24 avril 2024
spot_img
AccueilCultureOscar Wilde : la vanité qui cache le reflet de l'âme

Oscar Wilde : la vanité qui cache le reflet de l’âme

JEUNES ALGÉRIENS, À VOS LIVRES !

Oscar Wilde : la vanité qui cache le reflet de l’âme

Je vous propose aujourd’hui, comme souvent, un chef-d’œuvre de la littérature mondiale. Vous vous doutez que la vanité a été perpétuellement traitée dans la littérature. Elle représente la posture  illusoire qui dissimule à celui qui en est l’acteur la vérité profonde de son âme.

Le privilège de celui qui propose une lecture est de mettre en avant son choix personnel. Il me semble que la vanité a trouvé en ce livre l’une des plus belles compositions la définissant.

Il est de mon habitude de ne jamais résumer l’histoire car je préfère que vous la découvriez dans un instant de plaisir de lecture.

Cependant, pour ce livre, je ferai une petite exception par un résumé très court, juste pour participer à l’appel de l’envie de lire.

- Advertisement -

Dorian Gray est un jeune Dandy qui va, par une circonstance que vous découvrirez, posséder un tableau qui représente sa grande beauté.

Comme Dorian Gray tombe dans un vice de plus en plus prononcé, dans une vie dépravée (selon les critères sociaux et conservateurs de l’époque), c’est son portrait qui reflétera l’image de sa débauche et vieillira progressivement dans une grimace pathétique et hideuse. Alors que, lui, restera dans une jeunesse et beauté insolentes.

S’en suivent des péripéties malheureuses qui aboutiront à la colère de Dorian Gray. Dans un instant de vive désespérance, il assène un coup au tableau.

C’est alors lui qui tombe et son visage prend à son tour l’atroce apparence de la mort. Jusque là, le portrait avait subi à sa place la noirceur de son âme. Une fois détruit, il n’y a plus de rempart pour que le vieillissement retrouve le corps et le visage de son titulaire. Le portrait n’était que l’illusion de sa vanité en une croyance de sa beauté éternelle.

Nous ne nous attarderons pas sur l’orientation sexuelle d’Oscar Wilde qui est un élément fondamental de connaissance de sa fabuleuse œuvre, particulièrement de ce livre. Mais l’esprit libéré de discernement vient souvent de la lecture sans qu’il soit parfois question du thème central de l’auteur, seulement suggéré.

C’est pour cela que le plaisir de la lecture est toujours accompagné de la libération du citoyen, un rempart à toutes les chaînes de l’hypocrisie des société conservatrices.

Lire Oscar Wilde ne pousse à aucune orientation sexuelle, ce sont les débiles qui le pensent. Parfois, doublés de ceux qui ont peur de se l’avouer à eux-mêmes et qui diabolisent ce genre de livres et d’auteurs.

 

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents