homosexualité et de sexualité de jeunes filles. Bref, une abomination pour tout fondamentaliste qui se respecte. La hchouma, pour mieux le dire en « français » !

En parallèle, d’autres brasiers enflamment la toile, et des voix s’élèvent pour que le mari de Mona Zaki, lui-même acteur, la répudie ! Qu’on ne s’étonne surtout pas : cette pratique est largement utilisée afin de mettre à l’épreuve la « Zhommitude » des mâles musulmans, gardiens du temple et vigiles aux portes de la vertu. On a tous en tête le tube de l’été algérien de 2018 : « Si tu es un homme, voile ta femme ». Ryad Mahrez, richissime footballeur de Manchester City, et accessoirement joueur de l’équipe de Palestine, n’y échappe pas. Il est continuellement interpellé par ses « mœurs-brigadiers-followers », afin de voiler sa nouvelle épouse, le mannequin britannique Taylor Ward. On ne manque, d’ailleurs, aucune occasion, d’appeler le couple à la retenue, en leur qualité d’ambassadeurs du monde musulman ! Et notamment, lorsque la belle Ward « ose », encore, poser en bikini ou poster ses échographies de grossesse en maillot de bain. (Re) la hchouma ! Les talibans du Net, tels des gamins qui ne savent pas distinguer leurs orteils des seins de leurs mères, se (ré) offusquent… et convulsent ! Encore !

De telles immondicités se produisent par millions dans les plis oubliés de la galaxie d’Allah. Dans ses villes et villages. Dans ses balafres de douars. Dans ses familles, entre amis et voisins-germains. Dans la mêlée d’une fratrie dévote. Cet œil collectif liberticide et inquisiteur pèse sur tout le monde. Il s’érige en système castrateur. Il est constamment braqué sur vous, voit tout, dénonce, jalouse, censure, épie, juge, lapide ou exécute. Pour le non-conformisme d’un mot. Pour une pensée qui s’égare. Pour une parole qui blesse le récit canonique. Pour une jupe jugée trop courte, des cheveux qui volent ou l’audace d’un baiser. Pour des bouches qui boivent ou des lèvres qui frôlent des glaces sans se cacher. Pour les rumeurs d’un amour tu. La société fait le guet pour son Dieu, se substitue à lui, le remplace, lui succède. Elle tient la comptabilité des hassanates, envoie au bagne ou au paradis. C’est un califat sans Calife, où chacun est, à la fois, sujet et dieu, Azraël et Gabriel. C’est le dernier stade de l’évolution du dévot : l’Homo-Deus-Daech. Celui qui sait et accomplit les volontés d’Allah. L’islamisme n’est pas une pathologie filiale. Elle peut s’attraper sans prévenir. Là où l’esprit est défait. Par medersas ou métaverses. Par le livre ou le live, les tablettes d’argiles ou numériques. Et les technologies qui servent à créer des ponts creusent aussi des fossés et des tombes.

Notre siècle est un multivers, où se côtoient deux mondes en déphasage temporel. L’un, ancré dans l’hégire et l’autre écrivant son millénaire. L’un désirant rejoindre son passé et l’autre préférant conquérir le futur et les étoiles. Deux visions rivales, connectées par des vortex en fibre optique, où naviguent, simultanément, le pire de l’homme et son meilleur, l’audace et l’immobilisme, les innovations et les archaïsmes, le désir de vivre et celui de mourir.

- Advertisement -

Le Daech-land se complaisait, jusque-là, à rester en marge du monde. Mais la transmutation par perfusion ADSL le rattrape et l’oblige à l’interaction et aux réponses. Il accueille l’internet, comme jadis, il recevait l’imprimerie, c’est-à-dire, dans la méfiance et le rejet. Et même s’il en tire, astucieusement, quelques profits, il y reste globalement réfractaire. Il ne voit, dans cette technologie, à quelques exceptions près, qu’un moyen d’innover en matière de prosélytisme téléchargeable, d’endoctrinement en streaming, de jihad-Tik-Tok, fatwa-tweet, insulte-insta et crachats-story. Le monde binaire, du halal-haram se sent agressé et fragilisé par cet interminable flux de questions et d’idées nouvelles en térabytes, auxquels, il n’apporte aucune réponse rationnelle. Et c’est pour cela qu’il réagit, parce qu’il panique, par la violence, fanatisme, extrémisme et repli sur soi. En réalité, ce monde craint de s’éteindre parce qu’il n’a rien de raisonnable à opposer à sa phobie de la liberté, excepté ses quelques sombres et désuètes croyances. Et tant qu’il n’en prendra pas conscience par lui-même, le monde islamique se sentira toujours obligé de mourir et de tuer pour sauver ce qui lui reste de Dieu !

Hebib Khelil

ARTICLES SIMILAIRES

39 Commentaires

  1. Mahrez n’est certainement pas une référence en matière de vie conjugale! il n’y a pas si longtemps il était le cocu le plus célèbre de Grande Bretagne ! les magazines anglais ne manquaient pas un jour sans exposer les aventures de son épouse avec le boxeur Deontay Wilder! les infidélités conjugales sont quelque chose de banale dans la société occidentale! à un point où de nombreux enfants ne connaissent pas leur vrai père celui-ci étant souvent un voisin, un ami de la famille, un collègue de travail ou un homme rencontrer dans la rue! en France environ 15% des enfants sont adultérins! et 40% ne grandissent pas avec leur géniteur! en matière de filiation les arabes sont traditionalistes les liens du sang sont très importants (el asl), les arabes sont des gens moraux en matière de mœurs! même suggérer, enlever sa cullote pour une femme relève de l’indécence caractérisée et même en Occident il y a seulement quelque décennies en France c’est Brigitte Bardot qui a osé pour la première fois à la fin des années 50 se mettre en maillot de bain pour le cinéma. Pouquoi Taylor Ward expose-t-elle son corps et ses échographies? tout simplement pour satisfaire le voyeurisme malsain d’une partie de la population et qui paye pour cela! le capitalisme ne connait pas de morale! tout est bon pour faire de l’argent même le plus sordide! alors oui à la liberté mais pas à n’importe quel prix!

  2. Iben moua je trouve que H.K va encore plus loin que Madani qui lui si ma mimawar est bonne n’a pas été si loin jusqu’à suggérer de tuer Dieu soubhanouhou ta3ala.

    Et encore , s’il lui suffisait de s’attaquer a Dieu on lui aurait passé ce blasphème, parce qu’il ne joue pas au foot, et que ce n’est pas un fennec. Mais Mahrez , Le Dieu du foot , vous rendez-vous compte ?

    • Ça me rappelle une anecdote. Sur un mur le graffiti suivant: Dieu est mort, signé Nietzsche. Un passant rectifie par : Nietzsche est mort, signé Dieu !

      Le monde arabe est mort depuis l’an 622 ! Ce n’est pas Dieu qui l’a trucidé mais l’homme de la grotte Hira !

  3. Moi qui est libertin , je n’ose pas exposé ma femme de la sorte . Une personnalité tel que Mahrez doit protéger sa vie privé . Je m’en tape de la morale des arabes ; plus vicieux que ces gens tu meurs .Une anecdote : j’ai eu l’occasion de travailler en Arabie Saoudite ,faisant connaissance avec un Saoudien Cadre ; quelque jour avant mon retour ; il me demande discrètement à mon retour pour une prochaine mission est-ce que je peux lui ramener une poupée gonflable . Je vous avoue qu’une femme avec le fichu sur la tête m’éxcite beaucoup plus qu’une femme sans ; plus c’est caché et plus mon phantasme déborde d’imagination ; allez voilà j’ai tout dit et t’en pie pour la morale . Azul

  4. Iben moua je pense que toute ces lubies déicides sont aussi vaines que désespérées, pour la bonne raison que d’autres ont essayé sans résultat, sinon le judaïsme et le christianisme auraient complètement disparus sous les coups de boutoirs de Nietzesche , Marx, Freud, et surtout des matérialismes communiste et capitaliste.

    Les pays occidentaux ont compris que le problème n’est pas l’idée de Dieu, car une idée ne meurt pas ,mais le rapport à cette idée. Tant que l’idée de Dieu reste une idée , elle ne gène pas. Tant qu’elle reste dans la tête comme rapport cela passe.

    Or les sociétés zarabes sont encore très éloignées de ces considérations là. Pour ces sociétés l’idée de Dieu n’est pas que cultuelle mais culturelle, et même pour beaucoup biologique. Pour les individus c’est un organe vital, comme le cœur,le rein, et les poumons,même si ceux-ci sont remplaçables, par des organes d’animaux ou des appareils de pacotille.

    Pour les sociétés musulmanes zarabes , Dieu, c’est aussi « thaqafatoun » , et une tradition : Allez dire aux kabyles de renoncer à leur langue , même en échange d’une langue de science et de culture universelle comme l’anglais, ou divine comme la langue de nos bienfaiteurs zarabes. C’est surtout pour les Etats un A.I.E opérant ( un appareil idéologique).

    Ipi, je pense qu’aucune tentative de rationalisation ne viendra à bout de l’idée de Dieu. Madani a évoqué ces astrophysiciens qui arrivés aux bornes des limites de leur science se sont défaussés vers l’idée de Dieu. Et pourtant ce ne sont pas leur recherches ni leur hypothèses scientifiques qui les y ont conduits mais au contraire l’épuisement de celles-ci.

    Hassoun : inna lillah wa illayhi radji3oun. Wa astaghfirou Allah in kountou dhalimoun.

    • L’idée de dieu, tant elle reste universelle, ne gène pas effectivement, à Hend. Mais, celle d’allah soubhanouhou wa taala, un corollaire personnalisé, une appropriation avec copyright en arabe svp, bref, une OPA en bonne et due forme; et ça mon ami, ça te verrouille l’horizon du monde musulman pour l’éternité.

  5. a si hund uqaci….t en connais des trucs toa hein?T as use tes fonds de culottes ou?Moa, c est au LTE Dellys…..parcequ avec tes ecrits DINGUES,quelques uns doivent surement se retourner dans leurs tombes hein dda Mhand ouchene?

  6. Akken iyi-d-ččen s umeslay, Rebbi iwweṭ γer leεfu ines, ad irḥem iman-is, u ad t-iwesseε fell-as! Aḥeq ṭayaẓiṭ nneγ tin i umi i inčew ugerjum rnant γlint tuγmas, ar immut, ad t-irḥem Rebbi, irnu isḍeyqi-tt fell-as, yiwen n uqelwac !

      • Parfaitement, @ Sonia, cela me rappelle une femme exquise qui, à des moments de bonheur, disait en substance, « A si varek repoui et repoui » repoui, signifiant « rebbi » dans la locution féminine de che-nous. Aoujourdhui, dans la nouvelle algérie, N’a fatima aurait été condamnée pour apostasie « chirk ». fumons du thé…

        • Imdanen deg temṭelṭ ines am uweṭṭuf i ilebbun. Ulac amṭiq ideg izmer mm-is n wadem ad issers aṭar-is, warma [< war/bla ma[yella]] yemmajq-ed fell-as win neγ tin i ittwarekṭen – assen tura ulamma d lxalat seg yal tama tesmar-ed, akken i as-iqqar Rebbi-bbaḥ Anaṣli, a war d-iseqsi fell-as, imi i iyemmut, ad iγfu γef iman-is, deg yiwet n tuγac-is i umi iqqar, Tidett:

          Γẓan i Rebbi aẓekka,
          I Rebbi aẓekka,
          Ad tmeṭlen akken idder
          Tikerkas ferḥent,
          Tekerkas ferḥent
          Dment ṭbel d ubendayer …

          Imeṭṭawen d iγeẓrawen i a d-iyuten. Yal taḥemmalt tewwi ged znazel-ines tamagramant s iẓuran, uffal ur imniε, gerninnuj d tiqebbiṭin, lemεednus d tiwsimin … ula d tizemrin, iẓuran γer zdat, ddent deg tḥemmalt imeṭṭawen. Imeṭṭawen i d-immaren γef Bab iyenwan, assmi i d-iwweṭ wass-is!

          Widen i iγγaẓen iẓekwan akked widen iten-ineğren tafrara i inedhen s yisem-is, i wakken ad as-weqmen lecγal; ad as γẓen aẓekka alammi ssulin-d aman, maci ad yren Rebbi n baba-s γer umğux war lqaε i as-gan, akken ur iteqqal ad ilmeε tafat, yiwen uqelwac – ala taγγat imi ur tuklal.

          Akken ur iẓẓul ara deg tudert-is – kra ur t-iskir uqelwac, ala asbelbel amiṭ amzal [< am iṭ, am azal]: cceγl-is ala: wayi, ḥlal; win γur-ek immurṭes; wihin d azegzaw, γur-ek ad ak-iγur; tihin d teqqur, ad ak-texbec; leflantiya d mm iḥetwacen, … γran fell-as lfedya. Wwin-as-ed widen nni i iddekiren – sut uεebbuṭ ameqran, imeccacen, ad ibarek Rebbi (skur ur imṭil) anect n ṭẓiwwa, iglayen γas-aw-d cwari, ad medḥen fell-as, meḥsub ad d-adren, win akken i yed-iceyyeγ, akken ad d-icfeε deg-s. Tagara sweḥcen [factitif < tiẓgi: issewḥec] maṭi, alammi qlen tsuγun, swayen ideg llan:

          Γẓan i Rebbi aẓekka,
          I Rebbi aẓekka,
          Ad tmeṭlen akken idder
          Tikerkas ferḥent,
          Tekerkas ferḥent
          Dment ṭbel d ubendayer …

          Tiremt kann iceqqeq Rebbi tiynawt, Rebbi ? Axi immut, ad tirḥem Rebbi, terεeḍ, tebreq, iyenwan smarayen-d, akal ittake-d, iqqel uγebbar ixleṭ deg waluṭ s dders n inemṭalen, alammi i t-sγeflen, imir kubben taxna n baba-s γer umğux i as-γẓan, rran-as aluṭ, rran fell-as timedlin n uẓru n tnicca, dlan-t s ladal n ubiṭun akked uzzal 16 akked wadur n 30 n isantimen. Ksen-as iqimε-is i mmi-s n ccetla n ukmaz. Ur iteqqal ara ad iyer xemsa γer tideqqit. Am win iksen taγennust i inγan bab-is, lγaci, imi fukken timṭelṭ, wayi immixẓar wa, am win isekren lkuraj iwayeṭ, rran-d nnehta, u ataya ṣṣuṭ I ad-ten-ifγen ad ittali γer tignawt, imir u ad serḥen:

          Ayhuh ayhuh, ayhuh !
          Ayhuh ayhuh, ayhuh !
          Ayhuh ayhuh, ayhuh !

          Γẓan i Rebbi aẓekka,
          I Rebbi aẓekka,
          Ad tmeṭlen akken idder
          Tikerkas ferḥent,
          Tekerkas ferḥent
          Dment ṭbel d ubendayer …

  7. L’individu dans la civilisation orientale est tellement insignifiant politiquement qu’il ne lui reste plus qu’à tourner sur lui même pour se mordre la queue ou mordre celle de son compagnon de misère. C’est ce modèle que l’Algérie, à coup de milliards, tente de greffer

    C’est une histoire ancienne. Au Ve siècle av. JC, Thucydide observant les Grecs et les Perses se faisant les Guerres Médiques a forgé les concepts d’Occident et d’Orient. Depuis, comme beaucoup de concepts créés à cette époque, rien n’a changé, pas même d’un iota.

    Le schéma est simple, en Orient, le roi sultan est tout, sans limites. Tous les moyens sont à sa disposition y compris la morale, il dicte même la sexualité des gens, la religion est sous sa coupe, lune armée de prêtres, imams sont la pour faire dire à dieu ce qu’il veut que le dieu dise. Au delà, le vide, la fange, la populace, la poussière. Les Arabes ont amélioré le procédé depuis allant jusqu’à prescrire à l’opprimé l’obligation de soumission au sultan qui se donnerait la peine d’apparaitre dans les cérémonies religieuses.

    L’assise du pouvoir politique en Grèce, l’Occident, est large même dans les cités aristocratiques. Le conseil dans ces dernières est composé de membres des familles et décident de tout collectivement. Athènes du 5e siècle est un modèle absolu de démocratie ou chaque citoyen a la possibilité d’occuper une magistrature au moins une fois dans sa vie. Ce n’est pas anecdotique qu’en Occident chaque famille citoyenne a aussi son propre culte. Un Grec a tout son poids dans les affaires de sa cités. Ses propres affaires l’occupent tellement qu’il n’a même pas le temps de songer à la sexualité des autres. Il a aussi ses intérêts matériels, politiques, intellectuels, religieux privés et artistiques qui l’occupent tellement qu’il n’a pas le temps de devenir pervers voyeur persécuteur.

    • Ce qui fait la vitalité d’une démocratie c’est le degré de conscience politique de la population force est constater que ce degré est faible dans les pays en voie de développement ! Parce que les pouvoirs en place ne permettent pas aux citoyens de s’exprimer librement ! La violence d’état ettoufe toute initiative citoyenne !

  8. Les Arabes qu’ils soient chrétiens ou musulmans ne songent pas un instant à tuer Dieu! car Il guide leur vie dans tous leurs gestes! ça commence par la chahada que les parents prononcent à l’oreille du bébé quand il nait, le bismallah au début de chaque acte de la vie quotidienne (le repas par exemple) et encore la chahada prononcée avant de mourir! et les chrétiens ont l’équivalent avec leurs Sacrements! (Baptème, Communion,Mariage ect…) le nihilisme nietzschéen ne peut-être arabe! personnellement je pense qu’il faut réformer l’Islam, procéder à un aggiornamento qui lui redonnera un nouvel élan bien en phase avec notre époque! et donc réouvrir les portes de l’Ijtihad! quant au titre de l’article quelque peu provocateur je répondrai que quand bien même on voudrait tuer Dieu le pourrait-on? cela est déraisonnable et c’est ignorer l’incommensurable grandeur de Dieu!

  9. Iben pisk Urfane dit qu’on peut faire le même constat en disant les choses différemment je me vois forcé dikspliciter sek je voulais dire igzactma à propos de ce nuancement entre l’idée de Dieu et celle d’Allah soubhanouhou ta3ala pour qu’on n’aille pas comprendre que je disais le contraire de ce que j’énonçais pourta clairement.

    Apritou chacun désespère à sa façon.

    Wamaba3d.

    Y’a pas lonta di tmura meden wigad ihekmen tsawintsid sghur rebbi, chantait 3abdenbi .

    En occident il y a seulement deux ou trois siècles l’Eglise était au centre du village , et le curé un potentat omnipotent, Descartes et Pascal ringardisaient Voltaire, et le Pape désignait les Rois. Et dans la société la bigoterie n’avait rien a envier à la nôtre d’aujourd’hui. Sans le capitalisme cet occident en serait à bigoter plus que nous autres aujourd’hui. Et de toute façon malgré le capitalisme , ils bigotent kamim, sinon que fait le Vatican au vintyounième siècle en Occident ?

    Je pense que l’idée de H.K est tout à fait folle et désespérée et je ne conseillerais à personne de s’y engouffrer. Qui peut croire qu’il arrivera à se débarrasser de Dieu par le raisonnement ? Ou en fustigeant les déboires d’une actrice ou d’un fouteux. Je pense que c’est mal charger son chwari au Boundyou. Ipi , ya Boudyou, on n’en demande pas tant à ceux qui y croient , pourquoi se court-circuiter les neurones quand on y croit pas ? C’est tout simplement se faire de l’athéisme une religion de substitution parce qu’on est largué par cette question.

    Putain ! Soheib Bencheikh exige qu’on ait BAC plus vint-huit pour être un bon musulman , on va kamim pas nous exiger autant pour ne pas croire ?

    Moua je pense que si Dieu n’a aucun risque à craindre de la part des zarabes ce n’est pas parce qu’il n’existerait pas mais à cause du besoin irrépressible qu’a l’Homme de savoir d’où il vient. C’est pour cette raison qu’il est prêt à accepter n ‘importe quelle réponse . Admettons donc que l’idée de Dieu est la plus confortable et rassurante pour beaucoup de gens.

    Imaginez seulement que cette question de nos origines vous tarabuste et vous enferme dans un dilemme cornélien dantesque sans échappatoire ni issue et que soudainement on vous tend une perche , et cette perche c’est Dieu , alors soit vous êtes maso et vous persistez dans votre enfermement soit vous faites, comme Pascal, semblant d’y croire, et vous vous en sortez. Il faut kamim être suffisamment maso pour persister dans une interrogation à laquelle vous le savez pertinemment que vous n’y répondrez jamais quoi que vous fassiez , alors qu’il suffit de faire comme tout le monde:croire à ce qu’on vous en dit ,en toute simplicité.

    Mais il ne s’agit pas seulement que d’onanisme neuronal. Il y a aussi les aspects sociétaux. Une bonne partie des zarabes font semblant de croire pour ne pas avoir de problèmes parce qu’ils savent qu’ils vivent dans des sociétés totalitaires qui ne permettent aucune individuation. En vérité ils n’ont pas le chwa. Ceux qui ont essayé comme Djabelkhir ont eu de sacrés problèmes.

    Ce n’est pas du tout par ce bout là qu’il faut prendre le problème de notre société , même si c’est justement ce bout qui pose problème.

    • Azul a Dda Hend

      Sertes on ne peut pas tuer une idée avec les armes, mais une autre idée peut tuer une autre. Puis cela ne sert à rien de chercher à tuer l’idée mais il faut empêcher de la laisser vivre tout simplement. l’idée si elle ne trouve pas de terrain pour se maintenir en vie elle ne vivra pas longtemps. Et ça certain l’ont bien compris et ont abruti les gens pour empêcher les idées de survivre.

      C’est toi qui disait que Camus ce n’est pas son œuvre. Toi qui a compris très tôt que dans la littérature ou dans l’art, on peux devenir des Dieux de nos personnages, les faire vivre ou mourir, leurs faire traverser des épreuves à notre guise. Mais sans compter sur l’ignorance, ils vont combattre tes idées et ferons amalgame entre la vie réelle et la fiction.

      La question c’est l’homme qui créa Dieu ou c’est Dieu qui créa l’homme? Ou bien c’est l’homme qui tuera Dieu et c’est Dieu qui tuera l’homme? Cette guerre semble va duré longtemps.

