5 décembre 2022
spot_img
AccueilCultureIl faut une école qui sacralise les livres et non le Livre

Il faut une école qui sacralise les livres et non le Livre

REGARD

Il faut une école qui sacralise les livres et non le Livre

Plus tu lis, plus tu es ouvert, plus tu es enclin à aller vers l’Autre pour t’enquérir de sa vérité et relativiser la tienne. Et naturellement, moins tu lis, davantage tu crois détenir la vérité, davantage tu te complais dans la gadouille de l’ignorance, à plus forte raison, quand ta vie durant on t’a expliqué que le Livre se passe de tous les livres, parce qu’il contient la vérité, toute la vérité.

En d’autres temps, à cause de l’illusion de détenir la vérité, des musulmans célèbres comme Omar Ibn Al-Khatab ont brûlé des bibliothèques et ont cru sérieusement qu’ils le faisaient pour la face de Dieu. 

C’est la spirale d’où il est difficile de sortir. Conséquence : ceux qui connaissent par cœur le Livre, le Coran en l’occurrence dans notre cas, croient dur comme fer détenir toute la science, si bien que même le médecin, le matheux, le psychologue, le physicien demande conseil à un imam, un gars qui n’a jamais été à l’école et qui va expliquer aux gens que le vaccin tel est licite ou illicite, que tel endroit il ne faut pas y fouler le pas ; il s’immisce même dans la vie intime des gens. Il a une opinion sur le cosmos, une idée sur la physique quantique, sur l’ici-bas comme sur l’au-delà. 

La nature a horreur du vide, disait Aristote. Et dans notre cas, dans tout le monde dit d’islam qui lit en moyenne un quart de page l’année, l’explication de notre arriération est vite trouvée : au royaume des aveugles le borgne est roi, ou pour être plus précis, au royaume de l’ignorance le lecteur d’un seul livre, le Livre, est savant et a pignon sur rue. 

- Advertisement -

En faisant une petite recherche sur la lecture dans le monde, je tombe sur un article qui énumère les 10 pays qui publient le plus de livres au monde : Chine, États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Brésil, Japon, Espagne, Italie et Corée du Sud. Dans un autre article, Qui lit le plus de livres au monde, on découvre que les gens qui vivent dans le monde dit arabe lisent en effet un quart de page l’année, soit l’une des régions où l’on lit le moins au monde : « Les pays du monde arabe se sont retrouvés en bas du classement.

La première place est occupée par les Américains, suivis par les Britanniques. Selon les statistiques, présentées dans le cadre de la conférence annuelle du Comité, dans le monde arabe on publie près de 1650 livres par an, tandis qu’aux États-Unis près de 85 000 nouveaux livres sortent chaque année.»

On y apprend notamment que selon une étude, un million de citoyens arabes lisent en moyenne 30 livres, quand un million d’Européens lisent 85 000 livres. Il y a dans ces chiffres l’explication de l’arriération de tout un monde. 

Puis, un petit clic sur Youtube et je tombe sur le titre d’une vidéo : pourquoi Dieu a-t-il interdit le sommeil au paradis ? La lecture et les livres, disions-nous. Voici les questions que se posent les musulmans au 21e siècle. Celles qui expliquent des gens totalement coupés du réel, schizophrènes jusqu’au refus de vivre le monde et d’en faire partie, incurablement atteints par la maladie contagieuse de la vérité qui sacralise l’ignorance. 

Une société qui ne lit pas est la proie rêvée de la religion et des religieux et pour cause, elle n’est pas outillée pour se défendre et produire un discours raisonnable. La preuve, parce qu’ignorantes, les sociétés musulmanes croient sérieusement que ses peuples sont destinés au paradis. 

Quand un pays n’arrive pas à assurer le paradis ici-bas, il le promet dans l’au-delà, après la mort. Et dans des milieux comme ceux-là, l’entourloupette est toute poêlée : nous sommes le peuple élu. Gare à ceux qui doutent, à ceux qui remettent en cause le bobard soyeux et cotonneux sur lequel dorment les masses la conscience du paradis après le détour de la vie. 

Alors pour couver des révolutions qui aboutiront enfin, il faut d’abord produire des lecteurs de livres. Il nous faut une école qui sacralise les livres et non le Livre. 

Auteur
Louenas Hassani, écrivain

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Comment la peinture orientaliste a justifié le colonialisme pendant des siècles

En Europe, quand on évoque le nom de l’Algérie ou d’un autre pays du Maghreb, ce sont souvent les toiles chatoyantes, colorées et exotiques...

Les plus populaires

Commentaires récents