23 février 2024
spot_img
AccueilA la uneL’unanimité n’est pas la démocratie

L’unanimité n’est pas la démocratie

Algérie Hirak
Le peuple du Hirak/Tanekra spolié de sa liberté

C’est une affirmation qui peut sembler très surprenante et même erronée pour beaucoup. L’étymologie du mot établirait pourtant une certitude sur son sens puisqu’en grec « dêmos » est le peuple et « kratos » est le pouvoir. Une unanimité indiquerait par conséquent une volonté générale et absolue des citoyens à prendre une décision identique, ce qui serait l’une des conséquences possibles et légitimes de la démocratie.

On crédite d’ailleurs la Grèce antique d’avoir été le berceau de la démocratie. Je pense qu’on en fait dire un peu trop à cette naissance car il s’agissait, nous disent les écrits, seulement de discussions sur les affaires de la cité sur le forum d’Athènes entre érudits et hommes de pouvoir. Nous sommes loin de la question majoritaire ou celle de l’unanimité.

Néanmoins nous devons convenir que la Grèce antique est incontestablement la matrice de la démocratie si nous nous restreignons à la notion et à la doctrine et non à son application. Il nous reste maintenant à examiner le second élément indispensable de la démocratie, soit le concept de majorité. Il a fallu presque trois mille ans pour qu’on perçoive enfin sa « théorisation » puis  son usage. Sans compter que le parcours semble éternel avec ses remises en cause permanentes.

De la démocratie et de ses principes

En cette question il donc faut toujours faire attention aux envolées lyriques. Davantage lorsqu’on évoque l’unanimité comme étant l’accord ou le désaccord général de tous les représentants des citoyens sur un sujet.

- Advertisement -

La première preuve est celle qui nous est très facile de convoquer pour notre démonstration. Beaucoup se souviennent des anciennes images des congrès du parti communiste chinois dirigé par Mao. En un mouvement instinctif un tapis rouge couvrait l’assistance. Les participants venaient d’accepter unanimement une résolution avec le petit livre de Mao brandi dans les mains.

De trop nombreux régimes politiques nous ont montré et montrent encore cette désolante image. Qui oserait ne pas lever la main ? Qui serait suicidaire pour exprimer son désaccord ?

En dehors des régimes congelés, la plupart des régimes autoritaires contemporains ont ainsi compris qu’il fallait écarter une unanimité pour éviter la suspicion par une façade de démocratie. En choisissant la duperie des scores à la « soviétique » le résultat est pire car à la certitude d’une fraude ou d’une intimidation se rajoute le ridicule.

Démocratie de la rue ou démocratie des urnes ?

Dans un souffle d’espoir qu’aura provoqué le dix-huitième, le grand siècle des Lumières, la célèbre notion de pacte social de Jean Jacques Rousseau supposait l’existence d’une unanimité.

Conscient que l’unanimité est une utopie, les sociétés modernes ont prévu des majorités dites « qualifiées » pour les constitutions qui fondent en partie le pacte social. Elles sont bien plus élevées en pourcentage que la majorité simple pour la solidité de la légitimité, en général deux-tiers ou trois quart, et en même temps évitent la chimère de l’unanimité, impossible à atteindre dans une démocratie.

On pourrait imaginer qu’il y ait théoriquement des sujets qui déclencheraient un consensus unanime. Prenons l’exemple très pédagogique de la modification ces derniers jours de la constitution espagnole. L’objectif était de modifier dans le texte le mot « diminué » par « handicapé ».

On penserait instinctivement qu’il est impossible pour un tel sujet il y ait des votes négatifs ou des abstentions. La première suspicion est que nous serions dans un « chantage affectif » car qui oserait dire un seul mot sans être pointé du doigt pour indignité ? Pourtant il y a beaucoup de raisons possibles pour refuser la modification sans être en désaccord avec un principe d’humanisme.

La dictature, c’est la démocratie de l’ignorance !

Tout d’abord la formulation. La preuve est que dans d’autres pays l’expression « handicapé », choisie par les Espagnols, a semblé stigmatisante et a été remplacée par « personne en situation de handicap ». L’unanimité ne peut exister dans le domaine sémantique.

Puis je partage l’avis de beaucoup de constitutionnalistes selon lequel la constitution n’est pas le lieu de l’inscription des droits des handicapés ni d’autres spécificités. La constitution est de portée générale, il est du domaine de la loi de s’occuper des spécificités. Le chantage affectif pour en arriver à cette unanimité est une déviance de la démocratie. De quel droit pouvons-nous accuser un avis opposé d’inhumain ? Ce ne serait plus un droit constitutionnel mais un manuel de bonne conscience.

La démocratie est pour la dictature ce que les poux sont pour le lion !  

Quant aux trois réfractaires qui ont voté négativement, c’est la preuve que l’unanimité n’est jamais obtenue même si  l’adhésion sur le fond est acquise. Ils sont des élus au nom du parti d’extrême droite, VOX. Il a toujours été constaté pour les référendums et autres plébiscites que beaucoup se manifestent contre la personne ou le régime qui propose le texte et non contre le texte lui-même.

Le dernier travers que je proposerai d’examiner est le sentiment de Voltaire. Pour lui, la seule justification de l’unanimité est le fait d’une minorité qui vote la résolution pour légitimer le droit à l’idée inverse de la majorité. Si cette affirmation avait une réalité ce serait une preuve qui s’ajoute aux autres pour nier l’existence d’une démocratie par l’unanimité. Elle serait donc justifiée par des raisons qui sont éloignées de la position politique réelle des individus.

John Locke inverse l’argument. Il estime que la règle de la majorité est fondée par l’impossible unanimité. Pour lui, un groupe est composé d’une multitude de personnes. En rappelant cette évidence il affirme que la règle de l’unanimité signifie la « dissolution de la communauté politique ».

L’unanimité est ainsi contre-nature à la démocratie.

Boumédiene Sid Lakhdar

17 Commentaires

  1. au diable la f’ing democratie de mes deux. Ces gens cherchent a nous gommer de la memoire humaine, et vous me parlez de democratie? Decidemment eux sont clairs mais pas vous !
    Give me freedom or give me death.

  2. Nous les autres qui avait embarqué dans le train de la régression profonde de Adi si cher à Dda Hend Oukaci, nous constatons que c’est la démocratie qui ne fait pas l’unanimité, je ne sais Urfan dans quelle station embraquera mais ce n’est certainement pas lui qui dira le contraire .

    • « Nous les autres qui avait embarqué dans le train de la régression profonde » – Au moins vous le reconnaissez. C’est a toutes les échelles de la gouvernance. Jamais l’Algérie n’est devenue « nouvelle » se retrouvant dans un puit sans fond.

  3. J’ai ce réflexe Goeringuien à chaque fois qu’on évoque le mot démocratie.

    Et comme d’habitude j’ai dégainé avant de lire l’article. Car je sais que comme d’habitude l’Enseignant va nous abreuver de citations et de références livresques dont il se réserve le droit pour enfumer large.

    Comme si la raison est forcément dans la populace. C’est comme dire que la majorité a toujours raison, alors que comme disait l’autre la raison peut être dans la minorité. L’histoire a montré que ce sont souvent ceux qui ont pensé à contre courant au sens commun qui ont changé le monde.

    La démocratie n’a jamais été synonyme d’unanimité mais plutôt de majorité , ou juste le contraire d’autocratie. Quant à la démocratie chez les anciens grecs, il ne faut pas oublier que c’était une société esclavagiste.

    Je ne vois pas pourquoi elle serait synonyme d’unanimité, et comment, ce serait pratiquement impossible. Pas plus qu’elle ne serait synonyme d’égalité sociale.Or s’il n’y a pas égalité sociale tout le reste n’est qu’artifice pour l’accès au pouvoir. Même dans les système égalitaristes on parle de dictature du prolétariat.

    Dans les système politiques actuels il n’ y a pas de démocratie intégrale, là où la proportionnelle totale est appliquée, les pays sont parfois ingouvernables.

    Ajoutons à cela que les système démocratique ne font pas émerger forcément les citoyens les plus sages ou les plus intègres.

    Voyez Marikène, ils en sont à choisir entre un vieillard sénile et un dangereux idiot.

    Il ne faut pas confondre démocratie comme mécanisme d’accès au pouvoir et l’utopie de démocratie comme gestion de la cité.

    • Azul a Dda Hend, j’ajoute aussi à ton raisonnement qu’on peut élire un dictateur d’une façon tout à fait démocratique, les exemples ne manquent pas dans l’histoire récente du monde, les FIS chez nous , les nazi en Allemagne et bientôt la Marine nationale en France.

      Il faut aussi expliquer à notre enseignant la différence entre la justice et l’égalité, on ne peut pas demander à un singe et un cheval de grimper un arbre sous prétexte de justice.

      Comme vous dite chez vous à Guezgata, ce n’est pas parce que la majorité a tort que la minorité n’a pas tout à fait parfaitement raison.

      Heureusement la bas c’est Dda Chavane qui décide.
      Au suivant.

      • L’exemple que tu as oublié est que la dictature est élue en décembre 2019, sans aucune élection, et c’est récent.
        Votre travail maintenant est de halaliser votre dictature au Matin. Ca ne marchera jamais car 90% du peuple vous vomit. Vous êtes comme ces rapaces mangeurs d’humains et jamais RASSASSIES !

    • « Et comme d’habitude j’ai dégainé avant de lire l’article. » – C’est dans tes habitudes quotidiennes et c’est aussi ton vrai travail. Tirer sur tout ce qui bouge comme au far west cat les humains n’ont aucune valeur pour vous.

  4. C’est tout a fait normal que les militaires, anciens ou toujours actifs, presents ici sur Le Matin, soient allérgiques a ces deux mots: « LIBERTE » et « DEMOCRATIE ». Les dictateurs ont toujours horreur de tout ce qui pourra reveiller ou instruire le peuple. Ils ont alors deux armes: La religion et la superstition qu’ils sont en train de financer a coups de milliards en constuisant les mosquées et partout et en « haramisant « tout ce qui questionne notre existence et l’ignorance totale par déstruction de l’école a travers l’arabisation a outrance (même si les vrais arabes étudient en anglais), sans jamais décider vraiment quelle langue utiliser qui donnne une qualité affreuse de l’éducation. Alors quand le peuple est devenu un zombie grace a la dictature depuis plus de 60 ans, ils peuvent se servir a leur guise et privatiser le pays comme ca leur plait. C’est exactememnt ce que l’on voit aujourd’hui. Sinon qui a imposé la religion comme ame principale de l’état ? C’est bien le pouvoir. Qui est en train de détruire l’ école ? C’est bien le puvoir en place. Par contre, les mouches éléctroniques sur ce site nous rappellent toujours que la démocratie est impossible en Algérie a cause de LEURS intégristes, ces integristes qu’ils ont crée, qu’ils financent et qu’ils peuvent supprimer en 24H si vraiment ils pensent au futur de l’Algérie. Is ont apparemment pourtant trouvé les alumeurs des feux en KAbylie sans compter les dahdouh et companie non ?
    Aujourd’hui on voit le résultat: Un pays pourtant si riche transformé en pays du « quart monde ».

  5. Ce que ce boukharouba a censure’. Un ptit commentaire qui dit que les sujets de democratie etc, sans de la poussiere aux yeux, quand la situation est une d’ERADICATION d’ETHNIES AUTOCHTONES POUR LES REMPLACER PAR UNE ETRANGERE. Ca s’appele un genocide lent. La resurection par la diaspora n’est pas une idee, c’est une realite’, que vous pouvez suivre en direct, a Gaza. 3000 ans apres.

  6. Nighak a Lho,

    Colluche disait :  »la démocratie c’est quand on prendra les arabes en stop ».

    L’Enseignant nous a brodé sa contribution a partir de ses leçons , et Nora une idée de démocratie à partir de ses rêves , oubliant qu’une société ne peut donner que ce qu’elle a . Elle pense qu’il suffit de la roqyer et elle prendra.

    Je pense que la démocratie est mécaniquement ou n’est pas. Dans un pays où on offre un cheval à un portrait, même les zèbres pourraient être candidats et être élus.

    Je l’ai dit à plusieurs reprises que dans les pays ta3 lkouffar ce n’est pas la démocratie qui a conduit au développement et au progrès mais l’inverse. C’est un dictateur militaire qui a propulsé la Corée du sud vers le progrès et le développement et c’est un autre dictateur qui a propulsé la Corée du nors dans l’autre sens. L’inde est une grande démocratie depuis soixante dix ans où cinq cent millions de citoyens chient dans la nature. La Chine une dictature qui a un PIB 5 fois supérieur.

    Iben moua je maintiens que dans une société archaïque et fragmentée comme la nôtre la démocratie est plus un problème qu’une solution. Un problème parce qu’elle pose la question de la représentation donc des élections. Il y a aussi et surtout la question des droits et libertés.

    Dans une société de droit et de liberté, je dis bien  » société » en non Etat de droit, la question de la représentation n’est pas primordiale. Les institutions peuvent gérer les problèmes sociétaux sans que le pouvoir ne puisse les en empêcher. J’ai déjà écrit qu’un pays comme les Etats-Unis peut avoir un âne comme président sans risque. Une société comme la nôtre est plus totalitaire que l’Etat dans le sens d’autorité politique.

    Dans les systèmes majoritaires une bonne partie de la population est éliminée et ne participe pas à la gestion de la cité. Dans les systèmes à la proportionnelle deux minorités alliées peuvent passer avant une majorité relative. Le système américain permet à un candidat de remporter les élections avec moins de voix que son adversaire.

    La démocratie est loin d’être un bon système , c’est juste le moins mauvais .

    • Comme le train de 3addi est très propice à la réflexion. J’aimerais savoir ce que vous en pensez de l’ancien système de gestion de la  » cité » ( du village voire un 3arch ) en Kabylie. Système basé sur  » tajma3t » où chaque famille  » adhrum » désigne un représentant et les l’ensemble des représentants des familles  » idherma » élisent un chef :  » un mazwer », pour ‘une durée d’une année.
      PS. Je pense qu’il n’y a pas plus judicieux, du moins parmi ceux qui existent, comme système d’élection permettant de désigner que les meilleurs de la cité,étant donné chaque famille a intérêt de présenter que son meilleur pour mieux défendre ses intérêts et par conséquent le chef des chef ne pourrait être que meilleur de tous pour défendre le village ou le 3arch vis a vis d’autres villages ou d’autre 3archs .
      On voit dans ce système que la populace intervient que d’une manière très limité, a l’échelle qu’elle maîtrise, c’est a dire la famille, ainsi elle n’est pas exploser à la supercherie des beaux parleurs étrangers à elle. Le travail a l’échelle supérieure etant fait uniquement par les sages, des gens capables de faire preuve de discernement dans leur choix et leurs décisions.
      Mais, est ce qu’en peut l’appliquer a l’échelle d’un pays ? A priori pour quoi pas, même si de plus en plus compliqué à cause de l’agrandissement et surtout de l’éparpillement voire de l’éclatement des familles dont les membres ne gardent de lien qu’à une échelle très limité (où les cousins éloignés ne se connaissent à peine voire pas du tout).
      Qu’en pensez vous.

        • Oui j’en conviens.
          Alors la démocratie est une superbe supercherie bien inspirée à fortiori dans les sociétés peu évoluée où la majorité des individus confondent allègrement une mouche avec une abeille et fortiori celle-ci avec un frelon. Après on s’étonne que la ruche gérée par des frelon et dont l’assemblée est constituée par des mouches peine à produire du miel.

    • Nighakh a Dda Hend, tu m’a fait rire … la nature n’est pas parfaite disait Bigmalion, seul l’art lui est parfait. Quand j’étais en France je disais la même chose sur le système des élections américaine, en arrivant ici aux usa et après avoir discuté avec quelqu’uns j’ai constaté que les parents fondateurs qu’ils appellent ceux qui ont élaboré ce système avaient tout à fait raison afin de donner la représentativité aux états avec moins de populations autrement ils auront pas le poids devant les états très peuplés. Donc leur système est en quelque sorte plus élaboré que celui dit des suffrages directe.

      J’ai constaté aussi que leurs système est plus juste ( plus basé sur la justice) mais mois égalitaire mais aussi moins social et moins humanitaire qu’en France.

      Il faut expliquer aussi à sidna Ssipositoire que dans une démocratie parfaite c’est l’intérêt général qui importe sur l’intérêt particulier. Mais il faut aussi défendre l’intérêt des minorités autrement c’est de la hogra. Mais si chacun raisonne selon son intérêt personnel cela va crée beaucoup de conflits, il faut dépasser l’intérêt personnel et raisonner en intérêt général on est loin du compte dans nos sociétés.

      Puis il faut aussi noter que dans tajmaiit les femmes sont exclus. C’est quoi la solution dans ce cas?

      En dernier comme tu l’a si bien mentionné le Dda Hend dans certain pays on peut élire un âne et cela va pas trop Impacter sur le fonctionnement du pays et de la société dans d’autre société même si tu nommera Einstein ou plus intelligent que lui il ne pourra rien faire et ne pourra pas avancer la dite société et pourtant Allah l’a dit dans l’une de ses citations ( Allah ne changera rien dans une société s’elle ne se changera pas d’elle même). Mais nous on attend Allah en vain.

      Nb: wakila noura a une dent contre toi, toi qui parle avec des paraboles…
      Bien à vous.

      • Nighak a Lhos-ssine
        Je pense que vous avez mal saisi mon propos. Quand j’ai évoqué tajma3t, en aucun cas je n’ai dis que c’est l’intérêt particulier importe que l’intérêt général, bien au contraire. Du moment que l’individu trouve son compte dune façon ou dune autre, même d’une façon illusoire , dans cet intérêt général pour qu’il adhére volontairement. Autrement où est l’intérêt du système.
        Quant aux femmes exclues de tajma3t, j’en doute. Du moins pour les femmes seules. Et quand bien elles seraient physiquement leur intérês ou leur droits ( du moins ceux que la société accordait aux femmes) sont garantis.
        PS. Ce n’est pas tant la représentativité qui importe dans un système de droit et d’égalité mais l’assurance que tes droits soient garantis même en ton absence. N’ont pas un système où comme on dit si bien : » win ihadhran thaghatiss thuraw sin , madh’win ur nahdhir yiwan yerna guechak » en gros , celui qui est présent , sa chèvre a mis bas de jumeaux, tandis que celui qui est absent sa chèvre n’a mis bas que d’un seul et encore, c’est pas sûr.
        Tout les pays dont représentés à l’ONU et Chaque année de nouveau pays meme sont représentés, du moins d’une manière temporaire, aux conseils de sécurité , comme nous en ce moment même, pourtant leur présence, leur représentativité, ne fait pas avancer leur schmilblick d’un iota, que des gesticulations et des fanfaronnades pour amuser leur propres galeries et encore. Leur présence ne fait que leur rappeler à quel point ils sont insignifiants dans ce système et si on (le ou les maîtres du jeux) a accepté leur présence c’est uniquement pour ça justement : le leur rappeler périodiquement sinon constamment au cas où ils oublieraient.

        • Je te comprends parfaitement à Ssipositoir, c’est ce que Dda Hend essaye d’expliquer d’ailleurs à notre tigresse Nora, en deux mots ce n’est pas la quantité qui va changer quoi se soit mais c’est la qualité , du moins dans le sens de régression profonde dont nous sociétés sont embarquées il faut et la qualité et une certaine quantité pour faire demi tour .

          Oui Tajma3t c’est efficace dans une certaine mesure parce que tout le monde ce connaît, et malgré ceci il y’a des calculs pour l’intérêt de quelque individus tapis dans l’ombre. Imagine s’ils se connaissent pas? Voilà la où s’est pas entendu .

          Bien à vous tous

  7. Ce qui est vraiment drôle c’est que les défenseurs de la dictature nous citent des exemples soit de dictatures “moins humaines” aue la notre ou de pays ou les institutions sont indépendentes, ou les ministres font leur travail, ou le role principal de l’armée est la défence du pays et sa constitution et la police défendre le peuple. Dans ces pays la justice est libre et indépendante et ne dépend pas du téléphone ou de l’humeur d’aun militaire. Aux USA même si Biden est un zombie, on ne voit pas le chef de l’armée lui coller sur ses savates du matin au soir ou “ordonner” d’ouvrir les robinets d’eau ou un kiosque. Biden ou Modi ne demandent pas a American Airlines ou Air India de baisser les prix du billet d’avion de 50%. Dans les pays dits démocratiques les institutions font leur travail sans se faire dicter par un militaire ce qu’elle doivent faire ou ne pas faire. Chez les démocraties du monde les journaux et les citoyens sont libres de dire ce qu’ils pensent. Chez les démocraties du monde, ils ont un équilibre qu’on appelle L’opposition dont le devoir est de dénoncer tout dépassement, toute corruption et non respect des règles démocratiques. Dans la nouvelle algérie personne ne sait qui dirige quoi et personne ne sait exactement ce que font les supposés “ministres” en dehors de chanter les louanges de ceux qui les ont placés ou ils sont.
    Quand aux indiens qui font leurs besoins dans la nature, c’est comme si on ne voyait pas la même chose se produire chez nous et en direct près des autoroutes ou sur les trottoires des grandes villes.
    Pour ce qui est de l’Inde qui est une puissance dans tous les domaines, qui a des prix Nobel, qui a sa silicone valley, le pouvoir gèrer 1.5 milliards d’ames. Maintenir un pays uni malgrè les milliers de langues et de cultures différentes est un vrai exploit. Etre incapable de gèrer un pays de 45 millions d’habitants malgré toutes les richesses disponibles est un signe d’incompétence maladive généralisée.
    Quelques questions a un douro: Pourquoi ne pas donner une chance a la démocratie au moins une fois depuis les 60 ans d’une histoire tourmentée ? Pourquoi les gens connaissent toujours le résultat, la réponse, avant d’avoir jamais essayé quoi que ce soit ? Une armée neutre dans les casernes pourra devenir arbitre et garante de la démocratie. Pourquoi ne pas essayer ? Ca serait une première experience de notre histoire. A moins que nos gènes soient déja prédestinés a nous maintenir bessif dans la dictature a jamais.
    Sinon s’il vous plait cessez de mélanger les serviettes avec les torchons.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici