27 janvier 2023
spot_img
AccueilChroniqueLes bureaux de poste d'Abdelmadjid Tebboune

Les bureaux de poste d’Abdelmadjid Tebboune

REGARD

Les bureaux de poste d’Abdelmadjid Tebboune

A Tiaret, comme partout ailleurs, une énorme chaîne humaine dès 6h du matin pour retirer un modique salaire de la poste.

Les bureaux de poste continuent à souffrir du manque de liquidités, une situation intenable qui remonte à plus d’un mois.

Des chaines interminables s’observent, très tôt le matin, devant des bureaux de poste, sous le soleil brûlant de cet été pour finir par se disperser dans la déception, l’incompréhension et la colère.

Des retraités, aux revenus déjà très maigres, voire insignifiants, dont beaucoup ne dépassent pas 30 000 dinars, rentrent, finalement, bredouilles chez eux: couffin vide et le moral à plat.

- Advertisement -

Mais y aurait-il plus intolérable et plus honteux que la mort de cet homme, retraité, alors qu’il faisait la queue pour retirer l’argent de sa pension?

Non, cette mort inacceptable, dont la fatalité finira par être brandie par les responsable de cette dramatique fin, n’émouvra pas ceux en charge de la gestion de la Poste ni ceux de la santé et de la sécurité du citoyen. Ils n’auront rien entendu, rien vu et rien lu sur les réseaux sociaux.

C’est donc dans ce pays qu’Abdelmadjid Tebboune, intronisé président à l’issue d’une énième fraude, qualifie outrageusement de nouveau, que le retraité n’a plus la possibilité de retirer son argent, son propre argent, ce droit pour lequel, des années durant, il a travaillé durement, que le travailleur vit à crédit alors qu’il a gagné, à la sueur de son front de quoi subvenir, tant bien que mal, à ses besoins.

Et le « président » Abdelmadjid Tebboune qui a crié au complot visant à déstabiliser le pays n’est pas en mesure de venir à bout de ce « dangereux » complot.

Pourtant, des ces instructions ont été données par Abdelmadjid Tebboune aux responsables concernés pour mettre fin, dans l’immédiat, à cette situation, se sont empressés de rapporter les médias de service. Un immédiat qui devient élastique tant le calvaire du manque de « billets » est toujours là.

Selon ces mêmes médias, Abdelmadjid Tebboune, a instruit qui de droit pour ouvrir des enquêtes pour situer les responsabilités, car, pour lui, il s’agit d’un complot « savamment » ourdi par les éternels ennemis de cette Algérie gouvernée par la fraude, dans l’opacité, dans la violence, où le népotisme, le despotisme, le tribalisme, le clanisme, l’oligarchie et la kleptocratie ravageurs ont été érigés en culture politique.

Mais faudrait-il des enquêtes, des recherches, des investigations pour savoir pourquoi l’argent manque dans les bureaux de poste et les banques et qui en est responsable, à plus forte raison lorsque Tebboune, lui-même, a déclaré que des particuliers retiraient de grandes sommes dans le but de provoquer ces ruptures.

Plus d’un mois après ces déclarations bruyantes et tapageuses, le problème persiste : de billets, point. Les chaînes toujours là.

Pour un président de la république qui n’arrive pas à trouver celui qui a provoqué de « simples » pénuries de billets de banque dans les bureaux, il y a lieu de croire que le pays n’est pas gouverné mais dangereusement hypothéqué.

Pourtant, les procureurs, les services de sécurité sont très prestes pour retrouver sur les réseaux sociaux tout écrit de blogueur pour le qualifier rapidement d’outrage à la personne du président et d’atteinte à la stabilité de l’État, l’arrêter, le juger et le condamner. Beaucoup sont condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir écrit ou rapporté pendant que les affameurs et les « comploteurs » sont introuvables comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Contre ces personnes que le chef de l’Etat considère comme des ennemis de la nation, les procureurs, les services de sécurité sont impuissants.

Paradoxalement ces autorités aux pouvoirs tentaculaires et totalitaires, n’arrivent pas à retrouver ce « vilain » citoyen qui a retiré de grandes sommes d’argent plusieurs fois de suite et, par son acte « complotiste », il a vidé les bureaux de poste et ceux qui les ont bloqués pour mettre le retraité dans la précarité.

Et l’on promet une « Algérie nouvelle » où le système Bouteflika, un système mafieux, corrompu, corrupteur, despotique, injuste serait éradiqué.

« Axam is ur d s yezmir, l gama3 yetfas a mezir… », disait le chanteur Hamidouche. « Incapable de gérer sa maison, il s’engage à nettoyer la mosquée ».

Oui, éradiquer un système pour un autre encore plus méchant.

Triste, lamentable et inacceptable gouvernance !

Auteur
Achour Boufetta

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Mobilisons-nous pour Cherif Mellal et la JSK

Les condamnations et les dérives judiciaires se suivent et se ressemblent. C’est à croire que l’on veut museler et mettre hors d’état de «...

Les plus populaires

Commentaires récents