3 décembre 2022
spot_img
AccueilMondeJean-Luc Mélenchon appelle ses partisans "au combat"

Jean-Luc Mélenchon appelle ses partisans « au combat »

Jean-Luc Mélenchon appelle ses partisans « au combat »

Le candidat présidentiel de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a réuni plusieurs milliers de ses partisans à La Défense, dans la métropole du Grand Paris. Une manière de donner un élan aux militants, mais aussi de faire exister ses idées, dans une campagne saturée par les thématiques d’immigration et de sécurité.

Le candidat de La France insoumise (LFI) a tenté de reprendre la main en déplaçant le débat vers la gauche dans un contexte politique marqué par l’issue du congrès politique des Républicains et par le premier meeting d’Éric Zemmour.

Jean-Luc Mélenchon qui plafonne actuellement à 10% dans les intentions de vote pour le scrutin d’avril 2022, a sonné la mobilisation devant quelque milliers de partisans réunis à l’Arche de la Défense, près de Paris, alors que commençait, à une trentaine de kilomètres de là, à Villepinte (en Seine-Saint-Denis), le premier meeting politique d’Éric Zemmour.

« La France, ce n’est pas l’extrême droite, la France c’est la sécurité sociale, c’est la santé publique, c’est l’émancipation, c’est l’école, c’est la recherche, c’est le partage », a lancé Jean-Luc Mélenchon, qui à 70 ans brigue l’Élysée pour la troisième fois.

Mélenchon remobilise ses troupes et appelle « au combat »

- Advertisement -

Quelques flèches aussi pour la désormais candidate de la droite, Valérie Pécresse, qu’il invite à débattre avec lui: « Elle a dit d’elle-même qu’elle était un tiers Thatcher, deux tiers Merkel, ce qui ne laisse pas grand-chose de bon. Traduit en français, ça vous donne deux tiers Macron, un tiers Zemmour. »

Jean-Luc Mélenchon tente aussi de galvaniser ses troupes: « Assez de jérémiades, assez d’hésitations, au combat ! »

Dans la grande salle à l’ambiance digne d’un concert, Hassiba et convaincue: « Le camp de la haine ne me dit rien du tout, qu’il reste où il est. Nous on propose de la fraternité. » Pour Bernard, un autre partisan venu assister au meeting il y a tout à rebâtir: « L’hôpital, l’enseignement supérieur, les droits des salariés, mais aussi les droits démocratiques. »

Susciter une union « par la base »

Dans une pré-campagne préemptée par la droite et l’extrême droite, le chef de file de LFI, qui assure ne pas être « impressionné » par Éric Zemmour, a installé officiellement ce dimanche le « parlement de l’union populaire ». Cet organe programmatique de 200 personnes est composé pour moitié d’« Insoumis » et pour l’autre « d’intellectuels, de syndicalistes, de créateurs, d’associatifs, de femmes et d’hommes qui apportent par leur vie quelque chose d’utile et profitable à la patrie », selon les mots du candidat. Tous censés nourrir le programme et la campagne du candidat.

Parmi les membres de la structure figurent la femme de lettres Annie Ernaux, l’historien et écrivain Laurent Binet ou encore Jean-Marc Schiappa, le père de Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur de France, chargée de la Citoyenneté au sein du gouvernement de Jean Castex.

Une manière de susciter une union « par la base », alors que la gauche est affaiblie par l’émiettement des candidatures

Auteur
Avec RFI

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Des représentants d’ONG alertent le conseil des droits humains à Alger

La presse a été tenue à l’écart, selon nos informations, de cette première réunion de contact mercredi 30 novembre à Alger entre Mohammad Alnsour,...

Les plus populaires

Commentaires récents