26 septembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLe Hirak…. Les Novembres à venir 

Le Hirak…. Les Novembres à venir 

ANALYSE

Le Hirak…. Les Novembres à venir 

Kateb Yacine était redevable aux événements du 08 Mai 1945 desquels il disait, en 1967 : « Je crois que je serais resté poète obscur s’il n’y avait pas eu la manifestation du 08 Mai 1945.».

Des événements auxquels il participa et raconta à sa façon : « Ça a été un massacre, un véritable massacre, qui n’a pas manqué de laisser des traces, d’autant plus que pour moi j’ai été touché dans ces deux villes. Ça s’est produit… j’étais jeune, j’avais 15 ans, je ne comprenais pas très bien ce qui se passait, mais enfin, bon… Grosso modo, c’était la fin de la guerre, la victoire sur les nazis. C’était un grand événement, c’était la fête, on entendait sonner les cloches puis tout de suite la rumeur s’est répandue que le lendemain on serait libre. C’était un jour de liberté. Donc, le 8 mai au matin, il y avait une manifestation officielle, prévue au centre de la ville, et il y avait une manifestation populaire. C’était un jour de grande espérance dans un sens, pour les Algériens… »

(…) L’arrivée au village, ça a été encore plus dur parce que c’est là qu’a commencé la répression. Dans ce village on a amené les Sénégalais. Bon, ça, c’est une vieille pratique d’utiliser les uns contre les autres. Il y a eu des scènes de viols, il y a eu encore des massacres. On voyait les corps allongés dans les rues. Puis, au retour, j’ai été arrêté. Parce qu’en débarquant du car, naturellement : « qu’est-ce qui s’est passé, etc. ? » Moi, j’ai fait un récit épique de ce qui venait de se passer : le peuple sans armes, avec des cannes de paysans a réussi… J’ai fait un récit révolutionnaire de ce qui venait de se passer (…) »

Si nous évoquons, aujourd’hui, ce tragique événement qui façonna le devenir d’un écrivain de talent et scella définitivement le sort du système colonial français en terre algérienne, c’est la similitude criante et l’écho qu’il nous permet de voir dans la fermeture de l’espace public au mouvement Hirak. En effet, les événements du 08 Mai 1945, en Algérie étaient tout sauf une fête de la liberté. Alors que l’occident célébrait la fin du nazisme et la capitulation de l’Allemagne d’Hitler, l’Algérie profonde vivait des moments tragiques.

- Advertisement -

 Les Algériens d’alors scandaient :

 « L’Algérie est à nous »,

     « Indépendance »,

 « Libérez Messali, El Hadj »   …. etc.

 Les Algériens d’aujourd’hui qui participent chaque vendredi crient à haute voix ou brandissent des slogans :

« L’Algérie est au peuple », 

« Libérez les détenus d’opinions »

« Nous sommes le prolongement naturel de la révolution »

« Système mafieux, dégage » …etc. 

Etrange ressemblance. Le système colonial brima et étouffa dans le sang cette tentative d’incursion des Algériens dans le champ de présence colonial. Cette timide demande des Algériens à participer à la félicité générale causée par la fin de la guerre, à laquelle ils prirent part d’ailleurs, n’était pas du gout des colons. On les effaça. Pensait-on. Puis moins d’une dizaine d’années plus tard, retentissait les premiers coups de feu. Et l’Algérie connut l’une des plus dures et longues guerres de décolonisation. Le système colonial croyait qu’il avait bien donné une leçon aux algériens.

La violence et la barbarie des événements du 08 Mai 1945 allaient avoir raison des derniers bastions qui croyaient tant en la possibilité d’une Algérie en dehors du giron français. C’était l’objectif de ses massacres. Donner une leçon une fois pour toute et réfréner ces Algériens à vouloir l’indépendance. Mais l’histoire est un chemin sinueux. Les plans échafaudés se trouvent démentis par la réalité. D’aucuns n’avaient prévu cette guerre de libération, cette aspiration profonde du peuple algérien à la dignité. Pas même Camus, qui, dans ses lettres de Kabylie (1939 au Journal Alger Républicain) n’envisageait cette remise en cause du système colonial. Il décrivait la misère qu’il rencontrait lors de ses déplacements d’un village kabyle à un autre et proposait les remèdes adéquats. Mais à aucun instant, une profonde remise en cause du système colonial n’est esquissée. 

Tout comme le système colonial, le système algérien en place depuis 1962, pense en brimant le mouvement Hirak, en emprisonnant ses portes voix, en interdisant toute expression dans l’espace public, qu’il va avoir le dessus, qu’il va le réduire au silence et que tout continuera comme avant. On aura nos élections d’ici peu. Les choses rentreront dans l’ordre. Le système sait jouer sur la peur, puissant sentiment qui permet d’obtenir la soumission de la population. Au lieu des centaines de milliers de personnes qui descendent le vendredi pour manifester, Alger se colorie en bleu, couleur des brigades de police. 

« Vous pouvez prendre notre place. Vous pouvez nous interdire de scander notre désamour envers le système. »

« Vous pouvez nous réprimer un moment. Vous pouvez interdire des journaux qui vous dénoncent en leur coupant des lignes de publicité. Arrêter des journalistes, les intimider. Vous pouvez acheter une légitimité aux yeux du monde en les invitant à votre mascarade électorale. Vous pouvez être transparents le temps des protocoles diplomatiques. Vous pouvez acheter une légitimité à coups de millions de barils de pétrole offerts gracieusement aux chancelleries occidentales qui vous défendront et soutiendront, un temps encore, temps qu’il vous faut pour en amasser plus et piller davantage ce pays. Mais aux yeux du peuple algérien, vous êtes honnis. Nous vous exécrons. Le divorce est consommé. », 

 disent et pensent tout bas ces millions d’anonymes qui restent chez eux bien que le désir de manifester soit grand. 

Ils avaient été traversés par les mêmes pensées, tous ceux comme Kateb avaient participé d’une manière ou d’une autre aux événements du 08 Mai 1945. Kateb Yacine resta à jamais marqué par cette tragédie. Les va et vient qu’il en fait dans ses œuvres poétiques et dramatiques nous renseignent sur l’ampleur du traumatisme ressenti. 

Il est clair que le mouvement Hirak, dans son élan et ses aspirations à faire naitre une Algérie nouvelle peut ressembler à l’espoir suscité au lendemain de la fin de la guerre contre les nazis. Espoir brimé et tu. Mais il est hasardeux et inconséquent de soutenir que ces événements historiques peuvent se résumer au seul point de vue d’un seul homme, eût-il été le plus brillant de sa génération, Kateb Yacine en occurrence. On ne saurait vider de toute sa substance ce moment historique qu’a vécu notre peuple dans sa chair. En revanche, à l’aune des événements que connaît notre pays actuellement, il nous est permis de faire un parallèle et chercher une lecture dans le passé qui peut éclairer notre réflexion. Et à ce propos, invoquer les événements du 08 Mai 1945 est plus que nécessaire.

La comparaison en est simple et pleins d’enseignements. Elle nous permet d’attacher la période actuelle à une époque, qui pour une grande majorité d’entre nous semble être historique dans la mesure où nous ne l’avons pas vécu. D’un autre côté, les méthodes usitées par les pouvoirs en place semblent être identiques. On efface et interdit toute manifestation de ce qui constitue l’algérianité en 1945 (le drapeau algérien aurait été vu dans les rues de Sétif). Dans l’Algérie de 2021, on interdit de manifester les vendredis, le drapeau Amazigh est interdit …etc. 

Dans l’Algérie de 1945, on interdit l’espace de la ville aux manifestants algériens. 

Dans l’Algérie de 2021, les manifestants du Hirak sont bannis de l’espace public de la ville.

Dans l’Algérie de 1945, on brima le peuple pour tuer définitivement dans l’œuf toute contestation et remise en cause du système colonial. 

Dans l’Algérie de 2021, on brime, on intimide et réduit au silence toute voix dissidente. On prépare des élections pour que tout redevienne comme avant. Le système se pérennise, les affairistes continuent de faire des affaires, les kabyles continuent de manifester tout en réduisant leur champ d’action comme une peau de chagrin. Et le système fera semblant de changer tout en demeurant tel quel. 

Dans l’Algérie de 1945, tout resta tel quel. Les colons demeurèrent et continuèrent à prospérer. Les colonisés pleins d’amertume se résignèrent un temps et avalèrent leur fierté…. Jusqu’en 1954.

Dans l’Algérie de 2021, on aura fini du Hirak, le temps d’un été. On aura fait des élections. On aura un semblant de parlement. On aura courtisé le pouvoir et participé au partage de la rente. On aura notre place au chapitre. On aura notre passeport diplomatique, notre immunité parlementaire, notre béate quiétude puisque nos vieux jours seront assurés. On aura la peau de ce virus. On reverra nos exilés…. Par ailleurs, dans l’Algérie de 2021, on ne se taira pas. On n’abdiquera pas…parce que les événements du 08 Mai 1945 continueront de résonner en nous. Continueront de nous stimuler…

Ces événements qui inspirèrent tant de Novembres ….

Auteur
Saïd Oukaci

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’université de Djelfa interdit la mixité : info ou intox ?

« Toutes les étudiantes sont avisées que si elles sont vues avec un homme, même un étudiant dans une salle, le couloir ou n’importe...

Les plus populaires

Commentaires récents