27 novembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLe complexe anti-kabyle et la machine de la propagande

Le complexe anti-kabyle et la machine de la propagande

COMMENTAIRE

Le complexe anti-kabyle et la machine de la propagande

Il semble qu’il y a un « complexe anti-kabyle » dans le logiciel mental de nos dirigeants. Complexe anti-kabyle veut dire plein de choses.

Le Kabyle est vu comme un élément dangereux, non pas pour cette sacro-sainte « unité nationale » — parce qu’en effet cette dernière est le dernier des soucis en haut lieu—, mais pour l’unité du régime en place. Faire du Kabyle un « agitateur », un « fauteur de troubles », une « menace » pour les constantes nationales, un « traître » à la solde de puissances étrangères, un « ennemi juré » du pays, allié des ennemis de l’arabité et de l’islam est un vieux film qui se recycle et rapporte gros chez nous.

Non, il n’y a pas d’Apartheid anti-kabyle, mais un complexe anti-kabyle dont certains par haine, d’autres par jalousie et mauvaise foi et la plupart pour « traîtrise » envers cette pauvre Algérie en pleine perdition, mettent chaque fois à jour pour tuer dans l’œuf tout espoir de changement.

« Diviser pour régner », l’ancien modus operandi colonial est, semble-t-il, de retour. Il se renouvelle dès que possible afin de rallonger l’espérance de vie d’un régime aux abois. Traditionnellement frondeuse, insoumise, tout le temps en révolte, la Kabylie digne héritière de l’antique Numidie et du Maghreb central dont le grand Ibn Khaldoun loue les qualités de la bravoure, la virilité et la penchant atavique pour les révoltes, paie un lourd tribut pour son indocilité sans accuser de faiblesse ni se montrer fatiguée. Cela gêne, parce que c’est mobilisateur à long terme et risque de semer la graine de « l’insoumission permanente » dans le reste du pays.

- Advertisement -

Donc, contrairement à ce que d’aucuns pensent et véhiculent, le Kabyle est un patriote, amoureux du changement démocratique, attaché à son pays, à sa diversité et à son unité. Mais, et nous revoilà dans le nœud gordien, dans le grand virage si l’on ose dire, il y a ce virus maléfique qui s’insinue dans les discours de division et de haine, genre Bengrina, Khettal, Naima Salhi et compagnie, soutenus en catimini par les officines obscures de la propagande pro-régime.

Et comme le Kabyle n’entre pas dans la culture main-stream ayant les faveurs de ceux qui tiennent les manettes et qu’il est différent culturellement parlant des autres, cela fait de lui une proie. Ce qui fait qu’il est plus facile d’arrêter Nordine Aït-Hamouda, un ex-député de la Kabylie pour offense à la personnalité de l’émir Abdelkader que d’arrêter le discours d’Apartheid manifeste contre la Kabylie de personnalités haineuses telles que Naima Salhi et de Bengrina, lequel passe à la télévision officielle et dans les médias privés, avec la bénédiction de « ceux qui ont mis le premier en taule »!

Est-ce du racisme ?

Mais non! Parce qu’on n’a pas de problème ethnique en Algérie qui est un pays historiquement amazigh! Quoi alors? Mais, c’est un complexe anti-kabyle, mêlé à la peur face à cette région rebelle, toujours à l’avant-garde des luttes, du militantisme démocratique et de la résistance. Bref, force est de constater que le régime a tenté et tente toujours de régionaliser le problème algérien et de le rattacher à la seule Kabylie.

L’objectif, détourner l’attention des autres régions, en majorité arabophones, sur les vrais problèmes du pays, en leur jetant en pâture la Kabylie comme bouc-émissaire. Et de là, le régime fait sortir les pires alibis de la « Fitna » de « Hizb frança », « Zouaves », de  » la main de l’étranger » et suis generis, en dressant ses larbins dans les médias lourds, la classe politique, la société civile, afin de servir de relais à ses fausses thèses.

Ce travail de sape assez fréquent et si régulier paie parfois hélas, dans la mesure où il a brisé l’élan des révoltes et des révolutions chez nous et ce, depuis 1963, date de la guérilla du FFS, en passant par le Printemps d’avril 1980 et celui de 2001!

Avec les dernières arrestations « arbitraires » qui ciblent en majorité des militants de cette région, on est, semble-t-il, en train de revivre les mêmes expériences du passé ! Vigilance !

Auteur
Kamal Guerroua

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Un colonel des Gardiens de la révolution abattu à Damas

Un colonel des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, a été tué, lundi 21 novembre, près de Damas par une bombe artisanale...

Les plus populaires

Commentaires récents