13 juillet 2024
spot_img
AccueilCultureMaroc : "les enquêtes interdites" sur le "commandeur des croyants"…

Maroc : « les enquêtes interdites » sur le « commandeur des croyants »…

Mohammed VI

S’il y a des livres qui dévoilent sans tabous les arcanes des pouvoirs des pays sous-développés, l’ouvrage de Omar Brousky « Maroc : les enquêtes interdites » dissèque au bistouri les dessous du pouvoir du Makhzen, avec pour toile de fond les prérogatives quasi illimitées du monarque et «l’amitié » indéfectible qui le lie aux présidents successifs de la France des libertés, depuis Chirac.

On y apprend ainsi que si la France ménage le Maroc et ses atteintes aux libertés c’est uniquement pour préserver ses intérêts et des contrats juteux qui se chiffrent en milliards d’euros !

Le sentiment général qui se dégage de ce livre est que pour « notre ami le Roi » seuls comptent ses propres intérêts…

Les relations commerciales avec la France sont étonnement fructueux.

- Advertisement -

Le stock d’IDE (stock d’investissements étrangers) français au Maroc est quatre fois supérieur à celui de l’Algérie par exemple, et douze fois celui enregistré en Tunisie. Avec 8 milliards d’euros d’échanges commerciaux annuels et 750 filiales d’entreprises françaises générant plus de 120 000 emplois. La France a ainsi reconquis son rang de premier partenaire économique et commercial après l’avoir brièvement perdu au profit de l’Espagne.

Mais la dimension inégalitaire de ces « relations » présente des travers qui s’apparentent parfois à de véritables scandales. Dans les dossiers importants, ce type de relations, basées sur les « connaissances » et les « renvois d’ascenseur », pèse souvent, d’un côté comme de l’autre, sur le processus de décision au plus haut niveau.

L’on comprend mieux l’irritation régulier d’Alger vis à vis de l’ancienne puissance coloniale. La fortune personnelle du monarque se chiffre en milliards d’euros. Inutile de dresser une liste exhaustive de ses possessions.

Par ailleurs, les projets faramineux se font souvent pour le prestige du roi et non pas pour l’intérêt collectif.

Par exemple, pour l’homme d’affaire casablancais Karim Tazi, patron du groupe Richbond, « le projet TGV a été approuvé et octroyé dans un manque de transparence total ». « C’est un projet qui n’est pas prioritaire pour le Maroc. C’est l’équivalent de 25 000 écoles dans le monde rural, de 16 000 bibliothèques, de 10 000 médiathèques et de 25 centres universitaires hospitaliers », résume Omar Balafrej, un des principaux membres du collectif Stop TGV.

Cela ne vous rappelle pas certains projets d’un pays voisin qu’il est inutile de citer ?

Commandeur des croyants, et « premier débiteur » d’alcools

Au-delà des palais et propriétés privées, Mohammed VI est surtout le premier homme d’affaires du Maroc. Les groupes financiers qu’il contrôle sont présents dans les secteurs stratégiques de l’économie du pays, des télécommunications à l’agroalimentaire en passant par la finance et les banques ou encore le secteur minier. Le Commandeur des croyants est également l’un des premiers « débiteurs » de boissons alcoolisées grâce à la chaîne de grandes surfaces Marjane, qu’il contrôle, selon ce livre…

Ce qui est haram pour le petit peuple est hallal pour la famille royale.

Ce qu’il y a sans doute d’intéressant c’est l’accueil privilégié dont jouissent la plupart des politiques et des célébrités françaises. À cet égard, le Maroc constitue un véritable paradis de villégiature pour les nantis de l’Hexagone.

Entre les « amis » du Maroc, d’une part, et les « invités de marque » du roi, de l’autre, il y a des nuances. Les premiers ne manquent pas parmi l’« élite politico-médiatique française» ; les seconds, eux, font partie d’un club sélect : les hôtes du monarque.

Brice Hortefeux, Dominique Strauss-Kahn et son ex-épouse Anne Sinclair, Jean-Louis Borloo et son épouse la journaliste Béatrice Schönberg, Hervé Morin, Alain Delon, Bernard-Henri Lévy, François-Marie Banier, Patrick Balkany et son épouse Isabelle, Marc Lavoine et son épouse Sarah, etc., ceux qu’on appelle les « amis (français) du Maroc » sont légion.

La plupart possèdent leur riad à Marrakech où ils fuient régulièrement les flashes des paparazzis et les regards intrusifs de la masse. Ceux qui n’ont pas de résidence à Marrakech vont à la Mamounia ou à l’autre palace, le fameux Es Sâadi, autre temple du luxe et de la démesure. Situé dans le quartier de l’Hivernage, dans un magnifique jardin de 9 hectares, Es Sâadi est au cœur du vieux Marrakech. Propriété d’une famille franco-marocaine, les Bauchet, le premier prix pour une chambre peut y atteindre 500 euros la nuit, celui d’une villa 2 500 euros la nuit.

C’est-y pas beau la vie de monarque ? Elle n’est pas belle l’amitié franco marocaine ?

Alger-Paris-Rabat : de mal en pis

Ce ménage à trois a toujours été source de conflits. Beaucoup de choses ont changé depuis la fin des mandats de Chirac à la tête de la France. Ainsi, depuis François Hollande, les relations entre Rabat et Paris sont au plus bas. Au contraire, bien meilleures avec Alger. « Ils n’ont jamais caché leur méfiance vis-à-vis de l’ancien président français : « Avec l’arrivée à l’Élysée de François Hollande, il y avait beaucoup d’inquiétudes et de méfiance par rapport à l’équipe qui l’entourait et qui était nettement pro-algérienne, confie à l’auteur l’ancien chef de la diplomatie et actuel Premier ministre marocain Saad Eddine Elotmani », écrit Omar Brouksy. La situation n’a pas changé beaucoup sous l’ère d’Emmanuel Macron. Et l’affaire du Sahara occidental est comme une grenade dégoupillée.

Kacem Madani

4 Commentaires

  1. En tout cas monarque où pas, quand vous arrivez à Casablanca, où dans n’importe quelle autre ville, vous ne voyez pas les horreurs que vous voyez en Algérie.
    Je n’ai jamais vu les gens faire la queue pour acheter quoique ce soit.
    On bourre le mou des Algériens on leurs disant qu’au Maroc les gens crèvent de faim, mais pour moi qui y vais souvent,je pense sincèrement que c’est l’inverse qui est vrai.
    Les usines poussent comme des champignons partout, et quand vous voyez le port de Tanger vous comprenez que l’Algérie a minimum 50 ans de retard.

    • je pense que vous avez bien de la misère à bien lire ; pourtant, l’auteur l’a si bien reporté:  »Par ailleurs, les projets faramineux se font souvent pour le prestige du roi et non pas pour l’intérêt collectif ».
      Quant à comparer l’Algérie et le Maroc, certes, ce dernier sait bien soigner la façade ; mais il y a lieu de se référer à deux indices, le PIB ainsi que l’IDH pour saisir l’entendue de la misère qui ronge les sujets du roi avec un classement de 123/191, ce qui montre clairement que cette royauté se situe parmi les pays les plus pauvres du Monde. Par contre, tout le monde sait que la famille royale est riche et même très riche.

  2. C est normal qu’il n’y ait pas la queue au Maroc. Ils n ont pas d 💰 ! Tu portes bien ton pseudo loco ! Les Marocains crèvent de faim espèce de clochard ! Ils mendient aux frontières algériennes. ils veulent construire un TGV alors que la population est analphabète ! Tant qu ils seront sujets du roi, les marocains ne s émanciperont jamais…..

  3. « On y apprend ainsi que si la France ménage le Maroc et ses atteintes aux libertés c’est uniquement pour préserver ses intérêts et des contrats juteux qui se chiffrent en milliards d’euros ! » Quel mot peut-on changer par Algérie sans rien changer au sens de cette phrase? Les enquêtes interdites? Que dire alors de la parole interdite? Ce n’est pas en divulguant les moindres atteintes aux libertés au Maroc qu’on fera oublier ces mêmes atteintes, voire « en plus pire » comme dirait l’autre, quasi quotidiennes que vivent les Algériens. Yiwen ou 3oukaze igh yeouthen (c’est le même bâton qui nous frappe) (Ait Menguellet).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents