13 juin 2024
spot_img
AccueilA la uneL'ARAV voit le MAK et le... mal partout !

L’ARAV voit le MAK et le… mal partout !

Cette capture d’écran explique bien qu’il n’y a pas lieu de faire tout e affaire pour un tag.

L’apparition du sigle « MAK » dans une scène du feuilleton «El Dama » diffusé pendant ce mois du Ramadan sur l’une des chaînes de la télévision  publique a fait réagir l’Autorité de régulation de l’audiovisuel.

A l’Arav, on a la dent dure contre le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie et son président Ferhat Mehenni. C’est dans l’ère des mauvais temps que nous vivons.

En effet, dans une séquence du film, les trois lettres controversées écrits sur un mur ont été balayées par le champ de la caméra.

Ce qui a suscité l’ire du gendarme de la diffusion audiovisuelle nationale (ARAV) qui invite l’EPTV à apporter  des éclaircissements sur le sujet. Mais ce gendarme ne voit rien de la médiocrité qui ronge la production audiovisuelle. Ni d’ailleurs de la laideur des décors. C’est un peu l’histoire du doigt qui montre la lune. L’imbécile évidemment ne voit pas la lune !

« En visionnant un programme de la Télévision publique, en l’occurrence le feuilleton  ‘El-Dama’, dans son premier épisode, à la 19eme minute 45 secondes, une scène montrant un mur au niveau d’un marché à Bab El-Oued (Alger), sur lequel est écrit le nom d’un mouvement séparatiste classé comme terroriste », indique courageusement le communiqué de l’ARAV. La chasse est ouverte

- Advertisement -

« La télévision publique a été saisie pour demander des éclaircissements à ce sujet et prendra les mesures nécessaires à la lumière des éclaircissements fournis par l’EPTV », ajoute la même source. Voilà donc, le gendarme fait semblant de jouer son rôle. Cette levée de boucliers a poussé le réalisateur a sortir de son silence et à devoir se justifier.

Le réalisateur de la série, Yahia Mouzahem, vient de réagir à travers les réseaux sociaux  pour apporter des détails sur le tournage de la scène objet de la polémique, prêtant au film et au réalisateur l’intention de faire l’apologie du MAK

Jeudi dernier, sur les lieux du tournage, un quartier de Bab El-Oued, le réalisateur filme une vidéo explicative qu’il a publiée quelques instants plus tard sur ses  comptes Instagram et Facebook où l’on peut voir des résidents du quartier expliquer au réalisateur que le graffiti litigieux  datait  d’au moins cinq ans et qui a été écrit par les jeunes du quartier n’a rien à avoir avec le MAK. Sur d’autres murs du quartier, ils lui montent des graffiti tout aussi subversifs.

Pour mieux convaincre de sa bonne foi, Yahia Mouzahem tente de  rassurer en affirmant que ses opinions politiques n’ont rien à voir avec le MAK.

Et comme pour rappeler son importance, l’ARAV a saisi toutes les chaînes de télévision via un communiqué diffusé au début  de ce mois de ramadan leurs obligations au respect des principes du peuples algérien et les spécificités du mois sacré.

Jeudi dernier à l’issue de l’adoption du projet de loi organique sur l’information,  le ministre de la communication a réitéré même injonction en insistant sur les spécificités  du ramadhan et les valeurs du peuple algérien. Pour ceux qui ne sont pas musulmans, ils n’ont qu’à bien se tenir.

Le cinéma algérien vit ses heures sombres. A l’incompétence s’ajoutent la censure, la bigoterie et la surenchère patriotique. Et pourtant un cinéma digne de ce nom a besoin de liberté, d’audace, d’impertinence et de finances pour contribuer à l’éveil des citoyens. Et rien d’autre.

Samia Naït Iqbal

 

5 Commentaires

  1. Il ne manque que l’etoile jaune pour mieux distinguer les kabyles. Mais, ceci viendra un jour. Et dire que l’algerie n’a eu son independance que grace à un article de l’ONU du « droit des peuples à l’autodetermination ». Les deputés, l’ARAV, ecc… en reagissant, ils ne font que defendre leur gagne-pain et leur retraite dorée … en France, et ce qui va avec. Ils se foutent eperdument de ce pays, une SARL annonyme, incapable de nourrir ses rejetons.

    • HA HA HA !! Je me demandais si j’étais le seul à avoir remarqué cette ironie…ou pire, peut-être une provocation délibérée.
      Il faudrait expliquer aux non-kabylophones que arav veut dire « arabe » en kabyle.

  2. En effet, l’imbécile ne voit pas la lune mais est capable de détecter l’ombre menaçante du MAK même là où il ne s’agit que de « Maghlouqa Alik Kamal ». Paranoïa quand tu nous tiens! Tebboune himself n’avait-il pas déclaré que les incendies de Kabylie et l’assassinats du regretté Djamal Bensmail étaient l’oeuvre du Makhzen? Après de telles déclarations ineptes de la part de la plus haute autorité de l’État, qu’attendre de ce machin (ARAV) dont le seul rôle consiste à censurer tout ce qui risque de fâcher les gardiens du temple et tous les faux dévots qui tiennent l’Algérie en otage?

  3. Je ne vois pas pourquoi ce régime criminel et mafieux avec un casque de la garde  » de ripoux publique Algérienne  » qui n’est là depuis 62 que pour détourner, voler, dilapider, détruire etc …s’acharne sur la Kabylie en particulier le MAK. La Kabylie mise à genoux par ce pouvoir digne d’une colonisation fasciste ne veut que se relever et marcher vers la lumière. Son indépendance s’impose pour sauver ce qui reste de dignité, d’honneur et d’ état d’esprit libre, elle ne veut rien d’autre … elle vous laisse votre pétrole et gaz de malheur qui fait votre bonheur, vous devez remercier le MAK et l’encourager car il vous débarrassera définitivement des Kabyles en bien comme en mal et surtout que vous ne serez plus perturber ni déranger dans vos sales besognes en installant votre ripoux publique arabo islamique compatible à votre instinct de maléfique.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

La bourde de Nathalie Saint-Cricq sur France2

Nathalie Saint-Cricq fait partie de cette légion d'analystes faiseurs d’opinion qui professent pour leur clan sur les chaînes publiques. Ici c’est pendant le journal...

Les derniers articles

Commentaires récents