6 juin 2023
spot_img
AccueilCultureLe crooner engagé Harry Belafonte s'est éteint

Le crooner engagé Harry Belafonte s’est éteint

Harry Belafonte

Harry Belafonte s’est éteint ce 25 avril 2023 à New York à l’âge de 96 ans. L’artiste américain a mené plusieurs carrières de front. Acteur de formation, chanteur et « roi du calypso » bien sûr, mais aussi militants des droits civiques.

Il aura suffi qu’on lui offre deux billets pour voir l’American Negro Theater pour qu’Harry Belafonte, encore jeune homme, tombe amoureux de la comédie. Ses cours d’arts dramatiques aux côtés de Marlon Brando ou Sidney Poitier le conduisent jusqu’à Broadway. Où il obtient même un Tony Award pour sa première prestation dans John Murray Anderson’s Almanac. Pour payer ses cours, il se produit dans des clubs. C’est donc par le théâtre que commence sa carrière musicale. Et dans des clubs de jazz qu’il se fait la main auprès d’un public pas toujours habitué à la voix suave de ce crooner aux allures de séducteur.

« Roi du calypso »

Né à Harlem à New York le 1er mars en 1927, fils d’une femme de ménage jamaïcaine et d’un cuisinier de navire, c’est sur cette île des Caraïbes qu’il a passé la majeure partie de son enfance. Et sans doute là qu’il a puisé l’inspiration pour ce qui allait devenir sa marque de fabrique : le « calypso ». Dans les années 1950, l’Amérique découvre ce style afro-caribéen, mélange de rythmes africains et de musiques européennes. L’artiste, qui excelle aussi dans les musiques folk et le blues, signe avec le label RCA Victor. La collaboration sera longue et fructueuse.

L’année 1956 est un tournant pour Belafonte. L’album Calypso sort et se vend à plus d’un million d’exemplaires. Le crooner au sourire lumineux est sacré « roi du calypso ». Le tube The Banana Boat Song reste encore aujourd’hui un des titres les plus connus du chanteur. Mais on peut aussi citer Mathilda, son premier single, Try to remember ou le piquant Mama Look a Boo Boo.

- Advertisement -

En parallèle de sa carrière musicale, Harry Belafonte continue de tourner. Au total, entre 1953 et 2006, Harry Belafonte a joué dans une dizaine de films, et en produit quelques-uns. À la fin des années 1950, la vedette a même une émission télévisée, le Tonight With Belafonte, pour laquelle il sera le premier Afro-Américain à recevoir un Emmy Award.

Des récompenses, Harry Belafonte n’en manque pas : en 1989, il a reçu les honneurs du Kennedy Center, en 1994 la Médaille nationale des arts et en 2000, un Grammy Award est venu saluer l’ensemble de son œuvre. Et il n’y a pas que sur les planches et au micro que Belafonte s’est distingué. L’Américain s’est aussi consacré à plusieurs causes et fut une figure engagée dans la défense des droits civiques.

Compagnon de lutte de Martin Luther King

Au milieu des années 1950, il fait la rencontre de Martin Luther King, avec qui il reste ami jusqu’à son décès. Ce qui lui a d’ailleurs valu d’être au cœur d’une dispute avec ses ayants-droits en 2008. Ces derniers lui reprochant d’être en possession des brouillons de deux discours du défenseur des droits civiques, dont celui qu’il devait prononcer à Memphis le 4 avril 1968, jour de son assassinat, et de la lettre de condoléances adressée par le président Jonhson à la veuve du pasteur.

En 1960, le président Kennedy le nomme consultant culturel dans le Corps de paix, qui venait en aide aux pays en difficulté. Auparavant jamais échue à une personnalité. Parmi ses autres faits d’armes, en 1985, il contribue à la campagne We are the world pour l’Afrique. Puis devient ambassadeur itinérant pour l’Unicef. L’apartheid en Afrique du Sud et le Sida ont aussi fait partie de ses combats.

Mais ses prises de positions ont parfois suscité quelques critiques. Harry Belafonte n’a jamais caché ses sympathies communistes et son attachement au régime cubain, critiquant maintes fois l’embargo américain.

C’est sûrement l’administration Bush qui s’est le plus attiré les foudres de ce militant offensif. Condoleeza Rice avait d’ailleurs répliqué à l’une de ses sorties sous-entendant que comme au temps de l’esclavage, elle et Colin Powell étaient au service de George W. Bush : « Je n’ai pas besoin qu’Harry Belafonte me dise ce que c’est que d’être Noir. »

C’est donc sans surprise qu’en 2016, dans une vidéo, Belafonte, 89 ans, avait apporté son soutien à Bernie Sanders, lors des primaires américaines.

RFI

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’Algérie affiche un PIB le moins faible en Afrique du Nord

Pour la première fois depuis son indépendance en 1962, et chose passée largement inaperçue, l’Algérie a affiché le PIB par habitant le plus faible...

Les plus populaires

Commentaires récents