25 février 2024
spot_img
AccueilMondeLe Hamas libère un troisième groupe d'otages à Gaza dans le cadre...

Le Hamas libère un troisième groupe d’otages à Gaza dans le cadre de la trêve

Les Brigades Ezzedine El Qassam
Les Brigades Ezzedine El Qassam lors de la libération d’otages israéliens

Trente-neuf prisonniers palestiniens, tous âgés de moins de 19 ans, ont été libérés de prison dimanche par les autorités israéliennes en échange de 13 otages israéliens relâchés plus tôt par le Hamas, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Des bus sont sortis de la prison israélienne d’Ofer, en Cisjordanie occupée, où les prisonniers avaient été transférés avant leur libération. Ces prisonniers sont ensuite arrivés à Beitunia. L’échange intervient dans le cadre d’un accord de trêve censé prendre fin lundi soir, après la libération de 50 otages contre 150 prisonniers. Cette trêve pourrait être prolongée.

Au troisième jour de la trêve entre Israël et le Hamas, dimanche 26 novembre, les échanges d’otages et de prisonniers palestiniens se poursuivent. Le mouvement islamiste a libéré 17 otages, dont quatre étrangers.

En début de soirée, Israël a libéré 39 prisonniers palestiniens, comme convenu avec le Hamas. Les camions d’aide humanitaire continuent à entrer dans la bande de Gaza, assiégée et dévastée. En Cisjordanie occupée, les heurts se multiplient.

«Sortez-les de l’enfer»

Une Israélo-Irlandaise de 9 ans, Emily, enlevée avec une amie et la mère de celle-ci dans le kibboutz Beeri, a également été libérée samedi, après avoir passé le jour de son anniversaire en captivité le 17 novembre.

- Advertisement -

A Tel-Aviv, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés samedi soir sur la Place des otages. « Sortez-les de l’enfer », pouvait-on lire sur une banderole.

L’armée a estimé à 240 le nombre total d’otages enlevés par le Hamas le 7 octobre. Selon les autorités israéliennes, 1.200 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées lors de l’attaque.

En représailles, Israël a promis d' »éliminer » le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l’Union européenne et Israël, bombardant sans relâche le territoire palestinien et lançant le 27 octobre une offensive terrestre, jusqu’à la trêve.

Dans la bande de Gaza, 14.854 personnes, dont 6.150 âgées de moins de 18 ans, ont été tuées par les frappes israéliennes, selon le gouvernement du Hamas.

Tard samedi, Israël a annoncé avoir libéré un second groupe de 39 otages palestiniens, tous des femmes et des jeunes de moins de 19 ans, comme la veille.

Au total, 6.600 Palestiniens sont incarcérés dans des prisons israéliennes, selon le Club des prisonniers, une ONG palestinienne de défense des détenus.

En Cisjordanie occupée, des convois de voitures où flottaient des drapeaux des différents mouvements palestiniens, Hamas en tête, ont défilé dans les rues, escortant un bus du CICR qui transportait les détenus libérés.

A Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, les célébrations ont été plus discrètes.

Israa Jaabis, 39 ans, la prisonnière la plus connue de la liste, avait été condamnée à 11 ans de prison pour avoir fait exploser une bonbonne de gaz qu’elle transportait dans le coffre de sa voiture à un barrage en 2015, blessant un policier.

Sa photo dans un tribunal israélien, levant ses doigts atrophiés, le visage en partie brûlé, est régulièrement brandie pour illustrer les souffrances des prisonniers palestiniens. « J’ai honte de parler de réjouissance alors que toute la Palestine est blessée », a-t-elle affirmé.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Herzi Halevi, a prévenu que ses soldats « recommenceront à attaquer Gaza dès que la trêve sera terminée ».

Le Hamas a de son côté annoncé la mort à une date non précisée, pendant l’offensive israélienne, de cinq chefs du mouvement, dont le commandant militaire de la Brigade du nord de Gaza, Ahmed al-Ghandour, considéré comme un « terroriste » par les Etats-Unis depuis 2017.

« Nous jurons devant Dieu que nous poursuivrons leur chemin », ont affirmé les brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas.

La branche armée du mouvement palestinien Hamas a annoncé ce dimanche la mort du commandant militaire de la Brigade du nord de Gaza et de trois autres cadres, au cours de l’offensive israélienne sur le territoire palestinien.

«200 camions par jour»

L’accord de trêve inclut aussi l’entrée d’aide humanitaire et de carburant à Gaza, où Israël a imposé un siège total depuis le 9 octobre. Ces cargaisons, dont l’entrée depuis l’Egypte est soumise au feu vert israélien, arrivaient ces dernières semaines au compte-gouttes.

Samedi, 248 camions chargés d’aide ont pu entrer dans la bande de Gaza, selon l’ONU.

Dimanche, une partie des cargaisons devait comme la veille être acheminée vers le nord et la ville de Gaza, où « il n’y a ni eau potable, ni nourriture », a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’Unrwa à Gaza, Adnan Abu Hasna.

« Nous devrions envoyer 200 camions par jour pendant au moins deux mois pour répondre aux besoins », a-t-il ajouté.

L’armée israélienne considère le tiers nord de la bande de Gaza comme une zone de combats abritant le centre des infrastructures du Hamas. Elle a ordonné à la population de partir et interdit à quiconque d’y revenir.

Malgré cet avertissement, des milliers d’habitants de Gaza déplacés ont profité de la trêve pour tenter de rentrer chez eux dans le nord.

Dans la ville de Gaza transformée en champ de ruines, des habitants, certains trainant de maigres baluchons, parcouraient dans la poussière, entre les amas de gravats, les rues bordées d’immeubles dévastés, selon des images de l’AFP.

D’autres, depuis le nord, ont pris le chemin du sud, où sont déjà massés des centaines de milliers de déplacés.

Les hôpitaux débordés du sud de la bande de Gaza ont continué pendant ce temps à recevoir de nombreux blessés évacués du nord, où la quasi-totalité des établissements de santé sont à l’arrêt.

Plus de la moitié des logements du territoire ont été endommagés ou détruits, selon l’ONU, et 1,7 million de personnes ont été déplacées, sur 2,4 millions d’habitants.

Avec AFP/Rfi

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici