29 septembre 2022
spot_img
AccueilIdéeMémoires filmés de Mohammed Harbi : au ministère des Forces armées (8)

Mémoires filmés de Mohammed Harbi : au ministère des Forces armées (8)

TEMOIGNAGE (VIDEO)

Mémoires filmés de Mohammed Harbi : au ministère des Forces armées (8)

Historien de premier ordre, nationaliste, Mohammed Harbi est spécialiste de l’histoire et de la vie politique de l’Algérie. Durant la guerre d’indépendance, il a occupé d’importantes responsabilités au sein de l’appareil du FLN et participe aux premières négociations des accords d’Evian.

Conseiller de Ahmed Ben Bella, il est emprisonné de 1965 à 1968. En 1971, il est mis en résidence surveillé. En 1973, il s’évade et rejoint la France où il devient professeur à l’université. Il est auteur de nombreux ouvrages de référence sur l’histoire contemporaine de l’Algérie.

Pour aller plus loin sur les mémoires filmés de Mohammed Harbi : https://www.syllepse.net/syllepse_images/mohamed-harbi–me–moires-filme–s–sommaire.pdf

Nous vous livrons la 8e partie de ses mémoires filmés.

Mohammed Harbi à Tunis

- Advertisement -

Directeur du cabinet civil au ministère des Forces armées, dirigé par K. Belkacem. Il y retrouve son oncle maternel, le colonel Ali Kafi, lié au clan Bentobbal-Boumediene. Le rôle majeur des protections. Pour M. Harbi: Ali Kafi et les anciens centralistes, Yazid, Boulharouf, Ben Khedda, Dahlab. Et puis il s’est imposé par son travail et sa pensée politique, malgré son étiquetage comme marxiste et comme communiste. Les rapports de M. Harbi avec les partis communistes (pour les Algériens, le communisme, c’est le PCA et le PCF et rien d’autre) et avec les membres de ces formations. Sa sympathie pour Socialisme ou Barbarie.

Composition et nature de l’armée aux frontières

La majorité des troupes viennent des régions montagneuses, vraiment paysannes. Elles ne sont pas intégrées les unes aux autres. Les chefs de région veulent en garder le contrôle. Elles sont largement encadrées par les DAF (déserteurs de l’armée française), très autoritaires, ce sont souvent des anciens des guerres coloniales, anticommunistes, formés à la guerre contre-révolutionnaire dans l’armée française, mais aussi de bons techniciens, fidèles à l’état-major, formés à la guerre contre-révolutionnaire dans l’armée française. Ils occupent les postes dans les bureaux techniques, ont pensé l’après-indépendance et ce sont eux qui décideront en 1962 de qui restera dans l’armée et qui sera démobilisé. Les DAF sont en opposition avec les autres officiers, ceux issus des maquis et ceux formés dans les académies militaires arabes ou du «bloc communiste». D’où de nombreux conflits, qui perdureront après l’indépendance. Cette armée est surtout le produit de la construction des barrages aux frontières. Les lignes Morice et Challe.

À l’intérieur

Nécessité de l’intégration des combattants formulée dès les lendemains du congrès la Soummam, mais la méfiance prédomine. Échec de l’initiative d’Amirouche pour l’intégration (fin de 1958). Elle s’est faite en partie lorsque les contingents fuyant les opérations Challe sont allés dans les wilayas voisines. La question de la centralisation des efforts militaires pour les rendre moins coûteux n’a pas été pensée. Problème du manque d’armes, des frontières bloquées. De nombreuses révoltes et dissidences, suivies d’exécutions. La réunion des dix colonels pour résoudre la crise et donner une direction unique à l’armée (fin 1959).

Background historique

La nation n’est pas pensée par le nationalisme algérien. L’Algérie doit être pensée comme nation en formation (thèse de M. Harbi) et non pas une nation née avec l’arrivée de l’islam. Une société qui a été pulvérisée par la colonisation française, contrairement aux Ottomans qui ne se sont pas attaqués à la cohésion des structures de base de la société. D’où la difficulté à unifier cette population dans la lutte, et de là les rapports très brutaux. Le parti communiste a pensé la nation indépendamment de la barrière coloniale. Toute la tradition tribale (allégeance) a été transférée dans 

Auteur
Mohammed Harbi

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

« M’hamed Issiakhem, portrait à l’encre » de Benamar Médiène

Un jour de juillet de l’année 1943, à Relizane, dans l’ouest algérien, un adolescent de 15 ans réussit à pénétrer dans un camp militaire...

Les plus populaires

Commentaires récents