19 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Pour quand un ministère de la mer ?

Pour quand un ministère de la mer ?

Pollution

Tandis que ministres de l’environnement, du tourisme, walis se succèdent aussi vite que les saisons estivales le littoral algérien exploité se dégrade à une célérité inimaginable.

Les derniers calculs allemands ont estimé la longueur du littoral national à 1600 km. Une belle côte qui ferait pâtir les grands tours opérateurs. Malgré toute cette étendue la côte paradisiaque par vue de drone est souvent impraticable pour l’œil humain.

Dans la région centre-ouest  par exemple les immenses plages comme celles de Zéralda, Sidi Ferruch ou Palm-Beach, prisées par le public pour leur proximité et réaménagées en petites criques à coup de milliards de dinars, sensées être plus gérables d’un point de vue sécuritaire et propres, ont plus l’air de ces marécages aux abords du Nil  que de plages. Et pour cause. Négligence des personnes en charge, saleté du public et sable noir des oueds forment une combinaison terrible de sous-développement.

Malgré la disponibilité du merveilleux sable doré qui recouvre la grande partie du Sahara, les maîtres d’ouvrages recouvrent nos plages d’un  sable noir poussiéreux utilisé pour la production  du béton. Ces lieux autrefois paradisiaques sont devenus en l’espace de quelques années des grandes usines à stresse. L’estivant sensé se rendre à la plage pour y trouver du plaisir et se détendre retourne chez lui dépité énervé et déprimé.

- Advertisement -

De plus, les maires dans un excès de populisme afin d’apprivoiser la population locale confie la gestion de ces plages à des petits jeunes sans aucune expérience, savoir-faire, ou moyens, qui souvent sont issus de la voyoucratie locale. Parking location de parasols, etc.

Une mascarade incessante plus tragi-comique d’année en année toujours sur le dos de l’estivant.

Côté littoral rocheux du centre ouest ce n’est guère mieux. Il suffit de vous balader du côté de Fouka, Bérard, Tipaza pour remarquer ces tubes de PVC qui déversent leurs détritus et déchets dans cette belle Méditerranée tandis que nos voisins tunisiens avoisinent le 0% de rejet.

L’incompétence de l’administration et le manque de civisme de la population sont à l’origine de cette catastrophe environnementale et touristique.

Chaque été c’est la même rengaine. La même histoire. Les mêmes discours de ministres et de walis, les mêmes émissions télévisées et radiophoniques, les mêmes actions, les mêmes journalistes sensés sensibiliser tout ce beau monde. Tout ceci pour un même résultat : un été apocalyptique. Des plages toujours aussi sales et polluées.

Que faut-il faire ? Quelle est la solution ? Il faut copier, bien copier les pays qui ont un littoral conséquent et qui le gèrent avec beaucoup de sérieux et de rigueur.

Il faut créer un ministère du littoral et y nommer un homme compétent qui connaisse respecte et aime la mer dont la seule mission serait la préservation et le développement du littoral. Lui donner les moyens et carte blanche.

Et à ce moment seulement, peut-être, qu’au bout de quelques années on verra des résultats et l’on pourra enfin repartir se baigner.

La rédaction

 

1 COMMENTAIRE

  1. Faites vos observations et reflechissez bien et vous trouverez que les ministres ne servent absolument a rien comme d’ailleurs les deputes jamais elus par le peuple pour soi disant les representer. La raison ? Personne ne sait ce qu’il faut faire, personne ne connait son role car l’incomptence et le piston priment dans la nouvelle algerie. Exemple ? Un islamiste ministre du tourisme suffit.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents