24 avril 2024
spot_img
AccueilIdéeEt si on reprenait tout à zéro ?!

Et si on reprenait tout à zéro ?!

REGARD

Et si on reprenait tout à zéro ?!

Et si nous demandions aux esprits de nous rendre Rouiched et El Hachemi Hantaz avec ses dimanches ennuyeux (juste un moment) pour remettre les pendules à zéro. Nous saurions quoi faire cette fois-ci.

Nous donnerions un bon coup de pied aux abrutis dégénérés, profs d’arabe, avec un billet retour en Égypte.

Nous menacerions tous les lâches de la sécurité militaire qui n’auraient jamais pu nous terroriser si nous nous étions levés en masse.

Nous embrasserions encore davantage les filles que nous l’avions fait pour leur dire combien nous ne sommes rien sans elles et qu’elles sont plus qu’une demi-part pour nous.

- Advertisement -

Nous dirions à nos compatriotes berbérophones combien ils doivent être heureux d’être ce qu’ils sont et non ce que des abrutis voudraient qu’ils soient.

Nous expliquerions aux croyants que nous ne sommes pas leurs ennemis mais nous voudrions protéger leur foi dans une laïcité qui apporte sérénité et respect envers tous.

Nous ferions  comprendre aux Algériens que les militaires ne sont que des fonctionnaires et qu’ils n’ont qu’une force légitime, celle que leur donne la loi.

Nous redonnerions à la langue arabe classique une seconde et dernière chance pour se mettre enfin du côté où doit se placer une langue, soit l’instruction, l’intelligence et la modernité.

Nous nous opposerions farouchement aux balivernes de la réécriture de l’histoire, au racisme anti-juif et aux symboles et héros nationaux qu’on nous impose afin de dominer et d’abrutir nos cerveaux.

Nous ferions comprendre aux entrepreneurs que s’enrichir est légitime par leur travail et leur compétence mais que le gavage de milliards ne saurait être accepté.

Nous rebâtirions pour l’école Algérienne un projet de plaisir de la lecture, de construction de l’esprit critique, de curiosité scientifique et autres beautés de l’esprit humaniste. Nous la libérerions enfin du dogme religieux qui n’a rien à y faire.

Nous remettrions les babouches et les gandouras au musée du folklore car ils ne sont pas nos racines mais une mode porteuse de peste noire et de ténèbres de l’humanité.

Nous brûlerions ce texte barbare et moyenâgeux, le code de la famille. Nous désinfecterions les cendres pour que cette honte pestilentielle ne soit jamais sentie par les générations futures.

Nous dirions aux homosexuels qu’ils sont des citoyens normaux et qu’ils ont le droit au bonheur dans la vie et dans la protection des lois communes. Nous leur demanderions de ne pas se cacher dans les coins sombres où ne sort jamais la bonne humanité mais de vivre leur liberté à la lumière de cette humanité.

Nous dirions aux handicapés et aux femmes isolées avec enfants qu’ils sont la priorité de la politique publique.

Non, le retour aux rêves des adolescents que nous avions été dans les années 70 n’est pas une nostalgie et un retour en arrière. C’est au contraire la garantie d’un avenir moderne et prometteur de liberté et d’intelligence.

Et si nous revenions donc  à ce projet de nos vingt ans ? Nous pardonnerions même à nos anciens camarades de l’avoir honteusement trahi.

Croyez-moi que cette fois-ci, on saurait dire aux jeunes ce qu’il faut faire pour éviter la main mise, sale et immonde,  des Ray Ban et des babouches !

Mais ce retour en arrière, ce sont les jeunes qui doivent le faire à notre place. Nous ne pouvons plus danser dans les rues pour demander la liberté de nos vingt ans perdus.

Ce rêve, ce sont eux qui doivent le porter.

 

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents