3 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeL’Algérien accompli existe : on le rencontre tous les jours sur Facebook !

L’Algérien accompli existe : on le rencontre tous les jours sur Facebook !

 

Photo Horizons

« Il n’y a pas de substitut à l’excellence. Pas même le succès ». (Thomas Boswell, chroniqueur sportif)

« L’Énigme algérienne », dit l’autre. Quelle « énigme » ? Il suffit de trouver une réponse à la question : « De quoi l’Algérien contemporain est-il le nom ? ».

Je vous donne une piste…

Voilà un homme, qui se trouve être un écrivain, et qui, en 2022, réussit à remplir une salle de plus de mille personnes, autant dire : mille lecteurs, réels ou potentiels !…

- Advertisement -

On n’aura pas vu ça depuis les années 1970. Où une pièce de théâtre pouvait plusieurs soirs de suite remplir le TNA d’Alger ou le Régional d’Annaba, de Constantine ou d’Oran. Où la projection d’un même film pouvait remplir trois fois dans la journée la salle de la Cinémathèque ! Où même un récital de poésie pouvait remplir et animer toute une salle (El-Mouggar).

Bref… Les années 1970, mes plus belles années, avant mon expatriation (c’est mieux que de dire « émigration », pardi !) : il suffit de lire, sur Facebook, le témoignage d’Ahmed Cheniki, qui aurait pu être le mien, mot pour mot : « CE N’EST PAS DE LA NOSTALGIE, C’EST LA STRICTE REALITE » (Incipit : « Je vous jure que nous avions plus de 400 salles de cinéma, des théâtres souvent pleins – 432 spectateurs par représentation, selon billets vendus -, des écoles très propres, des universités au sens plein du terme, des services publics très performants, un courrier Algérie-Paris mettait moins de 48 heures, des librairies très bien faites, le livre était subventionné, partout, des peintres animaient Alger, Constantine, Oran… »).

La Khadrature du cercle (Suite et fin)

Yasmina Khadra, donc. Le 3 février 2021, dans une tribune intitulée La Khadrature du cercle (sic), j’avais réagi à d’autres attaques ciblant Mohammed Moulessehoul, et qui venaient tout bonnement d’autres écrivains. Aujourd’hui, après avoir longtemps hésité, je me dois de dire ce qui me chagrine dans les milliers de commentaires (du jamais vu) qui se télescopent avant de s’abattre sur le nom de l’écrivain, devenu à son corps défendant un substitut aux stèles de Mina !…

Les invectives et autres noms d’oiseau qui volent au-dessus du nid de « Facebook » en disent long sur leurs auteurs. Le plus cocasse, c’est que la langue employée par 75% de ces commentateurs pour descendre en flamme l’écrivain est d’une indigence sidérante : fautes d’accords, d’orthographe et même de syntaxe ! Y compris chez des gens instruits, dont le français est langue de travail ! Et ça veut « corriger » l’écrivain à qui l’on reproche un ego surdimensionné ?…

L’ego est le propre de tout artiste, de tout créateur. Seulement il est des créateurs qui réussissent à le contenir, à l’apprivoiser ou à le dompter, d’autres n’y réussissent pas ou n’y pensent même pas, trop occupés sans doute à gérer l’ego de leur propre héros… Mais que dire de l’ego de celui qui ne produit rien, qui ne lit pas et qui trouve matière à critiquer ? L’ego, c’est un peu l’histoire de la paille dans l’œil du voisin qui m’empêche de voir la poutre dans mon œil à moi !

Yasmina Khadra, mégalo ? Mais où, en quoi : dans ses envolées ou dans ses romans ? Dans sa bouche ou dans la bouche de ses personnages ?

Un romancier n’existe et ne s’impose que par son style, par ses personnages et l’univers dans lequel il les fait exister, et les fait si bien exister qu’ils finissent par te paraître si familiers, à toi, virtuel lecteur ! Encore faut-il que tu lises ! Avant de t’attaquer à l’écrivain, commence par t’attaquer à son œuvre, commence par le lire, oui ! Et tu auras tous les droits de l’encenser ou de le flétrir ! Mais lis-le, d’abord ! « Lis ! ». Cet impératif te dit quelque chose ?

Salah Guemriche

ARTICLES SIMILAIRES

10 Commentaires

  1. Ayavava ! LeMatin-Dized est deviendé une secte de féroces bigots dYK. Il a même coopté l’imam ta3 Les-Zoizos.

    Ayakhouzid ! Comme si j’avais attendu de ne pas avoir lu YK pour me rende compte que je suis un abruti. Il ne m’aura manqué que la lecture d’YK pour me racheter.

    Lis-le ! Lis-le ! Lis-le ! C’est quoi ces injonctions ya Si Guemriche ? Allez dire à Kichi de lire Proust ou Faulkner . Et dites-lui que c’est parce qu’il ne sait pas écrire qu’il ne les aime pas. Et, pendant que vous y êtes, allez dire à tous ceux qui disent que Faulkner est un esclavagiste, Céline un facho et un collabo, qu’ils ne savent pas lire. Et je peux vous citer des noms d’illustres écrivains qui ne sont que des crapules dans la vie.Monsieur Guemriche,lui, nous dit que celui qui écrit est protégé par ses romans.Si vous n’aimez pas l’homme , lisez ses romans ça vous passera. Allez dire à Doudjebra qui a écrit que Y.K est un écrivain de l’extérieur , qu’il ne sait pas écrire. Allez donc dire à tous ceux qui ont écrit à ingiripataryoutik qu’YK est un harki de l’écriture, qu’ils ne savent pas écrire.

    Je ne dis pas que YKK est un mauvais écrivain, ni qu’il n’est pas fréquentable. Mais s’agissant de lecture , vous n’avez pas à m’indiquer qui et comment je dois lire. On ne lis qu’avec son propre cerveau. Mais vous , vous dites que ceux qui lisent YK sont des surdoués et ceux qui ne le lisent pas des abrutis.

    Si vous aimez Y.K , grand bien vous fasse, extasiez vous devant les  » hirondelles de Kaboul’, tant que vous voudrez, mais ne dites pas que je suis un abruti parce que les livres d’ Y.K me tombent des mains.

    Lis-le ? Iben non! Je ne le lirai pas, et ce n’est pas comme vous le laisser entendre par faute d’avoir lu. Parce que des livres j’en ai lus , et des paquets ! Mais je vais pas me forcer de lire Y.K uniquement parce que vous vous l’avez lu.

    Un livre ya Si Guemriche ne vaut pas que par celui qui l’a écrit mais aussi et surtout par ceux qui le lisent. Pour vous un livre est forcément bien écrit et s’il n’est pas apprécié c’est qu’il a été mal lu.

    Si on ne lit pas avec votre grille de lecture on ne sait pas lire ?

    Parlant de l’ego surdimensionné qu’on reproche à Y.K. Mahsev il est modeste Y.K ? Il n’est pas surdimensionné son ego ? Il est comment l’ego d’un écrivain qui pense que le Prix Goncourt ne devrait être attribué qu’à lui et à tous ses romans?

    Byensour qu’il est mégalo Y.K ! Plus bouffi que lui , il n’y en a pas, an3am ih !

    • Pour les fautes, je les ai vues comme vous après coup. Mais je n’ai pas lta de me relire , et surtout pas les moyens de me payer un correcteur. Et, ontarnous,ontarnous kane, ce n’est pas parmi certains que je vais amounage avoir des complexes d’orthographe nagh de grammaire.

    • Je viens de m’apercevoir que j’ai écrit  »YKK » , je ne l’ai pas fait exprès, c’est juste que cetaines touches de ma tablette restent coincées, d’autres n’impriment pas. Dizouli ! Je n’ai rien contre Y.K , et rien pour non plus .

      • Salut, Dda Hend !… Sur la valeur de YK en tant qu’écrivain, je ne peux vraiment rien dire, car je ne l’ai jamais lu. Là où je me trouve, l’accès à ses livres n’est pas facile. Je pourrais, évidemment, faire un effort et me le faire envoyer de France, mais mon désillusionnement quant au talent des auteurs modernes du monde entier ne me pousse pas trop à fournir ce rabiot d’effort.
        Quant à ses illusions de grandeur, et tout homme qui se croit grand ne peut qu’être victime d’illusions, des gens qui le connaissent personnellement m’en ont parlé, mais je ne sais pas vraiment qu’en penser. D’un côté, dans la vidéo il a mentionné que dans sa jeunesse il rêvait de devenir un autre el-mutanabbi, or el-mutanabbi était justement connu pour exagérer ses qualités personnelles, sa vantardise apparente. C’est un style dont il n’a pas le monopole par ailleurs. Est-ce juste une question de « style » chez YK, je n’en sais rien. D’un autre côté, peut-être joue-t-il les modestes de façon détournée, auquel cas il me vient aux lèvres les mots de je ne sais plus qui, en s’adressant à un artiste ou écrivain que je ne me rappelle plus: « Ne jouez pas les modestes, vous n’êtes pas si bon que ça. »

        • Byensour ayamadakoul , la kistyou ce n’est pas si Y.K est un immense écrivain ou non. On l’aime ou on ne l’aime pas, ipicitou. C’est dire que j’aurais été moins idiot si je l’avais lu qui m’a énervé. Et encore plus quand on me laisse entendre que si on écrit bien on est forcément un saint.
          Pour la lecture , je ne lis que les anciens .

          Si Flène lit des romans pour se cultiver ou pour s’instruire ce n’est pas mon cas. J’ai lu beaucoup de romans et je peux dire aujourd’hui que pas un seul ne m’a servi professionnellement au cour de ma longue carrière où j’ai croisé des BAC-plus-12 qui ont peu ou presque pas lu de romans ou quoi que ce soit qui sorte de leur cursus scolaire , ils font bien le travail qui leur est demandé , sans avoir besoin d’étaler leur savoir livresque, ni une culture qui ne leur est pas requise. Non , le fait d’avoir lu  « le lys dans la vallée , la chartreuse de Parme, Madame Bovary, Les âmes mortes de Gogol, ou toute la série des Rougon- Maquart et d’autres et d’autres, ne m’a pas fait avancé plus vite dans ma carrière.

          Je ne lis pas un roman pour m’instruire mais pour me distraire , je lis au feeling ,sans effort, et je laisse tomber quand ça ne me plais sans me culpabiliser. Il m’est aussi arrivé de lire pour ne pas mourir d’ennui. Comment pourrai-je me vanter d’avoir lu ?

          Quant à la fausse modestie , c’est comme tu le dis, je ne crois qu’il est comme Diogène :

          On raconte qu’un jour il est allé ( Diogène) avec ses disciples laver son linge à la rivière. Diogène portait ostensiblement un manteau qu’il avait artificiellement mité . Un de ses disciple lui dit:Maître , je vois ton orgueil à travers les trous de ton manteau. Comme quoi la modestie réelle n’existe pas. Dire de quelqu’un qu’il est modeste c’est comme dire qu’il ne devrait pas !

          Même si YK était vraiment modeste ça ne se verrait pas.

          • Moi aussi je préfère lire et relire les « anciens. » Un des facteurs est que les anciens s’inspiraient de la vie des êtres humains, de ce qu’ils avaient vécu eux-mêmes ou alors de ce qu’ils avaient vu d’autres vivre et ils avaient la capacité de ressentir les sentiments des autres et bien les exprimer. C’est comme H’nifa, qui chante « matchi d’loghna ay tsghennigh – d’ayen i3eddan felli » (je ne fais pas que chanter, je dis ce que j’ai vécu.) Je trouve qu’un nombre énorme « d’artistes » de nos jours s’inspirent plutôt d’autres œuvres que de la vie réelle.

          • Azul @ Hend, Flaubert a dit (ou aurait dit?) Madame BOVARY, c’est mwa. ça te ressemble un peu si je puis dire. attensiou, c’est à double trancha!

            • « C’est à double trancha » ? . c’est ton propos qui l’est. Ou est-ce trop subtile pour mon cerveau d’abruti ? Je ne vois pas à quoi tu fais allusion . Mais je crois que le vice n’attend pas la longueur des années. Loukane atsaglid dgui tili sizmane aqdim.

              Mais tu as raison , je suppose que c’est moins à Flaubert qu’à son personnage que tu me compare. Emma c’est mon portrait tout craché, bien que je sois d’une rigoureuse fidélité et que malgré mon démon du midi lié à mounage les mouta3ades ne me tentent guerre.

            • Disouli @ Hend, mais, c’est le propos lui-même « Mme Bovary c mwa » qui est à double trancha. Je dirai même que c’est Flaubert Himself qui l’est (avec toute mon humilité biensour). A part ceux qui n’en ont pas consciasse, nous sommes tous des Emma.
              Pour la comparisou, comme tu le sais, elle n’est pas raison, dounc, qcq jveudire? reste toi-mime, tu intirisse davantage les abrutis que nous sommes que l’artic lui’mime. Ma dhlemegh yahwayi.

            • Alla khati, jtijor que lu au primyi digri j »avais pris ça comme un compliment. Tu n’as pas tout a fait tort de me comparer à cette chère Emma. Du point de vue conventionnel du moins, et même à Flaubert ma3lich, car il y a du Flaubert dans Emma et du Emma dans Flaubert. De toute façon mieux vaut avoir raison d’avoir tord que tord d’avoir raison, ou le contraire , jissiplus.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Brahim Boughali, le dévouement jusqu’à l’imposture

Brahim Boughali, le président de l’APN, a un problème avec la vérité et les réalités qui président le pays. Il reproduit avec dévouement la...

Les plus populaires

Commentaires récents