10 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéePoutine et la politique de l’Anschluss

Poutine et la politique de l’Anschluss

Poutine

Le Kazakhstan, ancienne région de l’URSS, alliée et inféodée à Vladimir Poutine, vient de lui tourner le dos sèchement et sans ambiguïté. Hésitant jusque-là mais pas en rupture, le pays frontalier de la Russie rejoint définitivement son autre allié et partenaire économique, la Chine. Pourquoi ce revirement ?

Jusque-là la méfiance existait mais aujourd’hui la folie de Poutine inquiète sérieusement le Kazakhstan. Son Président a déclaré que, non seulement son pays ne reconnaîtrait pas les régions annexées de l’Ukraine, mais qu’il dénonce fermement cette fuite en avant, dangereuse et menaçante envers son pays.

La raison est simple à comprendre. Comme les Pays baltes, les pays scandinaves et la Pologne, il redoute que cette folie puisse pousser Poutine à l’annexion de tout ou partie de son territoire. C’est qu’ils ont payé très cher dans l’histoire leur soumission, politique et territoriale, à leur grand voisin qui les a fait souffrir et les a dominés depuis plus d’un siècle.

Mais pour traverser le Rubicon en faisant ce que l’Europe n’avait jamais connu depuis la seconde guerre mondiale, soit une annexion territoriale, Poutine devait avoir un argument.

- Advertisement -

Et, faute d’arguments plus crédibles que le danger de l’Otan à ses frontières, c’est la très vieille excuse qu’il a déterrée, la politique de l’Anschluss, justement celle-là même qui fut l’étincelle qui allait entraîner Hitler à provoquer la seconde guerre mondiale.

L’Anschluss est le terme qui désigne l’annexion par Hitler de la partie septentrionale de l’Autriche, frontalière de l’Allemagne. Et qui étaient présents en grand nombre dans ces contrées ? Le lecteur l’a deviné, des populations germanophones.

Sauver les populations de souche allemande qui seraient opprimées par l’Autriche, comment trouver meilleure excuse pour l’annexion ? Cette situation démographique se trouve en parfaite cohérence avec le désir des deux dictateurs de retrouver la gloire et l’empire de leur mythique passé.

Puis, il faut habiller l’argument, le justifier. Non seulement c’est le secours aux populations opprimées mais, en plus, elles le réclament. Hitler avait provoqué le sentiment de révolte en organisant des manifestations et l’avait financé. Il manquait la création d’un leader qui mènerait ces foules, ce qui fut fait.  La Russie, tout autant, vient d’organiser un simulacre de référendum. Et voilà l’excuse toute faite, le retour voulu vers la mère patrie des populations locales, en oubliant que la majorité des Ukrainiens, fidèles à leur pays, avait fui la terrible menace de l’armée russe.

La stratégie de Poutine est la photocopie intégrale de l’Anschluss pour reformer la Grande Russie d’Alexandre 1er. Comme Hitler rêvait de reformer la puissante Grande Allemagne du passé.

Ce qu’a oublié Poutine, les dictateurs n’ont qu’une idée fantasmée du passé glorieux, c’est la fin de l’histoire de ces deux aventures guerrières. Dans son fantasme impérial et tsariste, il va certainement rencontrer le même destin, c’est inévitable.

Il pensait avoir une armée puissante, elle s’est écroulée. Il pensait avoir le peuple derrière lui, si c’est vrai en partie, il a eu la fuite impressionnante de la jeunesse. Il pensait avoir l’appui de la Chine et de l’Inde ainsi que toutes les dictatures de l’ancien tiers-monde, il a eu la Corée du Nord, la Syrie et quelques pays nourris au biberon des coups d’Etat dont les populations fuient vers l’Occident, l’ennemi le plus détesté.

Enfin, il croyait à la division des pays occidentaux, qu’il disait être faibles, comme leur « démocratie dépravée », jamais nous n’avions assisté à plus grande solidarité. Et, en affront supplémentaire, l’Ukraine demande à adhérer à l’Otan comme la Suède et la Finlande qui avaient mis fin à leur légendaire neutralité.

Voilà pourquoi le Kazakhstan veut se tourner vers d’autres horizons avant de subir ce que la Crimée et la Géorgie ont subi et ce que l’Ukraine subit en ce moment.

