20 avril 2024
spot_img
Accueil360°L'imam salafiste Mahjoubi expulsé vers la Tunisie

L’imam salafiste Mahjoubi expulsé vers la Tunisie

Mahjoub Mahjoubi

Accusé d’avoir proféré dans des prêches des appels à la haine visant les femmes, les Juifs ou une société française « pourrie », l’imam tunisien de la mosquée de Bagnols-sur-Cèze (Gard) Mahjoub Mahjoubi a été arrêté jeudi à son domicile et expulsé vers la Tunisie quelques heures plus tard.

Voilà donc, l’imam salafiste Mahjoubi va pouvoir excercer désormais ses talons en Tunisie où il est né. Dans un message posté sur X (anciennement Twitter), le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé son expulsion effective « moins de 12 heures après son interpellation ».

« C’est la démonstration que la loi immigration, sans laquelle une telle expulsion aussi rapide n’aurait pas été possible, rend la France plus forte », a-t-il ajouté, « nous ne laisserons rien passer ».

Installé en France depuis le milieu des années 1980, père de quatre enfants, Mahjoub Mahjoubi a « fait l’objet d’une visite domiciliaire et d’une interpellation », avait précisé plutôt dans la journée sur X M. Darmanin, qui avait réclamé dimanche le retrait de son titre de séjour.

- Advertisement -

Le ministre a à nouveau fustigé jeudi un « +imam+ radical aux propositions inacceptables ».

Arrêté sur la base d’un arrêté ministériel d’expulsion, en présence de ses enfants et de son épouse selon son avocat Samir Hamroun, il a été transféré vers un centre de rétention administrative (CRA) en région parisienne.

Mahjoub Mahjoubi s’était fait connaître il ya quelques jours pour une vidéo circulant sur les réseaux sociaux dans laquelle il qualifiait le « drapeau tricolore » – sans préciser s’il s’agissait du drapeau français – de « drapeau satanique » qui n’aurait « aucune valeur auprès d’Allah ».

Il s’était défendu lundi en évoquant un « lapsus », en raison qu’il dénonçait en réalité les rivalités entre supporters des pays du Maghreb lors de la récente Coupe d’Afrique des nations de football.

Les pêches analysées « récèlent bien d’autres choses que ce pseudo lapsus », avait répliqué mardi le préfet du Gard Jérôme Bonet sur franceinfo. Si l’on en croit l’arrêté d’expulsion, les propositions reprochées à l’imam tunisien couvrent un champ bien plus large que le débat autour du drapeau.

Conception rétrograde et violente

Dans des prêches des 2, 9 et 16 février « portant sur les signes annonciateurs de la Fin des Temps », Mahjoub Mahjoubi « a véhiculé une conception littérale, rétrograde, intolérante et violente de l’islam, de nature à encourager des comportements contraires aux valeurs de la République, la discrimination à l’égard des femmes, le repli identitaire, les tensions avec la communauté juive et la radicalisation jihadiste », relève l’arrêté consulté par l’AFP.

Les autorités françaises accusent également l’imam de « propos haineux et discriminatoires à l’égard des non-musulmans et de la société française » qu’il aurait décrit comme « belliqueuse et pourrie ».

Toujours selon l’arrêté ministériel, l’imam désignait devant ses fidèles « le peuple juif comme un ennemi ». Il appelait « à la destruction de la société occidentale jugée décadente » et faisait « l’éloge de la charia, seule loi légitime et juste à ses yeux », selon la même source.

Le 2 février, il déplorait que « les mosquées ne produisent plus de combattants comme au temps du prophète ».

En plus d’enclencher la procédure d’expulsion, M. Darmanin avait demandé au préfet de signaler ces propositions à la justice. La procureure de Nîmes Cécile Gensac avait annoncé lundi avoir ouvert une enquête préliminaire pour « apologie du terrorisme ».

L’avocat de Mahjoub Mahjoubi, Samir Hamroun, a dit jeudi à l’AFP qu’il allait contester son expulsion : « pour la requête en référé, c’est le juge des libertés et de la détention du tribunal de Meaux qui est compétent « .

« Pour le fond – « Il a dit ci, il a pas dit ça… » -, ça sera devant le tribunal administratif de Paris », a ajouté l’avocat, selon qui son client est « abasourdi » et « bouleversé » .

Avant son arrestation, l’imam de Bagnols-sur-Cèze avait affirmé soutenir les valeurs de la République et la laïcité. « Bien entendu, j’ai défendu Samuel Paty (le professeur assassiné en 2020 par un jeune jihadiste). J’étais dans la marche pour Charlie Hebdo », avait-il affirmé. L’imam Hassan Chalghoumi a déclaré à son sujet : « Celui qui se dit « imam » et qui profère des paroles contre son pays n’est fidèle ni à son pays ni à l’islam. Je condamne fermement ces propos qui jettent le trouble dans l’esprit de notre jeunesse et qui salissent l’image de l’islam. Cet « imam » défend une idéologie salafiste qui est une secte islamique. Cette secte s’est déclarée ennemie de tous les États. Personnellement, j’appartiens, comme la majorité des musulmans, à un autre courant. Je suis d’origine tunisienne. J’aime donc la Tunisie, pays de mes ancêtres. Mais je suis aussi Français. Et fier de l’être. J’aime la France et son drapeau. »

L. M./AFP

6 Commentaires

  1. S’il avait été coherent le zigoto, il aurait dû quitté, depuis longtemps, avec toute sa famille,le territoire français !
    En Tunisie, au moins la propagande autour du manitou allah est diffusée à profusion ! Le mahjoubi sera heureux dans son pays d’origine ! Il pourra diffuser son idéologie simpliste et mortifère avec le célébrissime satan aux petits Tunisiens !

  2. Il fera ses prêches virulents chez lui .
    La plus belle religion est la science mais il en est dépourvu, la plus belle mosquée est l’école qu’il n’a peut être pas fréquentée et le meilleur imam est l’enseignant qu’il n’a peut être pas connu
    Hélas pour lui

  3. Pourrait servir de conseiller au gouvernement algerien peut-etre, non? Il deteste la france mais prefere vivre en france. Je n’ai jamais enttendu parler d’un islamiste Arabe, d’Arabie biensur, causer des problemes en Europe. Vous pouvez appeler ca la nevrose schyzophrenique purement nord-africaine.
    Et Manu va-il ouvrir les archives, sur les correspondances entre abdeka et son zemir?
    L’aide que la france lui(zemir) fournie pour massacrer tout son douar et les douar voisins…
    Les pourparler publiques et surtout SECRETS avec les negotiateurs de l’independence…
    Combien, il leur coutait el Messali Hadj
    . . . . . . .

    • Moi pas d’accord. C’est la Mairie de la republique qui lui a octoye’ la pseudo-mosquee et le payent et lui fournissent des gamins a abrutir… Autrefois il y avait la guillautine, il est temps d’instaurer la Khtnautine, c.a.d. la circoncision de majeurs. 14 ans tu es promu a l’americaine, ton bapteme de Hotdog… Qu’est-ce qu’il a fuit en Tunisie, l’islamisme? Ils ont le pouvoir !!! Sait pas ou se trouve la medine? Combien de hangars d’elevage de porcs restent sans babysitter en france? C’est un metier sous stress !!!

  4. Nos frères Tunisien, et les peuples voisins aussi, ne mesurent pas encore la chance qu’ils ont avec cette mesure d’extradition, un jour ils remercieront la France de leur avoir rendu un de leurs imminents cerveaux; depuis le temps que les pays des sud se plaignaient que l’occident leur volait leurs cerveaux…
    Avec le retour de Mr mahdjoubi chez lui , la Tunisie va enfin pouvoir prendre son essor, les jours mauvais ne seront qu’histoire ancienne. Avec Mahdjoubi la Tunisie va se lancer dans l’industrie des m’hadjeb de tous les goûts et tous les formats dont n’ils hésiteront pas à faire goûter les pays voisins avant que tous ensemble passent au stade supérieur, l’export a grande échelle, pour faire profiter le reste de l’humanité et lui signifier, à cette humanité, par la même occasion que le sud ce n’est pas que du folklore, il peut aussi surprendre pour peu qu’on lui rende ses cerveaux, on lui en donne les moyens et l’occasion, et surtout qu’on soit patient et lui fasse confiance…c’est important la confiance dans ce monde de suspicion.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents