4 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeMort de Djamel Bensmaïl : faillite du pouvoir et prémices d’une débâcle annoncée  

Mort de Djamel Bensmaïl : faillite du pouvoir et prémices d’une débâcle annoncée  

OPINION

Mort de Djamel Bensmaïl : faillite du pouvoir et prémices d’une débâcle annoncée  

« Le propre de la médiocrité est de se croire supérieur ». François De La Rochefoucauld                     

Le jour où j’ai reçu cette triste nouvelle, la mort de notre cher camarade Djamel, je suis resté pétrifié, coi. Tout se bouscula dans ma tête. J’étais en même temps très triste pour mon pays !

Quelques semaines auparavant je l’ai rencontré à Alger et comme par hasard ou si c’était prémonitoire, nous avons discuté longuement sur la non-violence. On devait se revoir pour continuer notre débat, malheureusement le destin en a décidé autrement !

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment est-ce possible que de pareils actes barbares puissent se passer dans mon pays et ce, quelles que soient les circonstances et justificatifs avancés ! Même si la thèse du guet-apens se confirme !

- Advertisement -

Comment, certains, d’apparence si normal dans la vie quotidienne, ont-ils pu « disjoncter » et commettre un pareil acte abominable ? Et franchir en plus un palier dans l’horreur en prenant des selfies avec la « victime » tout en jouissant et tenant des propos scandaleux. Le tout posté sur les réseaux sociaux. Comme on est si loin et si proche des atrocités de Daech !!!!!

Il ne faut surtout pas éluder cet acte ni le minimiser, et continuer comme si ce n’est qu’un acte isolé qu’il faut oublier le plus vite que possible pour se donner bonne conscience !

Aussi, il ne faut surtout pas tomber dans le piège du pouvoir : accuser une « main » étrangère (propagande ridicule) pour faire diversion afin couvrir sa faillite totale et son incurie !

Il faut avoir le courage et la sérénité et se regarder dans le miroir !Il faut aller loin et chercher les causes de cette folie car elle risque de se reproduire !C’est un signal fort ! Toute la société est interpellée et chacun de nous porte une part de responsabilité !

C’est aussi pour que la mort de notre chère Djamel ne soit pas vaine. Au contraire elle nous interpelle tous. Elle nous a ouvert les yeux sur la bêtise humaine. Elle doit nous servir de catalyseur pour un sursaut salvateur.

C’est clair que cela dénote un fiasco total de toute une politique depuis le coup d’état de 1962 ! 
Un tel acte ne peut se passer du jour au lendemain. Il est passé par un long processus de maturation et de conditionnement ! Certains essaient de le faire passer pour une exception ! Non, il ne faut pas se leurrer.

Devant l’absence totale de l’Etat face aux problèmes qui se posent et la débâcle qui se précise ; cela peut se reproduire dans n’importe quelle région du pays. Car dans notre société c’est se voiler la face ou se mentir que de ne pas admettre que la violence sous toute ses formes, est quotidienne, cultivée et même entretenue par certains cercles et médias à la solde du pouvoir !

Nous ne cherchons nullement des excuses et des justificatifs aux auteurs de ce crime abject et révoltant et ce, quels que soient leurs motifs. Il est clair qu’ils doivent être appréhendés, traduits devant la justice et répondre de leur acte.

Faudra-t-il dire comme certains que notre cher ami Djamel était seulement au mauvais moment et au mauvais endroit ? Non, c’est trop simpliste ! C’est prendre des raccourcis douteux ! Il a été trahi dans son propre pays et par des algériens ! C’est très douloureux, difficile à digérer, mais c’est l’amère vérité !Il faut l’accepter  pour en tirer les leçons et aller de l’avant.

Un travail en profondeur reste à faire. Mais Il ne faut surtout pas se précipiter pour stigmatiser et jeter l’anathème sur toute une ville ou région !

C’est bien connu qu’une foule mise dans des conditions particulières peut réagir d’une façon imprévisible, irrationnelle et même barbare.

C’est ainsi le comportement de la « meute » selon les théories de la psychologie des foules ! Gustave le Bon nous écrit « que la foule ̇ est conduite quasi exclusivement par l’inconscient. La foule, jouet de tous les stimulants extérieurs, en reflète les incessantes variations. Elle est donc esclave des impulsions reçues ». Il fait aussi état d’un aspect très terrifiant de la foule : « son irresponsabilité ! Il suffit donc de la manipuler pour en faire ce que l’on veut ! ».On sait aussi depuis Tyhurst  qu’en situation exceptionnelle, au sein d’une foule 1 à 2 % des sujets montrent des réponses à allure psychotique. Certains, une fois « réveillés », n’arrivent pas à accepter leurs actes et adoptent un positionnement de déni total de la réalité !

Le pouvoir a aussi toujours excellé dans la manipulation et la violence ! Cette dernière est récurrente depuis le coup d’Etat de 1962 ! Même la militante Anne de Beaumanoir neuropsychiatre de l’ALN à Tunis et dont on ne peut guère douter de sa sincérité et sa loyauté envers l’Algérie, en parle en connaissance de cause, dans le livre « Annette, une épopée » de Anne Weber de la violence (torture etc.) de certains membres du  FLN installés en Tunisie ,déjà avant l’indépendance, et que seul le pouvoir les intéressait plus que la libération de l’Algérie . 

Les responsables de certains services de sécurité qui ont failli à leur devoir et mission doivent être non pas sanctionnés mais aussi traduit devant la justice. Car au lieu de protéger, ils se sont abstenus d’intervenir pour empêcher ce crime odieux commis sous leurs yeux! C’est une non-assistance à personne en danger de mort ! Ils ont reçu des ordres de leur hiérarchie dixit le directeur de la police judiciaire à la DGSN.

Mêmes certaines chaines de télévision, sans scrupules, qui ont lancé « en urgence » l’arrestation « d’un criminel » responsable des incendies, et ce en passant la vidéo du fourgon de police entouré d’une foule ! Et cela bien avant son lynchage ! 

Oui il était déjà coupable et condamné à leurs yeux avant même de comparaitre devant la justice ! La présomption d’innocence n’a pas sa place chez ces médias des basses besognes. Il a été donc jeté en pâture à la vindicte populaire ! 

Certaines questions restent toujours posées sur les circonstances et les causes de ce crimes odieux. Pourquoi a-t ’il été jeté en pâture à la foule ? Pourquoi les policiers n’ont pas réagi au lynchage et ont laissé faire ? Pourquoi ne lui ont-ils pas prêté assistance ? Autant de questions qui restent posées.

Ce crime restera une tache noire dans l’histoire de l’Algérie. C’est aussi l’épée de Damoclès désormais suspendue au-dessus de la tête de toute la société si toute la lumière ne sera pas faite sur ce crime.

Ce pouvoir illégitime et corrompu a ôté tout gout même de vivre à la majorité des algériens et particulièrement la jeunesse qui ne rêvent plus que de « fuguer » de la maison Algérie qui les étouffe et ce quel que soit le prix à payer et les dangers encourus.

Le pouvoir a mené l’Algérie vers l’impasse. Tous les ingrédients (désarroi, désespoir, injustice, pauvreté, corruption etc.) les plus explosifs sont en train de se mélanger sous nos yeux ! Ils n’attendent que l’étincelle et une foule déboussolée sans repère pour provoquer une explosion majeure dont personne n’est capable d’anticiper ni les retombées ni les conséquences !Peut être que certains le souhaitent car il ne veulent pas d’une Algérie libre et démocratique !!!
Malgré tout cela, Il faut savoir raison garder.

On ne le répètera jamais assez et il ne faut pas s’y méprendre : le lynchage n’est pas le propre de l’Algérie. Le mot vient du nom d’un juge de paix américain Charles Lynch (1736-1796). Il a été très pratiqué aux USA et cela jusqu’aux années 80.

Le lynchage n’est le propre ni d’une ville ni d’un pays ni d’un continent. Il ne dépend ni de la couleur de la peau, ni de la religion, ni de la race, ni du sexe et ni du niveau d’instruction. Il se passe aussi bien dans des pays  riches que dans pays pauvres. Il n’est pas inscrit dans l’ ADN humain! De grâce de la retenue et de la sagesse !

Il peut se passer là où se trouve l’homme tout simplement et dans certaines conditions particulières (réunies ou provoquées).

Repose en paix cher frère, tu es mort en martyre, en idéaliste au-dessus des bassesses ! La noblesse t’habitait et tu étais toujours là pour tendre ta main à ceux qui en avaient besoin ! Tu ne pensais même pas à toi-même ! Tu étais de ceux que chérissait l’Algérie le plus : tu étais un altruiste. Comme disait un adage chinois « le sage montre les astres et l’idiot regarde le doigt ».Ainsi tu étais et ainsi tu resteras gravé a tout jamais dans la mémoire des algériens. Tu resteras dans nos cœurs ! Ta mort n’est pas pour rien ! Elle est union. Elle est rapprochement. Elle est espoir !Il y aura des millions de Djamel qui  prendront ta relève.

Auteur
B. Rachid, consultant

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La corruption en Algérie : « Le sorcier ne se guérit pas lui-même de ses maux »

La corruption a gagné du terrain dans de nombreux pays du tiers monde. Parmi les facteurs qui facilitent la corruption, on peut citer au...

Les plus populaires

Commentaires récents