Vladimir Poutine risque de tout perdre, y compris de faire chuter son régime et de mettre sa propre vie en danger. La fin dramatique de l’Anschluss va certainement se reproduire car elle est inscrite dans la destinée des dictateurs qui ont des rêves divins et impériaux.

Comme toujours dans l’histoire, après les drames des dictatures, c’est l’humanisme et la démocratie qui l’emportent. Poutine n’a pas lu les bons livres.

Boumédiene Sid Lakhdar, enseignant

ARTICLES SIMILAIRES

97 Commentaires

  1. La première idée qui s’est imposée dans ma tête le jour de l’invasion de l’Ukraine était: L’invasion de l’Afghanistan a causé le démantélement de l’URSS, celle de l’Ukraine causera le démantélement de la Russie.

  2. C’est malheureux de voir ici l’auteur de l’article reproduire la même propagande diffusée à profusion dans les médias occidentaux, lci, bffm … avec leurs pseudos experts.
    Focaliser ce conflit mondial entre l’Occident (USA et ses satellites) avec le reste du monde, sur la personnalité de Poutine est tout simplement ridicule !
    Concernant l’intervention de la Russie dans l’est de l’Ukraine posons-nous deux questions très simples:
    1/ Que feraient les Américains si demain les Russes vont installer leurs missiles à la frontière entre le Mexique et les Etats unis ?
    2/ Supposons que demain en Belgique le pouvoir est accaparé par les Flamands qui interdisent l’usage de la langue française. Les francophones vont se révolter et se faire massacrer par ce pouvoir flamand. La France doit-elle alors intervenir pour protéger la population francophone, oui ou non ?
    Pour la première question la réponse est déjà connue avec la crise des missiles de Cuba (1962).
    Pour la seconde question, sachez que le pouvoir de Kiev a instauré une loi nommée « Loi sur la langue » https://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/ukraine-loi-lng-2019OK.htm et je vous laisse voir par vous-même le caractère raciste et russophobe de cette loi. Depuis 2014 jusqu’au début de cette guerre, plus 15000 personnes ont été tuées par les bombardement du pouvoir de Kiev dans les régions de l’est, majoritairement russophones.
    Ceci dit, si le conflit était réellement uniquement entre la Russie et l’Ukraine, je suis certain qu’il n’y aurait même pas de guerre.
    Comme tout le monde le sait, cette guerre a été préparée et alimentée par ceux qui maintenant profitent de la situation, … demain on ne sait pas de quoi il sera fait.
    Concernant maintenant le pouvoir de Poutine, je peux vous dire que j’étais en Russie à plusieurs reprises dans les années 90 et les années 2000 (pour des collaborations universitaires).
    Pendant la gouvernance de Yelsine avec tous ses oligarques, les gens crevaient de faim. En quelques années la gouvernance de Poutine a apporté un changement radical, notamment dans la recherche scientifique, dans différents domaines. Aujourd’hui la Russie est devenue le premier exportateur de blé au monde ! dans la recherche spatiale, ils ont pris énormément d’avance et ceci fait peur, surtout quand on les voit s’associer avec les Chinois et les Indiens qui font, à eux seuls, 1/3 de l’humanité … qui a dit que la Russie est isolée du monde ?

  3. C’est, en tout cas, le discours dont les media occidentaux mainstream nous abreuvent, à longueur de journée! Si les choses correspondaient réellement à ce narratif que vous relayez ici, si Vladimir Poutine était ce mégalomane schizophrène que nous présentent Joe Biden&co. Joe Biden, dont chacun sait, du reste, qu’il a toute sa tête, lui qui, tout récemment encore, cherchait désespérément dans la salle, sa copine Jackie, décédée en aout dernier! Alors, que Dieu nous prenne, tous, en Sa Grande Miséricorde! Car ces déments ne tarderont pas à rayer toute trace humaine sur Terre!

    https://www.youtube.com/watch?v=BtHXOuNUa4M&ab_channel=L%27Obs

  4. Nous vivons, en vérité, un moment de l’histoire qui ressemble à une fin de cycle. Un de ces moments décrits par Antonio Gramsci, où « le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et, dans ce clair-obscur, surgissent des monstres ».

  5. Momo,

    Merci , Arezki, Votre point N°1 me semble très intéressant, Pensez une minute à ce qui ce passe en Algérie, la langue Arabe ou rien qui intervient pour sauver des régions entières? vous étudiez thamazighth à l’école? les papier administratifs sont dans quelle langue? combien de pères et mères qui ne parlent que leur langue maternelle? (obligation de sous soumettre au dictat). Kiev à installé une loi sur la langue… et l’Algérie, elle a fait quoi? le chameau voix la bosse de copain mais ne s’occupe pas de la sienne. Pour la technologie, merci, les Russes sont défaillants sur tous les points sauf aux yeux des dictateurs qui profitent de politique de l’ancien monde, (OLIGARCHI, REPRESSION, POUVOIR à VIE..

    Arezki, merci de défendre ton peuple aussi bien que tu le fais pour un dictateur qui a pris le pouvoir pendant près d’un demi siècle.

  6. Tout à fait d’accord avec Arekki sur le fond. Mais comme il le souligne  : si ce n’était qu’une affaire entre Russes et Ukrainiens il n’y aurait pas de guerre entre eux.

    Si Poutine a raison sur le fond, il a complètement foiré la manière.

    Alors pourquoi Poutine est-il entré dans cette guerre aussi brusquement et maladroitement comme un éléphant dans un magasin de porcelaine découvrant ainsi à  » l’Occident » ses tares et ses faiblesses? N’aurait-il pas dû laissé l’Ukraine entrer dans l’UE et dans l’Otan,comme la Finlande,et d’autres pays frontaliers . Car ce ne sont ni les frontières ni la distance qui arrêteront ses missiles supersoniques. Il se serait contenté de balancer quelques uns de ses missiles d’une distancede10 mille kilomètres sur le qamum de Zelinsky en guise d’avertissement ça eût suffisamment fait comprendre à l’Occident de quoi la Russie est faite.

    Au lieu de cela Poutine a fait la démonstration qu’il ne gagnera jamais une guerre conventionnelle contre l’Occident. Si un petit pays quasiment désarmé lui tient tête que fera t-il contre les Américains qui sont mille fois plus puissant?

    Tout ce que Poutine a réussi à faire avec sa guerre contre l’Ukraine c’est situer les nouvelles doctrines militaires sur un autre plan , un plan encore à définir, car nous ne savons pas encore où ce genre d’aventure nous mènera.

    • « Si Poutine a raison sur le fond, il a complètement foiré la manière. »
      C’est pourquoi je disais que cette invasion démantélera la Russie comme celle de l’Afghanistan a démantelé l’URSS. Je ne parle pas d’un effet immédiat, catastrophique, visible au monde entier, mais étalé sur quelques années ou décennies. Comme on peut dire que la guerre du Vietnam a détruit les USA, et si elle ne les a pas carrément détruits sur place, elle a donné le coup d’envoi de leur décadence. L’invasion de l’Irak a encore empiré les choses. Dans quelque temps, les historiens – si encore il reste des êtres humains qui peuvent se permettre le loisir de s’intéresser à l’Histoire – pointeront du doigt trois ou quatre causes du déclin des USA, et la première sera la guerre du Vietnam puis celle de l’Irak. Ces deux guerres ont « cassé » la mythique Amérique. Il y a d’autres causes, plus profondes, bien sûr, dont la « plus principale » est la nécessité pour le Capital de toujours trouver des moyens de croître les profits pour ne pas stagner et disparaître. Mais ces deux guerres, elles-mêmes le résultat du Capital, ont réussi à casser le fameux « Consensus » américain. Elles ont complétement détruit ce sens de la légitimité de leur pays aux yeux des américains. Pour illustrer ce que je dis, c’est un fait bien connu qu’en 1940-45 des millions de jeunes américains se sont portés volontaires pour aller combattre les Nazis en Europe. Il y a de nombreux cas de gars très déçus de ne pas avoir été acceptés comme soldats pour causes de santé ou condition physique. Certains ont menti sur leur âge ou leur situation familiale pour se faire enrôler. Dans l’idéologie populaire de ce temps, ne pas participer ou essayer de participer à l’effort de guerre était stigmatisant. La peur d’être pris pour un lâche ou de ne pas être patriotique était plus forte que la peur de se faire tuer en Europe. Avec la guerre du Vietnam, l’inverse s’est passé: Il fallait être vraiment con pour se porter volontaire. Trouver un moyen de se faire rejeter n’était plus honteux, bien au contraire, c’était devenu un signe admirable de débrouillardise. Il est bien connu aujourd’hui que Donald Trump s’est servi d’un faux pretexte de pieds-plats, mais ce n’est jamais devenu un problème pour lui alors qu’avant il aurait été crucifié pour ça. L’ancien consensus – lui-même basé sur des notions fausses, bien sûr – d’appartenir à une nation très spéciale, favorisée par Dieu et investie par lui de la mission de conduire le monde sur le chemin de la Liberté s’est dissipé pour être remplacé par le cynisme et le scepticisme. L’Amérique n’est plus ce qu’elle était, elle est cassée, et les guerres du Vietnam et de l’Irak y sont pour beaucoup.

    • Ne vous y trompez pas. Ce confit n’oppose la Russie à l’Ukraine qu’en apparence. Il s’agit, en réalité, une guerre qui oppose les USA et leurs alliés au sein de l’OTAN, à la Fédération de Russie, par Ukraine interposée. Il ne vous échappe sans doute pas, que ce n’est pas par philanthropie que le gouvernement de Kiev reçoit massivement, outre des dizaines de milliards de dollars, des experts, des instructeurs et autres experts pour encadrer son armée et ses milices, des armes offensives et des munitions à profusion, ainsi des informations stratégiques recueillies par satellite, à la limite d’une belligérance ouverte.
      Pour mieux vous documenter sur les objectifs stratégiques états-uniens, lisez donc « Le grand échiquier » de Zbigniew Brzezinski (disponible chez Amazon, en livre de poche, pour la modique somme de 8,50€). Vous y trouverez exposées les lignes directrices de la doctrine états-unienne de «containment» de la Russie, suivie, quasiment à la lettre, successivement, par Bill Clinton, Barak Obama et, aujourd’hui, Joe Biden. Elle consiste, en substance, à resserrer progressivement l’étau le long du flanc oriental de l’OTAN, jusqu’à la dernière pièce de l’Échiquier que serait l’Ukraine, dont le rattachement à son dispositif offensif, ravalerait la Fédération de Russie au rang de ce que Barak Obama a qualifié de « puissance provinciale »! Avant de s’occuper des choses sérieuses, c’est-à-dire briser la prétendue menace à la sécurité nationale états-unienne que représenterait la Chine, en Mer de Chine (sic) et en Asie-Pacifique!
      Ce qui vous aidera, peut-être, à faire une lecture différente du conflit en Ukraine, lequel est bien antérieur au 24 février 2020.

      • J’avais dit que j’étais d’accord avec Arezki qui a bien situé le fond du problème et je n’ai pas cherché à en rajouter. J’ai dit ailleurs que les amerloques sont prêts à dépenser des milliards de dollars qu’ils feront payer à tous les utilisateurs de leur monnaie grâce à la planche à billets uniquement si ça peut affaiblir la Russie et non par philanthropie , non pas parce que je suis un génie des équations à plusieurs inconnues mais parce que les Amerloques l’ont clairement annoncé.

        C’est que malgré ma modestie, moua, – je vous taquine- Je n’ai pas voulu verser dans la facilité. Oui , je charrie.

        Plus sérieusement, je suis d’accord avec vous . Poutine s’en fiche de l’Ukraine ni du coût de sa guerre. Et il ne faut sans doute accorder aucun intérêt à la manière dont il s’y est pris. Cela sera peut-être sans conséquences. J’aurais pu défendre cette thèse , mais je n’ai pas voulu fâcher Kichi.

        Mais même ! A supposer que Poutine a fait exprès d’étaler ses faiblesses, de mal s’y prendre, quel message subliminal aurait-il voulu donc faire passer. N’y avait-il pas une autre manière de faire passer son message que d’étaler ses vieux tacots , ses flingots désuets et d’y aller comme on va à une brocante face aux armes hight-tec occidentales ? Ahakane splike-moua trach !

