10 décembre 2022
spot_img
Accueil360°La fédération des consommateurs dénonce la mauvaise qualité du pain

La fédération des consommateurs dénonce la mauvaise qualité du pain

Pain à 15 DA : alors que le ministre qualifie la hausse d’illégale

La fédération des consommateurs dénonce la mauvaise qualité du pain

La décision prise par de nombreux artisans boulangers à travers le territoire national, d’augmenter le prix de la baguette à 15 DA, au lieu de 10 DA, à partir du 1er décembre, a suscité des réactions multiples à commencer par le ministre du Commerce, Mohamed  Benmeradi, qui qualifiait dans une déclaration à la presse, hier samedi, cette hausse « d’illégale ».

La fédération algérienne des consommateurs appelle quant à elle,  le gouvernement à s’asseoir et à négocier «  avec toutes les parties concernées, à commencer par les représentant des boulangers, afin de trouver des solutions qui satisferont tout le monde, en ce qui concerne le prix et la qualité du pain ».

La fédération veut que la discussion soit élargie à d’autres aspects notamment la qualité et la santé du consommateur. « On veut également attirer l’attention sur la qualité médiocre du pain blanc qui se vend à 10 DA, et que consomme la majorité des algériens, et qui leurs cause des problèmes de santé (…) tels que les problèmes au colon », pouvait-on lire dans un communiqué destiné à la presse.

- Advertisement -

L’association dénonce la composition « non équilibrée et la piètre qualité du pain, qui ne respecte aucune norme sanitaire, à cela s’ajoute sa courte période de conservation qui ne dépasserait pas, selon l’association les 4 heures, ce qui oblige le citoyen à en acheter deux fois par jours. Ce qui contribue au gaspillage énorme, et qui dépasserait les 30 millions de baguettes par jour », mentionne l’a fédération dans son communiqué.

« Le gouvernement doit émettre un cahier de charge et une liste technique de produits que le pain devrait contenir, ainsi que les propriétés physico-chimiques et technique adéquats », exige la fédération FAC

Les boulangers de leur côté, dénoncent à travers la fédération nationale des boulangers, et son président, M. Youcef Kalafat,  la cherté des  matières premières, la pénibilité de leurs travail, la hausse du prix du gaz et de l’électricité, qui a impacté la profession, jusqu’à réduire, à titre d’exemple, le nombre des boulangeries à Alger de plus de la moitié.  « le nombre de boulangeries à Alger a baissé sensiblement au cours des quatre dernières années, passant de 1.400 à 630 boulangeries situées principalement dans les communes d’El Harrach, Baraki, Zéralda, Gué de Constantine et d’autres communes à l’est et à l’ouest de la capitale », déclarait-il sur les colonnes du journal El Moudjahid. 

Communiqué de presse de la FAC
 

Auteur
B. Karima

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Ukraine, une terre à fragmenter

  Le 30 novembre dernier, le directeur du service de renseignement extérieur de Russie (SVR), Sergueï Narychkine déclarait que les dirigeants polonais ont l’intention...

Les plus populaires

Commentaires récents