22 février 2024
spot_img
Accueil360°Plus d'un millier de migrants évacués de Calais et Dunkerque

Plus d’un millier de migrants évacués de Calais et Dunkerque

Migrants

Plus d’un millier de migrants ont été évacués jeudi de lieux de vie autour de Calais et Dunkerque, où ils campent dans des conditions exécrables avec l’espoir de gagner le Royaume-Uni, une « mise à l’abri » selon les préfectures, dénoncée comme « forcée » par les associations.

A Loon-Plage près de Dunkerque (Nord), comme dans les principaux campements de Calais (Pas-de-Calais), des dizaines de bus ont été mobilisés pour emmener les migrants vers des centres d’accueil à l’écart du littoral, dans toute la France.

Près de 1.000 places d’hébergement en dehors des Hauts-de-France avaient été réservées et 1.244 personnes « ont accepté d’être mises à l’abri », selon un communiqué de la préfecture de la zone de sécurité Nord.

D’après les préfectures, qui évaluaient le nombre de migrants présents à environ 800 pour Calais et 1.200 à 1.500 pour Loon-Plage, tous se sont vu proposer une mise à l’abri, mais beaucoup ne souhaitent pas s’éloigner de la côte pour ne pas rater une opportunité de traversée.

Cent trente exilés en situation irrégulière ont « été interpellés en vue d’un placement en retenue administrative », indique le communiqué.

- Advertisement -

Ces opérations simultanées visaient selon le préfet du Pas-de-Calais Jacques Billant à mettre fin à des « conditions de vie indignes, accentuées ces dernières semaines par les précipitations importantes ».

Récupérer un téléphone

Dans les campements détrempés par les pluies record de novembre, les températures sont actuellement négatives la nuit.

A Calais dans la matinée, des équipes de nettoyage fourraient tentes et couettes dans des camionnettes, derrière un barrage de policiers.

Des candidats à l’exil, parfois en sandales malgré le froid, parfois enroulés dans des couvertures, erraient à proximité, certains dans l’espoir de récupérer un téléphone ou une paire de chaussures abandonnés dans l’urgence de l’évacuation.

Yassin Omar, un Soudanais de 18 ans arrivé à Calais il y a quatre mois, a raconté que lui et ses compagnons dormaient quand la police est arrivée vers 5h00.

Certains ont été pris par la police, « on ne sait pas où ils les ont emmenés », a-t-il expliqué. « Quand je suis revenu sur le camp, je n’ai pas retrouvé mon sac, ma couverture, rien. Je ne comprends pas pourquoi la police fait ça ».

« L’objectif est de sauver les vies », a souligné François-Xavier Bieuville, sous-préfet de Dunkerque, alors que les tentatives de traversées se poursuivent malgré les conditions météo.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, 128 personnes ont été secourues en mer, à bord de deux embarcations clandestines en difficulté, a indiqué la préfecture maritime dans un communiqué.

Deux personnes ont péri dans la Manche le 22 novembre, lorsque leur embarcation a fait naufrage.

«Expulsions forcées»

Jeudi, les associations venant en aide aux migrants dénoncent une nouvelle fois des « expulsions forcées ».

« On reçoit des appels de nombreuses familles qui sont dans les bus dans l’Essonne ou en direction du sud (…) et qui nous contactent parce qu’elles ne comprennent pas où elles vont, et ne veulent pas aller là-bas », a pointé Amélie Moyart, coordinatrice d’Utopia56 dans la zone de Loon-Plage.

Selon elle, les exilés évacués de Loon-Plage vont probablement se réinstaller progressivement sur le même terrain.

La fédération d’associations Auberge des Migrants a indiqué sur X s’attendre à voir revenir les personnes évacuées « dans quelques jours par leurs propres moyens (…), pour se retrouver dans les mêmes champs de boue, mais sans leurs tentes ».

L’évêque d’Arras Mgr Olivier Leborgne, qui s’est rendu près d’un campement à Calais, a déploré que les expulsions se fassent sans prévenir les exilés en amont, ni effectuer de diagnostic social.

« Est-ce qu’on peut respecter le droit ? », a-t-il lancé, rappelant aussi les propos du pape à Marseille sur le risque de « naufrage de civilisation » dans la peur et l’indifférence opposées au phénomène migratoire.

Selon Juliette Delaplace du Secours catholique, certains migrants ont été poursuivis ou contraints de monter dans les bus.

La présidente de l’association, Véronique Devise, a appelé à multiplier les lieux d’accueil de jour, pour faciliter l’accès au droit et les demandes d’asile, et à augmenter le nombre de places en hébergement d’urgence.

L’association compte saisir la Défenseure des droits de la situation de personnes vulnérables, familles avec jeunes enfants ou femmes enceintes, obligées de rester dehors.

Selon les autorités britanniques, plus de 27 000 personnes sont arrivées au Royaume-Uni en traversant la Manche depuis le début de l’année, après un record de 45 000 en 2022

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici