5 octobre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueNoureddine Bedoui placé en détention provisoire

Noureddine Bedoui placé en détention provisoire

Noureddine Bedoui

Noureddine Bedoui passera sa première nuit ce soir en prison. Il rejoint Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, deux autres Premiers ministres du défunt Bouteflika.

Noureddine Bedoui, ex-premier ministre du défunt ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, a été écroué mardi 23 août par la Cour d’Alger pour des faits de corruption, rejoignant deux de ses prédécesseurs en prison, selon des médias locaux.

Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, deux autres premiers ministres, arrêtés en 2019 après la chute d’Abdelaziz Bouteflika, ont été condamnés à des peines de prison ferme dans plusieurs affaires de corruption.

Bedoui, un serviteur zélé de Bouteflika

Selon les médias locaux, un juge du tribunal de Sidi-M’hamed à Alger avait décidé dimanche de placer Noureddine Bedoui sous contrôle judiciaire, avec retrait de son passeport. Mais la Cour d’Alger a annulé cette décision mardi et décidé de l’incarcérer dans l’attente de son procès.

- Advertisement -

Noureddine Bedoui passait pour un homme protégé par l’ancien puissant chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah. Certains voient dans sa chute celle de ceux qu’AGS protégeait.

Âgé de 62 ans, Noureddine Bedoui avait été nommé premier ministre le 12 mars 2019 par Abdelaziz Bouteflika, alors président pour remplacer le très impopulaire Ahmed Ouyahia, limogé pour tenter de calmer le Hirak, un mouvement populaire inédit de contestation né trois semaines plus tôt.

Noureddine Bedoui occupait jusqu’alors depuis presque quatre ans le portefeuille de l’Intérieur et était vu comme un serviteur zélé d’Abdelaziz Bouteflika, et à ce titre honni par le Hirak/Tanekra. Après la chute de Bouteflika le 2 avril 2019 sous la pression des manifestations du Hirak et de l’armée, la justice a lancé une série d’enquêtes sur les affaires auxquelles étaient mêlés les hommes de son entourage.

Plusieurs anciens hauts responsables politiques ainsi que de puissants hommes d’affaires ont été condamnés, notamment pour des faits de corruption. L’Algérie a reculé à la 117e place sur 180 pays du classement mondial de l’indice de perception de la corruption, publié en janvier 2022 par l’ONG Transparency International. Abdelaziz Bouteflika, qui avait dirigé le pays pendant 20 ans jusqu’au printemps 2019, est décédé à l’âge de 84 ans le 17 septembre 2021.

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Ma conclusion est la question suivante: Pourquoi tous les premiers ministres de la RADP sont sous les verrous ? Alors et leurs subalternes et leurs chefs etc. ? Sont ils propres ? Alors comment croire tout ce qui viendra de la source = systeme actuel si tout est pourri ? C’est la seule question que toute personne ayant au moins 2 neuronnes qui travaillent puisse se poser.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

France : Alexis Kohler, SG de l’Elysée, mis en examen

Alexis Kohler a été mis en examen le 23 septembre dernier pour « prise illégale d'intérêts », et placé sous le statut de témoin...

Les plus populaires

Commentaires récents