4 octobre 2022
spot_img
AccueilSociétéL’Algérie exploiterait secrètement les gaz de schiste par fracturation hydraulique!

L’Algérie exploiterait secrètement les gaz de schiste par fracturation hydraulique!

Scandale: malgré les assurances du gouvernement algérien

L’Algérie exploiterait secrètement les gaz de schiste par fracturation hydraulique!

Une députée française Mme Muriel Ressiguier , affirme dans une question écrite, adressée au gouvernement de son pays que l’Algérie exploite déjà les Gaz de schistes par la méthode très controversée de la fracturation hydraulique des roches, en vue de l’exporter en France via un projet  gazoduc South Transist East Pyrénées (STEP). La question porte   « sur les contradictions relevées entre la mise en œuvre du projet gazoduc South Transist East Pyrénées (STEP), les objectifs de la France vers la nécessaire transition écologique et la question des relations Nord / Sud qui devraient être conformes aux principes de coopération tant sur le plan de la solidarité que de l’écologie. », pouvait-on lire sur la page Facebook de la députée Hérault de France insoumise.

« Or le gaz prévu pour passer dans ce tuyau proviendra essentiellement d’Algérie et ce pays possède la 3ème réserve mondiale estimée de gaz non conventionnels. Comme vous le savez, l’extraction des gaz s’effectuent déjà en Algérie par la fracturation hydraulique. Il ne saurait être acceptable que les pays de la Communauté Européenne n’autorisant pas chez eux l’extraction des gaz de schiste à cause des multiples risques que cela induit se tournent vers l’Algérie pour le produire, en laissant supporter à ce pays les risques et les aberrations écologiques qui sont liés à ce type d’extraction (notamment la pollution des nappes phréatiques dans des régions où le manque d’eau est criant) ! », s’indigne Mme Muriel Ressiguier. « Cela va à l’encontre des relations de coopération Nord / Sud telles que nous devons les concevoir et les construire : respectueuses, solidaires, économiquement, socialement et écologiquement responsables. », conclut la députée de France insoumise.

Si ces informations se confirment, cela voudrait dire que les luttes sans relâche qu’ont menées les populations du Sud algériens, ont été balayées par des décisions secrètes et bureaucratiques du gouvernement, méprisant ainsi la volonté du peuple à ne pas subir les affres de la pollution des nappes phréatiques du Sud du pays.  Le gouvernement de cette autocratie qu’est devenue l’Algérie, se doit au moins de fournir des explications sur cet énième scandale, de l’ère Bouteflika, qui se profile à l’horizon.

Auteur
B. Karima

- Advertisement -

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Algérie : exporter « des fossiles », importer des « faux-cils » ?

On se demande parfois si l’énergie produite par des centrales nucléaires est une énergie fossile ou une énergie renouvelable. Et la réponse ni l’une...

Les plus populaires

Commentaires récents