4 février 2023
spot_img
Accueil360°La pomme de terre, ce féculent qui plombe le ramadhan

La pomme de terre, ce féculent qui plombe le ramadhan

Rien n’a changé depuis les années Chadli, période pendant laquelle, pour lutter contre la hausse des prix de la pomme de terre, le conseil des ministres avait décidé de faire appel à l’importation pour casser les prix !

Ce faisant, ce fut le secteur de l’agriculture qui en paya le prix fort, la production locale ayant eu du mal à s’écouler du fait que le paysan ne pouvait pas s’aligner sur cette dégringolade des prix ! Je me souviens que la presse parlait de quantités énormes de pomme de terre avariées, les paysans ayant décidé de ne pas écouler leurs stocks en attendant des jours meilleurs.

Comme par hasard, c’est toujours à l’approche du ramadan que la pénurie et la spéculation atteignent leurs apogées ! A croire que le mois de piété est surtout bon pour les affaires pour certains !

- Advertisement -

Quand on sait que c’est pendant ce mois sacré que le gaspillage atteint aussi des sommets élevés, avec un gâchis des plus illicites, il n’est pas difficile de trouver les bonnes solutions, encore faut-il qu’en haut lieu on ait le courage de prendre les bonnes résolutions !

Et si pour une fois, le pouvoir faisait preuve de sagesse en appelant le peuple à boycotter la consommation outrancière pendant le ramadhan ? Sera-t-il toutefois entendu quand on sait l’espace stratosphérique qui sépare le bon peuple des centres de décision ?

Cela rappelle une digression de Ben Mohamed à l’Opéra d’Alger, au début des années 1980. En ces temps-là la prohibition battait son plein à Tizi-Ouzou ! Par un jeu de comparaison subtil, Ben Mohamed avait dressé un parallèle quasi scientifique entre les effets du Ramadan et ceux de l’alcool sur l’individu. Et de conclure par un majestueux « puisque ceux sont les mêmes effets, il reste à espérer que le ramadan soit bientôt interdit à Tizi-Ouzou ».

Quelques chiffres qui font réaliser le drame des importations en restant dans la pomme de terre : Nos ministères de l’Agriculture et du Commerce ont évoqué l’importation d’une grande quantité de pommes de terre avec une prévision de 100.000 tonnes qui seraient acheminées en Algérie afin de réapprovisionner le marché.

La pomme de terre coûte environ 1 euro le kg en France dans la grande distribution. 100.000 tonnes, c’est 100 millions de kg. Le coût total est donc de 100 millions d’euros, sans compter le transport et autres frais annexes.

Faut-il être expert en économie pour en déduire que c’eût été plus rentable pour tous et surtout pour les paysans de consacrer une partie de ce budget pour les aider à produire davantage ?

Mais, on a bien compris, si on procédait de cette façon, plus question pour nos honorables responsables de tchipa en devises sonnantes et trébuchantes ! Et là, on touche au nerf des guéguerres pour le pouvoir !

Qui a dit que le ramadhan n’était pas un mois de sagesse, de piété, de Rahma et de méditation ? Kacem Madani

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

CHAN-2022 : Algérie-Sénégal, une finale alléchante

La sélection sénégalaise des joueurs locaux s'est qualifiée en finale du Championnat d'Afrique des nations de football (CHAN-2022), en dominant son homologue malgache (1-0),...

Les plus populaires

Commentaires récents