1 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeLe président Bouteflika arrêtera-t-il la cimenterie d'El Milia ?

Le président Bouteflika arrêtera-t-il la cimenterie d’El Milia ?

Pollution, dégradation de l’environnement…

Le président Bouteflika arrêtera-t-il la cimenterie d’El Milia ?

 La population de la ville d’El-Milia dans la wilaya de Jijel est vent debout. Elle poursuit son combat contre l’installation d’une cimenterie qu’elle estime polluante dans leur région. 

Au moins 30 associations locales ont signé une pétition et une lettre qu’elles ont été adressées au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. 

Une lettre dans laquelle ils prient le chef de l’Etat d’intervenir dans les plus brefs délais pour stopper ce projet industriel qui risque de causer un énorme préjudice à l’environnement de toute la région d’El-Milia. La future cimenterie sera réalisée et gérée par le groupe indien Sanjay Agarwal qui a créé en 2016 en Algérie avec des partenaires nationaux une société algérienne appelée SARL Super Industries. 

- Advertisement -

En dernier recours, la société civile s’organise pour empêcher l’irréparable. Des associations appuyées par la population se remettent à la présidence pour l’arrêt de ce projet en raison de ses retombées néfastes sur la flore et la faune de leur région. 
Les habitants d’El-Milia, une région qui accueille d’ores et déjà le grand projet du complexe sidérurgique de Bellara, ne veulent pas assister à la transformation de leur localité en une “région invivable” en subissant les rejets d’une cimenterie qui sera située à peine à 500 mètres de leur ville.

Les signataires de cette lettre avancent des arguments écologiques sérieux pour défendre la cause de leur refus de ce projet. Si l’on s’en tient à leur exposé, cette cimenterie exposera la région et les générations futures à ses effets dangereux sur la santé et l’environnement.

A El-Milia, la population est déterminée à défendre coûte que coûte sa région contre cette destruction programmée de l’environnement, apprend-on.

El Milia

Des zones d’ombres entachent en effet ce projet. L’étude d’impact a manifestement été très complaisante avec la Sarl Super.  La distance est 500 mètres et non 5 km, comme il est mentionné dans l’étude d’impact menée par le bureau d’étude. Cette étude aurait sciemment oublié de mentionner que la zone industrielle de Bellara accueille déjà une grande usine d’acier (AQS), une centrale électrique en plus des usines déjà existantes comme la Tannerie Khnifer et l’usine de céramique SCS El Milia. 

Aussi, la présidence prendra-t-elle le temps d’écouter ce cri du coeur d’une population qui voit une cimenterie s’installer au pied de leur maison ?

 

 

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’université de Djelfa interdit la mixité : info ou intox ?

« Toutes les étudiantes sont avisées que si elles sont vues avec un homme, même un étudiant dans une salle, le couloir ou n’importe...

Les plus populaires

Commentaires récents