4 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeNon à la répression et à l’arbitraire en Algérie ! Non à...

Non à la répression et à l’arbitraire en Algérie ! Non à l’isolement de la Kabylie !

DISSIDENCE CITOYENNE

Non à la répression et à l’arbitraire en Algérie ! Non à l’isolement de la Kabylie !

Le Comité pour la libération des détenus d’opinion a rendu public le communiqué suivant dans lequel il appelle à un rassemblement samedi devant l’ambassade d’Algérie en France.

Depuis février 2019, le peuple algérien exprime sa volonté de s’affranchir pacifiquement du système politique qui l’opprime depuis l’indépendance.

Pour garder leurs indus privilèges et la mainmise sur le pays et ses richesses, les tenants du pouvoir en Algérie font le choix du recours systématique et aventureux à la répression des aspirations démocratiques du peuple.

Pour avoir exercé leur droit à l’expression, des milliers de citoyen·ne·s pacifiques se trouvent sous le coup de poursuites judiciaires arbitraires. La presse est muselée et réprimée. Les animat·rice·eur·s de la société civile sont pourchassé·e·s. Les organisations politiques sont menacées au mépris de la légalité établie. Toutes les opinions politiques qui ne prêtent pas allégeance au pouvoir en place sont criminalisées.  De Hadj Gharmoul à Fethi Ghares, en passant par Hamou Boumedine et Bouaziz Ait Chebib, des centaines des centaines de militant·e·s sont poursuivi.e.s pour des accusations tout aussi infondées que fantaisistes et croupissent dans les prisons sous régime abusif de la détention préventive.

- Advertisement -

Détournée de ses missions légales, la force publique, aux effectifs pléthoriques, est régulièrement mobilisée pour imposer un quasi-état de siège. L’appareil judiciaire est instrumentalisé contre les libertés et l’exercice des droits les plus élémentaires ; les juges sont sous la férule de l’exécutif et de ses appareils de police politique ; corrompus ou contraints, ils prononcent des peines sur injonction.

La répression n’épargne aucune région du pays. Mais il est des situations, telles que celle que vit la Kabylie, dont la gravité doit retenir l’attention de l’ensemble des patriotes algériens. Les périls que porte la stigmatisation de la Kabylie en raison de ses traditions de combat démocratique et de son rôle central dans la contestation populaire ne doivent pas être sous-estimés.

De la promotion d’une parole para officielle haineuse, raciste et révisionniste, à la fallacieuse accusation de « terrorisme » que le régime tente d’accoler à des organisations politiques pacifistes, en passant par l’innommable opération « zéro kabyle », aux relents présents dans des actes officiels, la démarche des tenants du pouvoir est de « légitimer » leur maintien en donnant corps au prétexte minutieusement orchestré d’une menace sur la paix civile et l’unité nationale.

Manifestement, ces agressions répétées contre la Kabylie visent à saper l’union du peuple algérien contre le régime. Alarmé par l’ampleur de cette convergence populaire affirmée dans les manifestations et exprimée dans les derniers suffrages, le pouvoir tente par diverses manipulations et provocations d’isoler la Kabylie. La conscience de cet enjeu majeur appelle à un élan de solidarité nationale ; il y va du devenir du pays.

C’est conscient.e.s de tous ces enjeux, que nous militant·e·s démocrates résidant en France, nous nous constituons en un comité pour la libération des détenu.e.s politiques et d’opinion en Algérie.

Partie prenante dans le combat pour un changement de système politique et pour l’édification d’une Algérie démocratique, respectueuse des droits humains, le Comité pour la Libération des Détenus d’Opinion (CLDO) se donne pour mission de dénoncer toutes les formes de répression, d’être aux côtés de toutes les victimes de l’arbitraire, de contribuer à la solidarité avec les détenu.e.s et leurs familles et d’agir en faveur de leur libération par tous les moyens permis par la loi.

Halte à la répression et à l’arbitraire 

Libération inconditionnelle des détenus politiques et d’opinion 

Halte à la stigmatisation et à la provocation de la Kabylie 

Le Comité pour la Libération des Détenus d’Opinion,
Paris, le 5 juillet 2021.

 

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Adel Chergui expose à la galerie Abdellah Mohia (Tizi Ouzou)

Sous le titre générique de Métanoïa, l'artiste plasticien Adel Chargui expose (du 20 au 29 novembre  2022) ses dessins à  la galerie Abdellah Mohia...

Les plus populaires

Commentaires récents