21 avril 2024
spot_img
Accueil360°Les pesticides, le dossier empoisonné de l'agriculture française

Les pesticides, le dossier empoisonné de l’agriculture française

Tracteur agricole
Image par Franck Barske de Pixabay

La France, première puissance agricole européenne, a du mal à s’en passer: les pesticides restent considérés comme un «moyen de production» par une majorité d’agriculteurs qui refusent de s’en passer «sans solution alternative» alors que leurs usages sont censés considérablement diminuer d’ici 2030.

Trois jours avant le Salon de l’agriculture et à la grande satisfaction du syndicat majoritaire FNSEA, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé l’abandon du Nodu, indicateur de référence pour mesurer la réduction d’usage de ces substances, au profit d’un indice européen, au grand dam des ONG environnementales.

L’UE interdit trois pesticides dangereux pour des abeilles

Où se situe la France ?

Dans le monde, l’usage de pesticides ne cesse d’augmenter depuis 1990. En Europe, il a augmenté de moins de 1% par rapport à 1990, quand il bondissait de 191% sur le continent américain. En France, il a augmenté de 7% en 2021, mais diminué de 29% par rapport à 1990, selon l’agence onusienne FAO.

«La France se classe depuis longtemps dans la moyenne des pays de l’UE en ce qui concerne les quantités de substances actives utilisées ramenées à l’hectare» avec 3,7 kilogrammes par hectare en 2021, derrière les Pays-Bas, premier consommateur européen (10,9 kg/ha), et l’Allemagne (4,1 kg/ha), selon un rapport parlementaire.

Exportation de céréales hors UE : la France autorise l’utilisation d’un pesticide

- Advertisement -

Du «progrès» au «poison»

Après la Seconde Guerre mondiale, les pesticides apparaissent comme un «progrès» qui a permis de tourner la page des grandes crises du XIXe siècle comme le mildiou de la pomme de terre en Irlande, responsable de la Grande Famine.

Les rendements, qui se sont envolés jusqu’à la fin des années 90, puis ont stagné, pourraient se réduire sous l’effet des crises climatiques.

«Quand on utilise massivement des pesticides, on génère des résistances. Donc, de toute façon, les pesticides vont perdre leur efficacité», explique Christian Huyghe, directeur scientifique à l’Inrae.

Après le Grenelle de l’Environnement, la France fixe en 2008 un objectif de réduction de 50% de l’usage des pesticides de synthèse en dix ans. Les deux plans successifs mis en œuvre, Ecophyto 1 et 2, se sont soldés par des échecs.

Mais une dynamique est lancée. En 2014, des produits phytopharmaceutiques sont interdits dans les jardins et espaces publics.

L’année suivante est confiée à l’agence sanitaire Anses, outre sa mission de contrôle, la charge de l’autorisation de mise sur le marché des pesticides. Depuis, la grande majorité des molécules les plus toxiques (CMR1 et 2), qualifiées de «poison» par les ONG environnementales, ont été retirées.

L’eau potable en France contaminée par des résidus d’un fongicide interdit

Logiques contraires

Le plan français Ecophyto 2030 maintient l’objectif de réduction de moitié des usages (par rapport à la période 2015-17), mais veut aussi préserver la compétitivité en cherchant des solutions alternatives à 75 molécules — représentant près de 80% des volumes vendus en France, selon l’Inrae — qui sont les plus exposées à un risque de retrait du marché dans les 5-7 prochaines années.

Mais les céréaliers contestent ce plan, qui selon eux ne reflète pas les efforts de réduction déjà consentis, de «-46% en 20 ans». «A partir du moment où on remplace un produit efficace, mais considéré comme nocif, par un produit moins efficace, on est obligé de le passer plus souvent dans les champs», affirme Éric Thirouin, représentant des producteurs de blé.

Pour le chercheur de l’Inrae, il faut sortir de cette «logique par substitution».

«Par exemple, est-ce qu’on peut faire en sorte demain de ne désherber que la moitié d’une surface, d’avoir une combinaison entre baisse des phytos et désherbage mécanique», ce qui permettrait de «ralentir le processus d’émergence de résistance?», propose-t-il.

«Distorsions de concurrence»

Pour les syndicats majoritaires, ces changements, «pas du tout simples», se solderaient par une chute de la production et une destruction des filières.

Ils se réjouissent du renouvellement de l’herbicide controversé glyphosate, de l’échec du projet législatif européen sur les pesticides cet automne, et ont salué un vote du Parlement européen début février pour ouvrir la voie aux nouvelles techniques d’édition du génome (NGT), qualifiés de «nouveaux OGM» par leurs détracteurs.

Mais ils dénoncent toujours des «distorsions énormes de concurrence» au sein de l’UE, jugeant que la France est allée seule plus loin et trop vite.

Daniel Sauvaitre, de l’interprofession des fruits et légumes, a ainsi «une très grande crainte pour la production de pommes, avec la fin annoncée pour 2026 du Movento, qui permet de contrôler le puceron cendré»: «nos voisins peuvent utiliser d’autres molécules autorisées en Europe mais pas nous, car la France les a interdites».

Les betteraviers français, privés de l’insecticide néonicotinoïde acétamipride, qui reste utilisé en Allemagne, ont réclamé sa réautorisation. Pas question de «revenir en arrière», a toutefois tranché début février le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau.

AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents