27 janvier 2023
spot_img
AccueilIdéeImportation des carburants en Algérie : une curieuse coïncidence ! 

Importation des carburants en Algérie : une curieuse coïncidence ! 

Sonatrach

C’est ce qui ressort de l’entretien qu’a accordé le vice-président de Sonatrach chargé du raffinage et de la pétrochimie à la chaîne 3 mercredi 16 février 2022.  

En effet, la veille, le président Abdelmadjid Tebboune avait accordé aux responsables de la presse nationale un entretien durant lequel il a rappelé ses instructions au ministère de l’Energie d’arrêter en 2021 l’importation des carburants. Il a expliqué en détail la motivation d’une telle décision qu’il considère comme patriotique et rentre en droite ligne avec son programme économique qui vise la diversification de l’économie nationale pour ne plus dépendre uniquement du pétrole et de rester à la merci de la fluctuation du prix du baril.(01)

Il est clair et tout le monde l’aurait compris, que le chef de l’Etat n’aurait pas pris cette décision au hasard en homme imprégné de la finance et de l’économie, mais dispose d’éléments tangibles de sa faisabilité. 

Tout porte à croire qu’il ne voulait plus tenir compte des conjugaisons au futur et autres promesses comme le dossier de  gaz de schiste en oubliant de se focaliser sur l’essentiel de la production et des réserves, Abdelmadjid Tebboune, en recadrant les responsables du secteur, avait instruit de prendre très sérieusement le dossier par des experts et de démontrer la faisabilité technique et économique d’un tel projet. 

- Advertisement -

La preuve, il n’a pas donné cette seule instruction mais une série d’actions auxquelles le secteur de l’énergie devra se conformer. Entre autres l’augmentation de la production par la croissance du coefficient de récupération, ce qui montre qu’il est bien sensibilisé sur l’importance du dossier de l’énergie en général et Sonatrach plus particulièrement puisqu’il a même ordonné un audit pour revoir son rouage organisationnel. 

Du témoignage même du ministre en place à cette époque ,Il avait insinué lors de son allocution du départ qu’il n’avait jamais rencontré ou travaillé avec le chef de l’Etat et pourtant il avait fait appel à lui en déclarant un jour en plein conseil des ministres : «Je connais votre probité si Attar ainsi que votre compétence alors voici ce que vous devez faire.» (02)

Si le chef de l’Etat dicte à son ministre chargé du secteur des actions détaillées à suivre c’est qu’il est incontestablement au courant de ce dossier épineux et la faisabilité de chacune des actions à faire.

Il se trouve qu’après cette conférence de presse et à moins de 24 heures après, le vice-président chargé du raffinage et de la pétrochimie et dès la première question rejette d’un revers de la main le mérite de la vigilance présidentiel pour imputer la réduction du montant des importations de 2 milliards de dollars à 300 millions de dollars en 2021 au fameux programme de Chakib Khelil lancé en 2003 pour réhabiliter le tissu de raffinage en Algérie. 

L’arrêt des importations pour les carburants, dira t-il, « a été possible grâce à «la réhabilitation des raffineries du Nord, entamée en 2009 et qui a permis de remettre à niveau les raffineries d’Arzew, de Skikda et d’Alger, dont la remise à niveau et la modernisation totale ont été lancées en 2019 et achevées en juin 2020 »(03).

Or, tous les analystes sont persuadés que si le chef de l’Etat n’avait pas lancé cette mise en garde, Sonatrach aurait continuerait à ce jour de poursuivre dans la voie de la facilité d’importer ou lieu de se casser la tête pour économiser les devises. 

D’ailleurs, le 7 novembre 2016 son prédécesseur de l’époque avait annoncé que «  notre objectif est de convertir nos matières premières localement et produire nos besoins en carburants à partir de 2018 et devenir exportateur de ces produits à partir de 2020 »(04)

Si l’on suit la logique, Sonatrach devra justifier un retard de plus d’une année sur cette échéance arrêtée plus de 5 ans auparavant au lieu de faire l’éloge de cette période de Chakib Khelil dont le dossier de justice au moment de cette intervention était en délibération au tribunal de Sidi M’hamed.

Plus grave, ce responsable a emboîté le pas à son collègue chargé de la stratégie et de la planification pour juger que la raffinerie d’Augusta dont le dossier est en instruction judiciaire est rentable en 2021 sans pour autant citer le moindre critère de rentabilité qui revient en positif pour le Trésor public. 

En termes simples, Abdelmoumen Ould Kaddour, ce PDG coopté par l’équipe Bouteflika,  qui a jugé publiquement que cette réhabilitation dont parle ce responsable était une erreur monumentale (05), aurait fait, insinue-t-il, une bonne affaire. Pourtant, lit-on dans un rapport rédigé par les quatre responsables de cette raffinerie dont trois Algériens et un italien sous l’intitulé «présentation du rapport de développement durable de Sonatrach  Italiana »(06) que le chiffre d’affaires de 2019 avant l’événement de la crise pandémique se situe autour de 4,6 milliards d’euros.

Elle a payé les impôts et taxes de 1,8 milliard d’euros. Elle a fait travailler plus de 170 entreprises locales et plus grave, fait procéder à 60 millions d‘investissements dans la fiabilité, la sécurité, l’environnement durable mais aucun euro pour son acquisition et par conséquent au Trésor public algérien qui n’a fait que débourser de l’argent pour sa sécurité, son environnement et surtout sa maintenance.

Donc cette affaire continue de parler d’elle mais les manipulations des uns et des autres ne serviront certainement à rien.   

Rabah Reghis

(01)-https://www.facebook.com/watch/?v=45985953913

(02-)https://www.energy.gov.dz/?article=allocution-de-depart-du-ministere-de-l-energie-22-fvier-2021

(03)-https://elwatan-dz.com/sonatrach-nimporte-plus-de carburants ?fbclid=IwAR1VpK_G3caCRIDAr78QmROScmVresBlD8F-dLuyX4lvtY48hM-Myr-sQuo

(04)-https://elwatan-dz.com/sonatrach-nimporte-plus-de-carburants?fbclid=IwAR1VpK_G3caCRIDAr78QmROScmVresBlD8F-dLuyX4lvtY48hM-Myr-sQuo 

(05)-https://www.liberte-algerie.com/actualite/la-rehabilitation-de-la-raffinerie-dalger-est-une-erreur-298341/print/1?fbclid=IwAR1JTnl4x-j2d3Bv3lUpKWouFU9_PE0p41Cs3S6R531d4W_Vra-CuyptOC0

 (06)-https://sonatrachitalia.it/wp-content/uploads/2020/12/Bilancio-Sostenibilit%C3%A0-SRI.pdf%20page%209/52    

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Giorgia Meloni, une « néo-fasciste » chez Tebboune

Georgia Meloni, la Première ministre italienne, reçue en grande pompe par Abdelmadjid Tebboune est l'héritière du fascisme italien dans son expression moderne et radicale. Cheffe...

Les plus populaires

Commentaires récents