      Bonos

  10. Il est impossible de réformer l’islam et/ou les mentalités des musulmans, non pas parce que l’islam est trop difficile ou impossible à réformer, mais simplement parce que la base réelle sur laquelle il repose ne le permet pas. La religion fait partie de l’idéologie d’une société, et comme le savent les analystes sérieux, l’idéologie résulte du système de la base matérielle de la vie. En Occident, c’est le capitalisme avec son développement matériel fulgurant qui a chamboulé la vieille idéologie et remis en question la puissance de l’Église. Et chez les musulmans? Ils sont pris dans un piège pratiquement sans espoir de s’en sortir dans un futur proche, peut-être bien jamais. Quelle est la base matérielle de la vie des musulmans en général? En résumé, ls ont les mêmes besoins ou presque que les occidentaux, mais ils sont incapables de les satisfaire par leurs efforts propres. Le musulman a besoin d’éléctricité, de soins médicaux, de climatisation, de voiture, de téléphone, de prendre l’avion, de divertissement, etc., pour vivre. Il ne retournera jamais à l’époque où il se chauffait au bois ou à la bouse de vache, voyageait à dos de bourricot ou de chameau, supportait la maladie, la chaleur et le froid stoïquement, etc. Il sait que les moyens existent et il les exige. Or, il est incapable de produire un centième de ces besoins, et il le sait. Tout lui provient de l’Occident. L’Occident le tient par les testicules et il ne peut pas lui échapper. Le musulman ne contrôle plus son monde, sa vie. Il a perdu toute initiative dans le monde. Il sait que même les pays arabo-musulmans riches ne sont riches que parce que l’Occident les rend riches en pillant leurs ressources naturelles. Ce genre de richesse n’est dû qu’à la chance d’avoir le dérrière calé sur des hydrocarbures sous les dunes du pays, hydrocarbures découverts et exploités par les occidentaux, et pourrait disparaître bientôt. En Algérie en particulier, le régime interdit même quasiment d’essayer de produire quoi que ce soit.
    En résumé, on assure le musulman depuis sa naissance jusqu’à sa mort qu’il est un être supérieur en vertu du fait qu’il est musulman. Il est nourri de cette idée. Il se croit être là pour être servi et non pour servir, enseigner et non apprendre, guider et non suivre. Or, plus il grandit et plus il comprend – inconsciemment – sa position inférieure dans le monde. Alors il crâne, il se recroqueville sur lui-même. Voilà la situation du musulman sur terre. Jusqu’à ce que ctte situation change, et ce n’est pas demain la veille, l’islam restera irréformable.

    • Il ne faut pas généraliser! je te prends 5 exemples de pays musulmans: la Turquie, l’Iran,la Malaisie, l’arabie saoudite, et l’Algérie!
      la Turquie et la Malaisie ont adopté le système économique occidentale et ça marche plutôt bien, l’Iran malgré les entraves sévères que lui ont imposées les occidentaux s’en sort plutôt bien aussi, bien des pays se seraient effondrer avec un tel traitement et il y a fort à parier que lorsque les sanctions seront levées ce pays rejoindra les pays émergeants, l’arabie saoudite malgré ses immenses richesses pétrolières ne produit rien! quant à l’Algérie elle reste un pays sous-développé malgré les richesses de son sol et humaines! voilà qui interroge!

      • Si la Turquie et l’Iran sont si développés, alors pourquoi plusieurs millions de turcs et d’iraniens émigrent-ils en Allemagne pour vivre? Sans compter les autres millions qui vont aux USA et d’autres pays occidentaux. Et sans compter les innombrables millions qui émigreraient s’ils en avaient l’occasion.
        Combien d’allemands et d’américains vont ou voudraient aller vivre en Turquie et en Iran?

        • Il y a des pauvres partout sur cette terre et puis il y a des gens qui pense que c’est mieux ailleurs que chez eux et d’autres raisons encore qui poussent certaines personnes à émigrer que ce soit en Turquie ou en Iran les populations ne souffrent pas de pénuries ce sont les prix qui sont exhorbitants! il y a du lait et de l’huile sur les étals, l’Algérie n’est pas sous embargo économique ce qu’y s’y passe est proprement scandaleux ! une honte ! il ne faut pas oublier que la Turquie pousse surtout les Kurdes à émigrer pour contrer leurs velléités irrédentistes, en Iran ce sont surtout les jeunes diplômés qui fuient par manque de perspectives liées à l’embargo américain! et effectivement très très peu d’allemands ou d’américains émigreraient vers ces pays tous simplement parce que les conditions de vie sont plus dures, il n’y a pas de pénurie d’eau en Europe du nord ou aux USA et les libertés sont mieux garanties! autres différences en Iran comme en Turquie les villes sont propres, les gens sont travailleurs ! j’ai connu des personnes qui ont visité ces pays les gens y sont d’une grande gentillesse!

          • Il fut un temps entre l’an 900 et 1200 l’Afrique du nord était Fatimide la capitale de l’époque était Tizi Ouzou!

          • @Ali T. Ce que j’essaye de dire est que le monde dit musulman n’a plus aucune initiative dans la marche du monde. Il ne fait plus que suivre, et il ne suit même pas très bien. Il n’y a rien, absolument rien, qui vienne des pays musulmans et qui soit dominant sur terre, dans n’importe quel domaine: ni technologie, ni science, ni art, ni mode, ni philosophie, ni sport, ni rien. Tous les besoins des musulmans sont nés sous l’influence de l’Occident et tous les moyens de les satisfaire viennent de l’Occident. Je ne connais pas un seul domaine dans lequel un pays musulman impose une toute petite chose, même pas un petit sport insignifiant, une mode vestimentaire, un plat de cuisine quelconque, un film, un art particulier… Rien! Les pays musulmans ne font que suivre. Au mieux ils essayent d’adapter la technologie occidentale à leurs besoins particuliers, comme ajouter les heures de prière à un appareil quelconque, mais dans la plupart des cas ils importent tout simplement tout ce qu’ils consomment de l’Occident, y compris leur bouffe.
            Même si la Turquie arrivait à égaler – ce qui n’est pas le cas – le plus petit occidental sur le plan économique et culturel, il n’en resterait pas moins qu’elle le fait sous les règles et sur le terrain de l’Occident. En bref, aucun pays musulman n’a la capacité d’influer sur la marche du monde. Le pétrole est une arme, mais il ne faut pas oublier qu’il a été découvert, exploité et acheminé par les occidentaux. Sans eux, il serait toujours enfoui dans le sable sous les gros dérrières des arabo-musulmans, et il est toujours contrôlé par les occidentaux à l’intérieur même de ces pays arabo-musulmans.

        • les centres de recherches surtout occidentaux sont pleins de savants venant d’Afrique du nord et du Proche orient, un des plus grands spécialiste mondial des robots est algérien (Abderrahmane Kheddar) il travaille pour la France et le Japon! ils sont nombreux mais inconnus du grand public!

          • Ce que tu dis ne fait que confirmer ce que je dis: Les pays musulmans sont incapables de mener dans un quelconque domaine. Je n’ai jamais dit que les arabes ou musulmans sont moins intelligents que les occidentaux, ce serait stupide et absurde de ma part, mais même les individus doués doivent aller vivre et travailler en Occident s’ils veulent que leur savoir soit de quelque utilité. S’ils restent dans leur pays, ils mourront et leur savoir ira à la tombe avec eux. Par ailleurs, le savoir qu’ils ont provient de l’Occident de toute façon. Ils vont s’intégrer en Occident et vivre avec ety comme les occidentaux, pas pour changer l’Occident en quelque chose de musulman et islamiser ou arabiser les occidentaux.

    • Mais bien sûr que l’Islam est réformable il n’a pas toujours eu ce visage et puis un Alévi ou un Ismaëlien n’ont qu’un lointain rapport avec un Wahabite, ce qu’il faudrait c’est briser le carcan que beaucoup de gens ont dans leur tête! Il faut faire preuve d’imagination!

      • L’islam en lui-même n’existe pas, pourrait-on dire. Il y un grand nombre d’islams, au pluriel. Le « vrai » islam, l’islam « authentique », c’est celui qu’on décide de choisir selon l’endroit et le moment. Pourquoi une société choisit-elle une forme d’islam et pas une autre, et pourquoi le choix change-t-il selon les lieux et les époques? Ce n’est pas par un caprice des dirigeants ou des peuples, c’est parce que la religion reflète la société, ce n’est pas la société qui reflète la religion. Ce n’est pas la société qui change pour se conformer à des changements dans la religion, c’est l’inverse, la religion change pour se conformer à la société, parce que la religion est le produit de la société, elle ne tombe pas du ciel. Donc pour réformer l’islam. il faut d’abord que la société change. Quand elle changera, elle réformera l’islam automatiquement. Mais quand les sociétés musulmanes vont-elles changer de façon assez sensible pour être obligées de réformer l’islam? Ce n’est pas demain la veille.

        • personnellement j’ai fait ma réforme ! c’est comme cela à mon sens que les choses changeront si tout le monde s’y met! à titre d’exemple ma femme et mes filles ne portent pas le foulard, nous ne prions que deux fois par jour au lever et avant de dormir le soir, entre autre changement par rapport à l’islam orthodoxe algérien, lors d’un héritage avec nous avons donné la même part aux femmes qu’aux hommes de la famille, cela m’a valu quelques critiques acerbes mais je ne m’en préoccupe pas! il y a même un cousin qui m’a traité de kafir! venant d’un tel huron j’ai pris ça comme un compliment , je vis ma foi comme je l’entends et je n’attends pas l’avis d’un imam pour savoir si mes actes sont licite ou pas, seules ma raison et la bienveillance me guident, l’essentiel est que mon attitude ne nuit à personne!

          • Tu dis « si tout le monde s’y met. » Bien sûr que si tout le monde s’y met ça changerait tout, bien sûr! Mais quel grand « si » !! Quel énorme « si » ! C’est un si de dimensions cosmiques. Il y a un vieux diction qui dit « avec des si on peut mettre Paris dans une bouteille. » La vraie question c’est pourquoi le si n’arrive pas. C’est parce que ce qui meut la société, ce n’est pas le vouloir ou les souhaits, ce sont les conditions matérielles de la vie, le système économique en premier lieu. En pays réellement et franchement capitaliste, l’islam, le judaïsme et le christianisme tels qu’ils se trouvent dans les livres sacrés et les religions telles qu’elles étaient pratiquées avant le capitalisme ne peuvent pas être acceptées. Le capitalisme était obligé de réformer la religion. Ce n’était pas une décision prise comme ça par choix arbitraire, c’était une nécessité. Les relations entre les individus, entre les classes, et avec l’état n’étaient pas compatibles avec ceux de la religion et de l’église. Il fallait absolument réformer la religion, et c’est ce qui s’est passé.
            Dans les pays arabo-musulmans, les conditions matérielles et les relations humaines n’en sont pas arrivées à ce point, surtout en pays de rente, comme l’Algérie. En Algérie, le Pouvoir se moque des relations sociales entre individus et groupes. Le Pouvoir a le pétrole. Il contrôle toute l’économie, et il peut se permettre de maintenir la situation comme bon lui semble. Il choisit de renforcer la religion parce que ça aide à abrutir et endormir le peuple.

  11. Lier la religion à un dieu créateur est une vision trop réductrice. Les paiens sont religieux, bien plus religieux et spirituels que ne le seront les chrétiens et les musulmans. Les boudhistes, les hindous, … n’ont pas besoins du récit sumérien (un dieu créateur) pour être religieux.
    Examiner la religion en dehors du contexte culturel, c est se placer à l’intérieur de quelque bâtisse et vouloir voir celle-ci de l’extérieur

    • Wallah igan isem imaniss ar tu a parfaitement raison!

      Les religions se sont accaparés dieu et les dieux or que l’humanité dépasse de loin le myth des religions mono et polythéistes

      Bonos

  12. Je cite Hend uvarwak qui s’agace qu’on ne le comprenne pas du premier coup : « En occident il y a seulement deux ou trois siècles l’Eglise était au centre du village » etc., etc.. Oui, mais, la réalité, c’est qu’il n’est pas encore sorti de l’auberge! Le culturel (plus terre à terre) trône encore au-dessus du cultuel (insaisissable!). t’as qu’à voir le discours de Zemmour (encore un berbère au service des autres) qui nous sert du civilisationnel et qui fait mouche! Le drame c’est que Mwa, je me reconnais ni dans les huns (jeu de maux) ni dans les Zôtres. Je suis africain et j’aimerais bien le demeurer.

    • Je persiste et signe, je ne sais pas te faire comprendre ce que je dis , car tu te le dis mieux que moua. Tu devrais débattre à ma place avec twamim, comme Onan, je te laisse la savonette.

      • bou, j’arrête net de débattre avec moi-mime… Pour la marseillaise, tu te la gardes, ça te fera suffisamment de bulles..

        • Bon d’accord je garde la savonnette. Tu te fais ton débat tout seul au teymum. Mais fais atansyou kamim.

  13. Nous somme partie d’une photo postée par une « Star » montrant sa femme dénudé enceinte ;et hop tout le monde à accouru pour prendre un vaisseau spatial pour aller voir si dieu excite ou pas . Moi je me suis abstenu ,je me pose pas de question existentiel ;j’ai le temps de voir ,il ni a que lui qui peut nous dire la vérité ; car personne n’est revenu pour confirmer ou infirmé de la véracitè de Dieu ou Allah . Sauf les gens mort cliniquement , avec l’histoire du tube et au bout une lumière éclatante . D’aprés certains information Mehraz à construit une mosquée chez les Imazighen de Tlemcen « les Senousses . J’espére qu’on se verra la haut avec des vierges et des rivières de vins . Azul

    • C’est que le gars Mahrez a été lynché par des gens qui mettaient en avant la morale religieuse. Soyez donc indulgent si on essayait de comprendre pourquoi cette religion cultivait autant en chaque individu un policier de la morale religieuse doublé d’un raqui et d’un azrayen en personne.

      Si les réactions s’étaient arrêtées à la photo genre la meuf est un cwit trop ou pas assez blonde, mince ou pas assez ronde pour les norafs, … dieu n’aurait pas invité au spectacle. Déjà qu’on en est gavé jusqu’à la gorge !!

  14. avec ou sans référence religieuse quand tu vois dans les pages people des journaux ou des video sur les réseaux sociaux , ton épouse dans les bras d’un autre homme, si tu as un peu de dignité tu dois te sentir mal! le lynchage il est plutôt médiatique ! qui des semaines durant ont humilié notre Mahrez national!

  15. Pourquoi Dieu est presentee comme un homme mais pas comme femme ? Car il n y as qu’un homme qui peut creer toute cette pagaille sur la planete terre.
    Au fait si Dieu existait qu’il detruise la terre dans une heure!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Quand les footballeurs algériens militaient pour l’indépendance

  Certaines équipes de football sont restées dans l’Histoire. C’est le cas de l’équipe du Front de libération nationale (FLN). Elle formait le onze de...

Les plus populaires

Commentaires récents