19 août 2022
spot_img
AccueilMondeL’opposition tchadienne suspend sa participation aux négociations de Doha

L’opposition tchadienne suspend sa participation aux négociations de Doha

Opposition tchadienne

L’opposition politico-armée tchadienne et ses alliés a rendu public un communiqué dans lequel elle affirme s’être retirée des négociations entamées depuis 4 mois à Doha.

La médiation qatarie peine à donner une perspective aux négociations entre la délégation du régime et les rebelles.

L’opposition tchadienne ne croit plus à ces rounds de négociations interminables. Elle condamne les « manœuvres de déstabilisation» menées par les négociateurs du pouvoir et le « mauvais climat de travail » dans lequel se déroulent les négociations à Doha.

L’opposition politico-militaire qui a accepté de s’assoir à la table des négociations avec le gouvernement s’élève contre « les tentatives répétées de la délégation gouvernementale de vouloir se substituer au médiateur par des manipulations dignes des barbouzes ». Le communiqué poursuit la charge contre la délégation gouvernementale de N’djaména. Il parle de « manœuvres dilatoires visant l’achat de conscience, le harcèlement, l’intimidation » des membres de la délégation des négociateurs de l’opposition. Les opposants s’indignent sur l’absence de plénière et de débats directs entre les deux délégations.

- Advertisement -

Fatigué par les manœuvres dilatoires, l’opposition politico-militaire constate « avec regret que les négociations piétinent ».

Selon un négociateur, présent à Doha, la délégation de Déby fils n’est pas venue vraiment pour trouver un solution à la sortie de crise. « Les conditions ne sont pas bonnes, elles ne sont pas comparables entre notre délégation et celle du pouvoir, nous avons décidé de suspendre notre participation à ce dialogue », confie Tahar Nanaye. « Le négociateur doit prendre conscience de ce que nous subissons depuis 4 mois », ajoute cet opposant.

Les signataires (la coordination nationale pour le changement et la réforme, le groupe de Rome et le groupe de Doha) annoncent leur retrait des négociations afin de permettre au négociateur de mettre en place de meilleures conditions de pourparlers. Ils gardent intacte leur confiance dans le négociateurs.

En attendant dans la capitale tchadienne, la junte militaire au pouvoir a fixé une nouvelle date pour le dialogue de réconciliation nationale. Un dialogue plusieurs fois repoussé depuis. « Le dialogue national inclusif est convoqué à compter du 20 août », lit-on dans un décret du Conseil militaire de transition signé le 14 juillet par le Premier ministre nommé par la junte, Albert Pahimi Padacké.

L.M.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La rente pétrolière et l’Etat providence

La révolution algérienne qui a démarré avec la mort d’un instituteur français tué par le FLN dans les Aurès s’est terminée avec l’assassinat de...

Les plus populaires

Commentaires récents