7 décembre 2022
spot_img
AccueilSportLe match JSK – USMB prévu finalement le 16 mars à… Sétif

Le match JSK – USMB prévu finalement le 16 mars à… Sétif

Coupe d’Algérie

Le match JSK – USMB prévu finalement le 16 mars à… Sétif

Le stade du 1er Novembre ne pouvant accueillir ce quart de finale a créé une situation ubuesque.

Jamais un match de coupe d’Algérie n’aura suscité autant de polémiques que ce duel entre la JSK et l’USM Blida. Programmé, déprogrammé, reporté…tout ça à cause de la capacité (réelle et ou supposée) du stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou.

Finalement, ce match va , sauf énième rebondissement, se dérouler le vendredi 16 mars prochain au stade du 8-Mai 45 de Sétif. Les dirigeants kabyles n’ont eu que 48 heures pour faire leur choix et c’est sur la pelouse du stade de l’Aigle Noir qu’ils ont décidé de « recevoir » les Blidéens. Et dire que le président des Canaris, Cherif Mellal, avait crié sur tous les toits que la JSK n’acceptera jamais de jouer ce match ailleurs qu’a Tizi Ouzou. Il avait un soutien total des supporters de la JSK qui eux aussi ne voulaient en aucun cas que ce match soit délocalisé. Mais au même temps, son homologue blidéen, Allim, a lui aussi menacé de déclarer forfait si la rencontre est maintenue au stade du 1er-Novembre.

- Advertisement -

Le comble dans l’histoire est que les deux hommes ont raison. La JSK a exhibé un document officiel attestant que son stade peut accueillir plus de 20 000 spectateurs. D’un autre côté, l’USM Blida s’est appuyée sur des rapports transmis à la FAF et dans lesquels il est mentionné que la capacité d’accueil du stade de Tizi-Ouzou est de 15 000 spectateurs. Pour comprendre le pourquoi de la chose, on explique que les rapports établis par une commission de la FAF en début de saison ne prenaient pas en compte les 6000 places de deux tribunes fermées pour des travaux et réouvertes depuis.

Voilà comment la domiciliation d’un simple match de football a failli provoquer « une guerre » entre fans des deux clubs. Bien plus que ça, même les autorités se sont intéressées au dossier puisque après les déclarations du ministre des Sports, Ould Ali El Hadi, le wali de Tizi Ouzou aurait évoqué le sujet avec le ministre de l’Intérieur pour apaiser des tensions palpables entre les deux galeries. Pas seulement, l’affaire est devenue politique ! Même l’opposition s’est emparé du dossier avec une prise de position claire et précise des députés RCD de la région en faveur de la JSK.

Il a fallu attendre le retour au pays du président de la FAF, Kheiredine Zetchi pour qu’une solution soit enfin trouvée. Le boss de la FAF a proposé aux dirigeants kabyles le stade du 5-Juillet, mais libre à eux d’opter pour un autre lieu. Aussitôt l’information ébruitée, les supporters de la JSK font savoir, à travers les réseaux sociaux, leur mécontentement. Ils ne comprennent surtout pas pourquoi ce match allait être domicilié loin de chez eux, même si les Canaris comptent de nombreux supporters à Alger.

Autre absurdité, la date envisagée pour ce match des  quarts de finale. Il était, dans un premier temps, prévu que la rencontre se déroule le jeudi 22 mars (un jour de semaine).Heureusement que le même jour, et sur ce même stade, est programmé un autre match amical international entre la sélection nationale et la Tanzanie. C’est ce qui a obligé la JSK a proposer à la FAF, encore une fois, une autre date.

Cette fois, Karim Doudane, le manager du club, a indiqué dans une interview exclusive sur JSK Radio (le nouveau média officiel du club) que la JSK a proposé à la FAF la date du vendredi 16 mars prochain. Une date hors calendrier FIFA qui permettra au club d’aligner ses deux internationaux,  Said Belkalem et Salim Boukhenchouch retenus par Rabah Madjer pour les rencontres amicales face à la Tanzanie et l’Iran.

Attendons la réponse de la FAF pour clore une bonne fois pour toute cette histoire qui frise le ridicule !

Auteur
Rédaction sportive

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme

Le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida (Alger) a condamné, jeudi, par contumace, Mohamed Zitout, Hicham Aboud et Amir Boukhors dit...

Les plus populaires

Commentaires récents