21 juin 2024
spot_img
AccueilMise en avantLa CPI émet un mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine

La CPI émet un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine

Poutine

Inédit. La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré, vendredi 17 mars, avoir émis un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine pour sa responsabilité dans la « déportation illégale » d’enfants ukrainiens depuis le début de l’invasion russe.

«Aujourd’hui, 17 mars 2023, la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale a émis des mandats d’arrêt contre deux personnes dans le cadre de la situation en Ukraine : M. Vladimir Vladimirovitch Poutine et Mme Maria Alekseyevna Lvova-Belova », commissaire présidentielle aux droits de l’enfant en Russie, a déclaré la CPI dans un communiqué.

Vladimir Poutine « est présumé responsable du crime de guerre de déportation illégale de population (enfants) et de transfert illégal de population (enfants) des zones occupées d’Ukraine vers la Fédération de Russie », a ajouté la cour.

« Personnellement responsable des crimes »

« Les crimes auraient été commis sur le territoire ukrainien occupé au moins à partir du 24 février 2022 », a poursuivi la CPI, ajoutant qu’il existait « des motifs raisonnables de croire que M. Poutine est personnellement responsable des crimes susmentionnés ». Lundi, le New York Times avait rapporté que la CPI s’apprêtait à lancer des poursuites contre des Russes pour le transfert d’enfants vers la Russie et pour des frappes délibérées sur des infrastructures civiles en Ukraine.

La CPI enquête depuis plus d’un an sur d’éventuels crimes de guerre ou contre l’humanité commis pendant l’offensive russe. Le procureur de la CPI, Karim Khan, a déclaré plus tôt ce mois-ci, après une visite en Ukraine, que les enlèvements présumés d’enfants faisaient « l’objet d’une enquête prioritaire ». Ni la Russie ni l’Ukraine ne sont membres de la CPI, mais Kiev a accepté la compétence de la cour sur son territoire et travaille avec le procureur. La Russie nie les allégations de crimes de guerre. Les experts ont admis qu’il était peu probable qu’elle remette des suspects.

- Advertisement -

« Aucune signification » pour la Russie 

Le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) contre Vladimir Poutine n’a aucune signification aux yeux de la Russie, a déclaré de son côté le ministère russe des Affaires étrangères. « Les décisions de la Cour pénale internationale n’ont aucune signification pour notre pays, y compris d’un point de vue juridique », a déclaré la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, sur sa chaîne Telegram. « La Russie n’est pas partie prenante du statut de Rome de la Cour pénale internationale et n’a aucune obligation en vertu de celui-ci », a souligné Mme Zakharova, ajoutant que Moscou « ne coopère pas » avec la cour. Cette décision rendue publique contre un puissant dirigeant est inédite en effet.

La présidence ukrainienne s’est félicitée de l’émission de ce mandat d’arrêt. « Ce n’est que le début », s’est félicité le chef de l’administration présidentielle Andriï Iermak sur Telegram. Le Parquet ukrainien a, lui, salué une « décision historique ».

De son côté, Josep Borrell le chef de la diplomatie européenne a affirmé qu’il s’agit d’« une décision importante ». Cette décision « n’est que le début du processus pour amener la Russie et son dirigeant à rendre des comptes pour les crimes et les atrocités qu’ils commettent en Ukraine. Il ne peut pas y avoir d’impunité », a-t-il soutenu. Le Royaume-Uni a salué, quant à lui, la décision de la CPI.

LM.Agences

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents