2 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeM. Bouakouir, votre déclaration est une insulte à mon militantisme passé

M. Bouakouir, votre déclaration est une insulte à mon militantisme passé

DEBAT

M. Bouakouir, votre déclaration est une insulte à mon militantisme passé

Samir Bouakouir, porte-parole du FFS, vient de déclarer : « Il est insensé d’imaginer un changement démocratique sans l’Armée ». Des paroles qui ne m’étonnent pas car ce parti s’est déjà éloigné depuis longtemps de sa base doctrinale et politique.

Bien évidemment que je sais lire et que Samir Bouakouir, dans son entretien avec Sputnik (ce qui est déjà déplorable), reproduit dans le Quotidien d’Oran, s’en prend à la dérive du Hirak vers un horizon islamiste dangereux.                                                                                                        

Cela fait plus d’un an que je dénonce le Hirak dans les médias algériens pour ne pas être ravi que son parti se rende compte enfin de son soutien au mouvement alors qu’un enfant se serait aperçu des dizaines de milliers de foulards et de l’omniprésence de la TV du fils Madani et du journal du fils Nezzar.

Il en a été aveugle et se réveille maintenant que la bataille est terminée car je pense sincèrement qu’il est trop tard et que les démocrates se sont fait rouler comme des naïfs et des débutants. Leur faute est impardonnable.

- Advertisement -

Il ne me viendrait pas à l’esprit d’attaquer le parti sur cette seule position irresponsable dès lors qu’ils s’en sont enfin aperçus. Le résultat dramatique et irréversible en sera leur sanction politique.

J’accuse Samir Bouakouir et mon ancien parti politique d’une plus lourde faute, celle de cautionner l’armée algérienne comme garante de la survie de la démocratie.

Samir Bouakouir vient de détruire des décennies de combat politique et de prises de positions de son parti qui sont à l’inverse absolu de sa déclaration. C’est tout simplement effarant et condamnable que cette compromission avec le régime militaire.

J’aurais été plus prompt à étudier plus profondément les dires du porte-parole, bien qu’ils me semblent assez clairs, s’il n’y avait pas eu d’autres indices graves et concordants dans le passé récent, comme disent les actes d’accusation des juges au pénal.

Je voudrais lui faire rappeler que son parti, après que je l’ai quitté, a commis l’outrage le plus notoire pour les démocrates, soit rejoindre l’Assemblée nationale d’un régime militaire. Samir Bouakouir a la mémoire courte et même disparue puisqu’à l’heure actuelle ses camarades siègent encore dans ce lieu de légitimation du régime militaire.

Il a un culot monstre en dénonçant les actes du pouvoir. Mais, Monsieur Bouakouir, le pouvoir vous y êtes, vous êtes à l’Assemblée nationale, non ? Ou je n’ai jamais rien compris à mes cours de droit constitutionnel.

Ou il l’a oublié ou il ne sait pas ce qu’est une Assemblée nationale dans un régime militaire, ce qui est pire pour sa capacité intellectuelle.

Il a également oublié ses rencontres amicales avec le chef de l’exécutif. Ce n’est vraiment pas des faits de nature à me convaincre de la non compromission de ce parti avec le régime militaire même si je partage les propos sur la lutte nécessaire contre l’islamisme (dont il vient de se rendre compte de leur présence dans le Hirak).

Aujourd’hui, il dénonce ceux qui s’en prennent aux militaires, c’est-à-dire à des gens comme moi-même. Sous le couvert de diriger son accusation vers les islamistes il légitime ce dernier comme rempart protecteur de la démocratie.                        

J’hésite entre la certitude que Monsieur Bouakouir me prend pour un amnésique ou un demeuré, ou alors les deux.

J’avais quitté violemment Aït Ahmed et son parti pour des raisons qui ne concernent pas une divergence politique. Je suis fier d’y avoir milité en première ligne à l’exécutif national. Cela ne fait aucun doute.

Mais la participation à l’Assemblée nationale de ce parti m’est déjà restée au travers de la gorge comme compromission intolérable de mes anciens camarades, aujourd’hui c’est son positionnement et propos plus que compromettants qui me font susciter le dégoût.

Monsieur Bouakouir, ce parti déshonore et insulte mon engagement politique passé au sein de votre organisation qui fut la mienne.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Coup d’Etat au Burkina Faso

Un groupe de militaires a annoncé vendredi à la télévision nationale du Burkina Faso la mise à l'écart du chef de la junte Paul-Henri...

Les plus populaires

Commentaires récents