20 juin 2024
spot_img
AccueilCommuniquéLe fils du directeur des domaines de Tiaret écope de deux mois...

Le fils du directeur des domaines de Tiaret écope de deux mois de prison avec sursis

Accusé de détention de psychotropes

Le fils du directeur des domaines de Tiaret écope de deux mois de prison avec sursis

Le fils de M. Saidi Abdelkader, Directeur des domaines de la wilaya de Tiaret, a été condamné, mercredi, par le tribunal de Tiaret à deux mois de prison avec sursis pour détention de psychotropes. 

En effet, le fils de ce directeur d’exécutif de la wilaya de Tiaret, seulement un vingtenaire d’années au compteur, a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi par une patrouille de la police relevant de la sûreté de wilaya de Tiaret en conduisant un véhicule neuf de marque Skoda, suite à un accident de voiture au niveau du rond-point de la piscine de la route de Aïn-Bouchekif dans la ville de Tiaret dont il était l’auteur. Son tort ? Il a percuté un trottoir, apparemment, sous l’effet de psychotropes. 

Seulement :a fouille du véhicule du prévenu a permis aux éléments de la police la découverte de deux plaquettes de comprimés psychotropes, Lyrica prégabaline (Sarroukh), un psychotrope très dangereux qui incite à la violence, ainsi que des boissons alcoolisées. 

- Advertisement -

Après avoir été entendu par la police, et mis en détention, il a été présenté le lendemain, devant le procureur près le tribunal de Tiaret.

Le jeune homme a été présenté en citation directe devant le juge en procédure de flagrant délit sous l’accusation de détention de comprimés psychotropes à une fin de consommation personnelle. Ces accusations sont passibles de peine allant jusqu’à 5 ans de prison ferme. Le veinard s’en est sorti quand même qu’avec une peine de 2 mois de prison avec sursis. Il a été relâché durant la même l’après-midi.

Le ministère public, lui, avait requis une année de prison ferme.

Selon une source bien informée, l’accusé n’a pas admis au cours du procès qu’il avait des comprimés en sa possession. Il a tenu à préciser qu’il ignore la provenance.

Selon certaines indiscrétions, le suspect a dû débourser des milliers de dinars par jour pour acheter ce genre de psychotropes. 

D’où ramène-t-il l’argent ? Il n’y a pas de réponse précise, On peut aisément le deviner.

À deux mois de prison avec sursis, le verdict du tribunal de Tiaret semble, pour beaucoup d’observateurs clément, néanmoins, quand il s’agit d’affaires qui concernent de simples citoyens, la justice agit avec célérité.

Auteur
La rédaction

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents