21 juillet 2024
spot_img
Accueil360°La cour d'Alger aggrave la condamnation de l'étudiant Abdennour Aït Saïd

La cour d’Alger aggrave la condamnation de l’étudiant Abdennour Aït Saïd

L'activiste Abdennour Ait Said condamné à la prison ferme

Le parquet près la cour d’Alger a requis le 26 mars l’aggravation de peine à l’encontre de l’étudiant Abdennour Aït Saïd, condamné en première instance à 18 mois de prison ferme et à une amende de 100 000 dinars.

 

Le procès en appel de l’étudiant Abdennour Ait Saïd est renvoyé pour le 19 mars 2023, devant la chambre correctionnelle près de la cour d’Alger.

C’est en appel à une condamnation en première instance à 18 mois de prison ferme et à une amende de 100 000 dinars.

- Advertisement -

L’étudiant Abdennour Ait Saïd a été condamné, le 24 octobre 2022, à 18 mois de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende.

Le parquet avait requis à son encontre une peine de 03 ans de prison ferme en sus d ‘une condamnation pécuniaire (amende ).

Cependant, il y a lieu de rappeler que c’est condamnation par contumace.

Dans cette énième poursuite, il lui est reproché, une fois de plus, de prétendus faits « d’atteinte à l’intégrité du territoire national », « la publication d’informations de nature à nuire à l’intérêt national » et « incitation à attroupement non armé ».

Cet étudiant qui était très impliqué, comme des millions d’Algériens dans la dissidence populaire du printemps 2019 est depuis la cible des autorités. Il a été plusieurs fois arrêté et condamné.

L’Algérie vit, depuis l’intronisation de Tebboune à la présidence, sous un régime policier dans lequel des juges aux ordres jouent un rôle de premier plan. La répression des activistes les plus en vue avec des condamnations à de longues peines de prison pour certains a fini par semer l’effroi parmi les militants. Plus de 250 détenus d’opinion croupissent dans les prisons sous des accusations fallacieuses.

Avec le Cnld

1 COMMENTAIRE

  1. Dans toutes les poursuite à l’encontre d’Algériens qui veulent juste vivre en citoyens libres et dignes, le pouvoir des généraux leur reproche tjrs les même choses, à savoir :
    – « d’atteinte à l’intégrité nationale » alors qu’en vérité ce sont eux qui se sont partager l’Algérie avec certaines zones territoriales carrément réservées et/ou inaccessibles au peuple
    –  » la publication d’informations de nature à nuire à l’intérêt national « , en effet il ne faut surtout pas parler d’intérêt national puisque il n’existe pas, il est partagé entre eux et avec tous ce qui les soutiennent
    –  » incitation à attroupement non armée « , bientôt le même délit sera aussi réservé aux joueurs de dominos à moins de jouer seul alors que ce sont encore une fois qui sont armés jusqu’aux dents dans les différents attroupements entre ceux de l’armée, de la police et de la gendarmerie …
    C’est l’histoire du voleur démasqué qui cri  » au voleur, au voleur !  » en version tragicomique car il a le pouvoir et la force avec une justice du téléphone pour que tout rentre dans l’ordre dirigé afin d’assurer sa sécurité et sa longévité au pouvoir de voleur qui fait sa loi.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents