23 février 2024
spot_img
AccueilIdéeFoot entre culture et nationalité : bonheur ensemble ou nostalgie coloniale

Foot entre culture et nationalité : bonheur ensemble ou nostalgie coloniale

Coup de gueule

Foot entre culture et nationalité : bonheur ensemble ou nostalgie coloniale

Certains s’offusquent des liens rappelés de la majorité des joueurs de l’équipe de France championne du monde avec l’Afrique. 

Une autre façon de refuser de rappeler le passé colonial avec la sommation de fondre la pensée dans une vision du monde des dominants.

Oui, le sport et la politique ou l’histoire sont liés. Le sport est politique.

- Advertisement -

Le sport et ses règles sont de la pure politique : des choix d’organisation aux lobbyistes enracinés dans les instances  internationales en passant par les sélections des représentants des pays. 

Les choix des sélections pour qui jouer ne sont pas épargnés. Beaucoup exigent des joueurs de culture africaine de s’identifier. L’exigence est similaire à celle sur la religion musulmane.!

Qui ne se rappelle pas de l’algérianité de Karim Benzema, de l’affaire des quotas de Laurent Blanc ou des influences sur certains joueurs puisqu’ils choisissent la France ou l’Espagne au lieu du pays de leurs parents à coups de promesses rocambolesques ?

Le problème de fond est sur deux plans : celui du choix culturel Vs choix national et celui du développement du football africain.

Pendant l’Euro 2016 on dénombrait pas moins de 40 joueurs d’origines africaines parmi les 24 pays représentés (l’équivalent de 2 équipes). La « fuite des cerveaux », malgré les connotations qui pèsent sur les fouteux, qui privent certains pays de joueurs à fort potentiel. 

Le Nigeria s’est vu priver de cinq joueurs (comme le Cap-Vert) dont le jeune milieu de l’équipe d’Angleterre Dele Alli et le très bon David Alaba (Bayern de Munich et Autriche), le Sénégal, le Mali et le Cameroun ont oublié trois joueurs chacun sans oublier la RDC et ses 9 joueurs dispatchés dans différentes sélections européennes. L’Afrique du nord n’est pas moins pillée même si la tendance est à l’amélioration. 

Des joueurs ont fait un choix convaincu et convaincant en faveur des équipes des origines des parents. C’est le cas de Parfait Mandanda, un autre gardien des Girondins et frère de l’autre qui officie avec talent  pour la France. Un seul état d’esprit : « Allons les aider »

Peut-être que les progrès de certaines équipes comme l’Égypte, le Nigeria, le Maroc, la Tunisie ou le Sénégal changeront des choses. 

Alors quand l’inconsistance est optimale quand l’inexistant président de l’éphémère UDI réclame un dépôt de plainte contre le Président Maduro qui félicite la France et l’Afrique pour cette victoire, il devient urgent de faire taire ces nostalgiques des grandeurs coloniales.

La France est grande !

Ses élites sont aux ras des pâquerettes.!

Auteur
Mohamed Bentahar

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici