19 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Lord Saint-John : un diplomate pour libérer Alger

Lord Saint-John : un diplomate pour libérer Alger

Figure de proue contre l’occupation d’Alger par les troupes françaises, le consul britannique Lord Saint-John a marqué l’histoire de la prise d’Alger par son refus et ses multiples tentatives pour empêcher les soldats de De Bourmont de s’installer dans un premier temps puis d’évacuer Alger.

Cette volonté anticoloniale s’inscrit dans une perspective de lutte entre les deux puissances et les tentatives de chacune d’elle d’occuper plus de territoire pour mieux sécuriser le commerce extérieur et la navigation maritime.

Si Thomas Paine (1737-1809) a pu susciter dans son pamphlet révolutionnaire Common Sens publié en 1776, l’esprit indépendantiste des colons des treize Colonie britanniques en Amérique du Nord pour se libérer du joug de la domination de Londres en insistant sur la nécessité des colons britanniques de se séparer de la métropole et de constituer une nation démocratique, Lord Saint-John a multiplié ses démarches pour organiser la résistance contre l’occupant français et la nécessité d’établir un gouvernement composé de personnes célèbres d’Alger.

Célèbre aussi par son interrogation sur le système colonial avant l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique : Comment une île peut coloniser tout un continent ? Il demande lui-même a ce que la « Jeune Nation » encadrerait l’expansion vers l’Ouest en attribuant des titres de propriétés fédéraux  aux nouveaux acquéreurs.

Saint-John est arrivée à Alger en 1827 après le coup de l’éventail et le blocus maritime imposé sur Alger par la marine française, ses correspondances avec sa tutelle à Londres ; en l’occurrence le ministre des Affaires étrangères Aberdeen avant les élections de novembre 1830 puis avec son successeur whig Palmerston, témoigne de la place stratégique qu’occupe Alger sur l’échiquier politique international.

- Advertisement -

Durant les premiers mois de l’occupation Saint-Jhon s’est directement mis en contact avec les notables d’Alger ; plus particulièrement Hamdan Khoudja et Ahmed Bouderba pour finir avec la présence colonial française.

Les débuts étaient, comme mentionné dans une précédente contribution, lors de la capitulation d’Alger. Les notables d’Alger ont transmis par le biais de Hamdan Khoudja une copie du texte de la capitulation au consul britannique.

Les tentatives de Saint-John se sont ensuite orienté vers le soutien de la Guerre Sainte menée par Ahmed Bey de Constantine qui mena une lutte acharnée jusqu’en 1837. Les correspondances de Saint-John ainsi que ses démarches pour convaincre sa tutelle whig à Saint-James sont souvent reportées et publiées dans les différentes éditions du Times.

Il envoya dans ce sens, et à maintes reprises, son émissaires Hamdan Khoudja, pour inciter le bey de Constantine pour intensifier ses combats afin de libérer les territoires conquis, ainsi qu’unifier les différentes résistances qui se sont lancées sur toutes les terres où l’armée d’Afrique se préparait à annexer.

Pendant de langues années, Saint-John a même refusé de prendre le seau de l’administration colonial. Il a d’ailleurs signé et ses divers documents et multiples correspondances avec le seau du Dey délivrer à son arrivée à Alger.

Cela a duré jusqu’à la fin de sa mission et son départ en retraite en 1851. Son remplacement est survenu juste après et son successeur Lord Bill était dans la contrainte de demander auprès de l’administration coloniale un seau à son nom. Par cela, le gouvernement de sa Majesté la reine Victoria a reconnu officiellement la colonisation française sur l’Algérie et par conséquent l’établissement du second Empire colonial.

Mohand Ouali, historien angliciste

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents