26 septembre 2022
spot_img
AccueilMise en avantL'Italie plonge dans une énième crise politique

L’Italie plonge dans une énième crise politique

Parlement italien

Sergio Mattarella a annoncé ce jeudi la dissolution du Sénat et de la Chambre des députés après la démission du président du Conseil Mario Draghi, provoquant des élections anticipées qui se tiendront le 25 septembre prochain.

C’est dans une énième crise politique avec des législatives en perspective qui s’annonce pour l’Italie.

« La situation politique a conduit à cette décision », a déclaré Sergio Mattarella lors d’une allocution télévisée, en référence à la démission du Premier ministre Mario Draghi après la défection jeudi de trois partis importants de sa coalition lors d’un vote de confiance au Sénat.

« La discussion, le vote et les modalités dans lesquelles ce vote a été exprimé hier au Sénat » ont démontré l’absence de « soutien parlementaire au gouvernement et l’absence de perspectives pour donner naissance à une nouvelle majorité », a expliqué le président italien. « Cette condition a rendu inévitable la dissolution anticipée du Parlement », qui « est toujours la dernière option », a-t-il ajouté.

D’après la télévision italienne RAI, les prochaines élections anticipées auront lieu le 25 septembre prochain. L’archi-favori du scrutin à venir est la coalition dite « de centre-droit », qui réunit Forza Italia, le parti de droite de Silvio Berlusconi, et l’extrême droite représentée par la Ligue du tribun populiste antimigrants Matteo Salvini et Fratelli d’Italia.

- Advertisement -

Fratelli d’Italia, parti post-fasciste présidé par Giorgia Meloni, est donné en tête dans les intentions de vote, à près de 24%, devant le Parti démocrate (22%) et la Ligue (14%), selon un sondage de l’institut SWG réalisé le 18 juillet. Forza Italia recueillerait 7,4% des voix et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) 11,2%.

Un seul tour de scrutin 

Pour la première fois depuis 1948, les élections se tiendront donc en automne. Elles avaient jusqu’ici toujours eu lieu entre février et juin, rappelle notre correspondante à Rome, Anne Le Nir. La campagne électorale se déroulera donc au beau milieu des vacances scolaires, sur les plages, dans les stations de montagne et les villes ou villages d’art. Autre nouveauté : en vertu d’une réforme de 2020, le nombre de parlementaires va être considérablement réduit. Les députés vont passer de 630 à 400, et les sénateurs de 315 à 200. Ce qui laisse supposer d’âpres batailles.

Les élections se dérouleront en un seul tour avec un système mixte. Une majorité de sièges seront alloués au scrutin proportionnel et les autres au scrutin uninominal. Ce système tend à favoriser la constitution de coalitions très hétérogènes et leur victoire. Mais on l’a constaté, ce n’est pas un gage de stabilité.

D’ici-là, et jusqu’à nouvel ordre, le gouvernement démissionnaire restera en place pour expédier les affaires courantes.

La démission de l’ex-chef de la Banque centrale européenne était devenue inévitable après que Forza Italia, la Ligue et la formation populiste M5S avaient refusé de participer à un vote de confiance demandé mercredi par le chef du gouvernement au Sénat. Mario Draghi s’était dit prêt à rester à son poste seulement si les partis de sa coalition rentraient dans le rang autour d’un « pacte » de gouvernement, déjà mis en péril la semaine dernière par une première défection du M5S. Leur réponse a été cinglante.

Avec RFI

 

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Poutine brandit la menace nucléaire !

« Si l’intégrité territoriale de notre pays est menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour défendre la Russie et notre peuple....

Les plus populaires

Commentaires récents