1 octobre 2022
spot_img
AccueilChroniqueIra-t-on vers l'officialisation de tamazight en France ?

Ira-t-on vers l’officialisation de tamazight en France ?

COMMENTAIRE

Ira-t-on vers l’officialisation de tamazight en France ?

En termes de reconnaissance des minorités, il faut admettre que la Suisse possède une sacrée longueur d’avance sur les pays voisins, notamment la France qui vient à peine de ratifier une loi pour promouvoir les langues régionales, encourageant leur enseignement.

Le Romanche n’est parlé que par environ 60.000 personnes sur les 8.500.000 que compte la Suisse. L’Histoire de cette langue romane jalousement préservée par la Suisse est intéressante à plus d’un titre.

Bien qu’elle ne soit utilisée que par une petite minorité, elle constitue une des trois langues officielles du Canton des Grisons, avec l’allemand et l’italien, ainsi que la quatrième langue nationale suisse depuis le 19 février 1938, aux côtés du Français, la 3ème langue du pays.

Selon le recensement fédéral de la population de 2000, 60 561 résidents de la Suisse parlent cette langue, soit 0,8 % de la population du pays. C’est la langue principale de 35 095 personnes, ce qui représente 0,5 % de l’ensemble des résidents. La majorité de ses locuteurs se trouvent dans les Grisons et le reste, dans la diaspora romanche, un peu partout en Suisse.

- Advertisement -

L’usage de cet idiome étant en lente régression (- 15 % depuis 10 ans et parlé par moins de 100 000 personnes), on craint pour son avenir. Afin de contrer cette tendance, la Confédération suisse accorde un soutien au canton des Grisons pour la sauvegarde et la promotion du romanche.

Le romanche grison (RG), rumantsch grischun en romanche, est la forme unifiée et standardisée de la langue. Il a été créé et introduit par la Ligue romanche (Lia rumantscha) en 1982. Il est reconnu comme une langue officielle dans les Grisons depuis 1992 et son enseignement est encouragé dans presque toutes les écoles primaires depuis 2010. À présent, les manuels scolaires, les documents cantonaux et fédéraux ainsi que la majorité des publications en romanche sont écrits uniquement en romanche grison.

Le romanche est attesté sous une forme écrite à partir du XVIe siècle : en 1527, Juan Travers, homme d’État et de guerre, écrivait une sorte de chanson de geste (La chanzun da la guerra dal chasté da Müsch). 

Dans la période moderne, on trouve des poètes nationaux comme Peider Lansel, Gion Fontana ou Maurus Carnot, ainsi que des érudits comme Planto ou Andréa Schorta, auteurs d’un Dictionnaire toponymique grison. 

Le principal artisan du romanche moderne est sans doute le linguiste zurichois Heinrich Schmid, qui créa en 1982, à la demande de la Ligue romanche (Lia Rumantscha), organisation de défense et de promotion de la culture romanche, la forme écrite du romanche grison, unifiant les cinq principaux dialectes romanches.

Au vu de cette présentation, comment ne pas souhaiter des sursauts de lucidité partout sur la planète pour sauvegarder les langues des minorités en les officialisant là où leurs pratiquants sont suffisamment nombreux.

D’ailleurs, pour revenir à cette France qui s’est réveillée tardivement pour encourager ses langues régionales. Ne devrait-elle pas aller plus loin, en faisant des recensements et des statistiques sérieux sur les nombreuses autres langues venues d’ailleurs et constituent autant de richesses à faire fructifier aux côtés du breton, du picard ou du normand ? 

L’exemple du kabyle est assez significatif. On estime que plus de 800.000 Kabyles résident en France. Soit environs 1.2% de la population totale de l’Hexagone.

Si l’on se limite à Paris, il est à parier que ce taux s’élèverait à plus de 10%. C’est largement supérieur à la population des Grisons en Suisse. 

Alors, messieurs les officiels de tous bords, à quand l’officialisation des langues berbères en France, ces trésors phonologiques inestimables ? D’autant qu’une académie berbère avait été créée en 1967, à Paris. Il suffira d’un signe pour la réenclencher ! 

 

Auteur
Kacem Madani

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Lazhar Zouaïmia réagit à sa lourde condamnation à la prison

Lazhar Zouaïmia, ancien détenu d’opinion, libéré suite à des pressions canadiennes et vivant au Canada, a été condamné arbitrairement par contumace à 5 ans...

Les plus populaires

Commentaires récents