10 décembre 2022
spot_img
AccueilMondeLa Russie envahit l'Ukraine

La Russie envahit l’Ukraine

Ukraine

La Russie a lancé jeudi à l’aube une invasion de l’Ukraine, avec frappes aériennes à travers le pays, notamment la capitale Kiev, et l’entrée de forces terrestres depuis le nord, l’est et le sud du pays, selon les gardes-frontières ukrainiens qui enregistrent de premières pertes.

L’offensive a suscité une tollé international auquel Moscou reste sourd.

Deux jours après avoir reconnu l’indépendance de territoires séparatistes ukrainiens du Donbass, le président russe Vladimir Poutine, qui a affirmé vouloir les « défendre » contre une agression ukrainienne, a donné le signal des hostilités.

« J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale », a annoncé M. Poutine dans une déclaration surprise à la télévision avant 6H00 du matin (03H00 GMT). « Nous nous efforcerons d’arriver à une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine », a dit le maître du Kremlin, assis à un bureau en bois sombre.

Pluie de missiles dans la nuit ukrainienne

- Advertisement -

« Pays de merde, put… », crie une femme, devant le corps d’un homme tué dans un bombardement sur un quartier résidentiel de Tchouhouïv, dans l’est de l’Ukraine, épicentre de l’offensive déclenchée pendant la nuit par la Russie.

Près du mort, son fils en pleurs, la trentaine, reste prostré. « Je lui avais dit de partir », répète t-il indéfiniment, à côté des restes tordus d’une Lada antédiluvienne.

Le cratère du missile, large de 4-5 mètres, est situé entre deux immeubles de cinq étages totalement détruits, tandis que les pompiers tentent d’éteindre les derniers incendies.

Plusieurs autres immeubles plus éloignés de l’impact sont aussi gravement touchés, les fenêtres brisées, leurs montants pendent dans le vide.

Dans cette ville située à 30 km de Kharkiv, la deuxième métropole d’Ukraine, les bombardements russes ont résonné une partie de la nuit.

La police ne pouvait pas encore fournir de bilan mais au petit matin, les dégâts sont considérables. Une épaisse fumée noire est visible de loin et quatre immeubles sont complètement éventrés.

Sergueï, 67 ans, tente de boucher ses fenêtres avec une table dont les pieds dépassent dans le vide, au rez-de-chaussée de son appartement. L’homme s’en est sorti avec quelques contusions. « Je vais rester là, ma fille est à Kiev et c’est pareil là-bas », assure-t-il, alors que des explosions ont été aussi entendues jeudi matin dans les principales villes du pays.

Selon lui, le missile visait l’aérodrome militaire à proximité. « Il faisait partie des cibles que Poutine avait cité, je ne suis même pas étonné », poursuit-il.

L’armée russe a affirmé jeudi avoir détruit les systèmes de défense anti-aérienne et mis « hors service » les bases aériennes à travers le pays, sans donner plus de détails.

Invasion terrestre

La très redoutée invasion terrestre a également commencé jeudi matin, selon les gardes-frontières ukrainiens, notamment par l’est et la région séparatiste de Lougansk.

Chez les Ukrainiens de la région, préparés par huit ans de conflit armé avec les rebelles séparatistes prorusses, dans ce scénario catastrophe, chacun affirme savoir ce qu’il a à faire.

« S’ils continuent de nous bombarder, je vais trouver des armes et défendre ma patrie, peu importe si j’ai 62 ans », menace Vladimir Levachov, habitant de Tchouhouïv.

« Et pourtant je suis Russe. Mais si vous regardez l’histoire, si vous lisez des livres, il y a 300, 400 ans c’était déjà la même chose. Les Russes sont des écorcheurs ! », enrage-t-il.

Sur les principales routes de l’est, l’armée ukrainienne était partout. Entre Kramatorsk et Kharkiv, une colonne de véhicules siglé du drapeau bleu-jaune est à l’arrêt.

A 300 km de là, Marioupol, principal port de l’est du pays, de puissantes explosions ont secoué la ville, pourtant relativement épargnée ces dernières semaines.

Dans le secteur, les premières évacuations commencent, notamment des petites villes de Zoloty et Gorsky. « Nous emmènerons les gens à la gare la plus proche », dit Alexeï Babtchenko, porte-parole de la défense civile.

Mais plus loin, dans la ville de Novotochkovka, ces évacuations sont désormais impossibles. Quelques heures après le début de l’offensive, les tirs d’artillerie russes sont déjà trop nourris et les communications compliquées.

« L’offensive est en cours sur toute la ligne de démarcation dans les régions de Lougansk et de Donetsk », a déclaré M. Babtchenko. « Les combats se déroulent partout ».

« Nous ne pouvons pas encore recevoir d’informations sur les victimes, car il n’y a pas de communication dans cette zone ». Avec Afp

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La suppression de la police des mœurs évoquée par le pouvoir en Iran

Près de trois mois après le début du mouvement de contestation, suite à la mort de Mahsa Amini en septembre dernier, cette jeune Kurde...

Les plus populaires

Commentaires récents