        • @Dda Hend, tu ne pourrais pas m’offenser même si tu faisais un grand effort exprès pour « me la faire voler » (traduire en kabyle ou arabe algérien.) Ma vision est qu’il n’y a ni bons, ni mauvais, ni ni-bons ni-mauvais. Tout le monde est au service du Capital. L’Homme travaille pour l’Argent, le mot « pour » désignant non pas “la recherche de” l’argent, mais dans le sens de “chez”, au service de. L’homme est employé par l’argent, c’est l’argent qui est son patron, et un patron implacable. Les chefs d’états du monde ne sont que des managers employés par la compagnie Argent. Les problèmes politiques et militaires sont le effets des chocs tectoniques entre les factions qui se disputent les faveurs du patron Argent.
          Un petit espoir possible qui se pointe à l’horizon est que de plus en plus de personnes dans le monde sont en train de devenir conscientes de cette situation. Au pays du Dieu Dollar lui-même, il y a désormais des politiciens qui se présentent à des élections en tant que « socialistes » et il leur arrive de gagner, alors qu’il y a moins de 35-40 ans, la simple admission qu’ils étaient socialistes aurait pu suffire à les faire jeter en taule.

          • Alla khati, je ne zozerais jamais t’offenser a yamdakul.

            C’est que si je ne sortais pas un peu du consensus je n’aurais rien à dire de plus que toi. Surtout du niveau de blasage que j’ai atteint amounage. C’est qu’il y a des logiques que je ne comprends pas.

            Je ne sais passi tu a vu ce film avec Morgan Freeman et Tim Robbins : les évadés, je crois. Morgan Freeman libéré aprés de longues années de prison n’arrête pas de demander la permissiond’aller faire pipi au patron où les services sociaux l’avait casé pendant sa mise à l’épreuve-ce que c’est ces manières ? Morgan Freman s’est dit à lui-même : il ne sait pas que nj’ai passé mes trentes dernières années à demander la permission de faire n’importe quoi,si je ne lui demandais pas la permission je n’y arriverai pas( à pisser).

            Nekini , a ya madakul , si je ne pisse pas khalsoum un peu de vinaigre , je n’arriverai jamais à dire autre chose.

            Je sais que tu comprends ma rage ,mais onsijami,si lahla iqqedar ça m’arrivait , pardonne-le moua. Je ne suis qu’un vieillard aigri et acariâtre complètement désabusé.

      • @At Dahman: Notre problème à nous en tant qu’algériens – le « nous » désignant aussi bien le peuple que le Pouvoir d’Alger – est que nous n’avons absolument aucune initiative, aucun moyen de faire pression sur qui que ce soit, nonobstant les hydrocarbures, concernant quoi que ce soit dans la marche de l’histoire. Nous ne faisons que subir les conséquences des actions des gendarmes et/ou ceux qui se sentent assez forts pour prétendre au poste de gendarme du monde ou d’une partie du monde. Slimane Azem l’a bien dit, simplement mais avec tant de vérité :

        Yewɛaṛ ellaɛv ‘ettiddas
        Akwessar akw d usawen
        Win textaṛeḍ di leǧnas
        Aţaf’ḍ ikeṛhik yiwen
        Ma teqqimeḍ d alemmas
        Aqlak d eccir garasen.

        (Le jeu d’échecs est complexe
        Trop de hauts et de bas
        Quel que soit le pays que tu choisis comme ami
        Il y s’en trouvera un autre qui sera contre toi
        Et si tu choisis la neutralité
        Tu deviendras un ballon de jeu entre leurs pieds.)

        • @Kichi Duoduma
          Tout a fait d’accord sur ce point. J’ai toujours été d’avis que l’unique devoir de tous les algériens, en matière de politique étrangère, est celui de défendre les seuls intérêts supérieurs de l’Algérie. Et pensé, à cet effet, que dans le monde tel qu’il est, il n’est pas bon de se priver d’alliés. Et nos meilleurs alliés sont ceux dont les intérêts convergent avec les nôtres.

          • Ceci dit, objectivement, la Fédération de Russie présente moins de risques internes de dislocation, que les Etats-Unis d’Amérique!

            • @At Dahman: Tout à fait probable, mais comme je l’ai dit avant, il est rarement possible de prédire les événements importants de l’histoire. Des choses qui semblaient imminentes et garanties d’arriver ne se sont jamais produites, tandis que d’autre qui n’ont jamais traversé l’esprit des plus avertis ont surgi brusquement là où personne ne s’y attendait. L’exception est quand un événement est prédit et qu’il arrive là où, quand, et de la manière qu’on s’y attendait.

  7. Suite à la réaction de certains lecteurs, j’ajoute ceci :
    Je ne défends ni Poutine ni quelqu’un d’autre ! je ne fais que constater.
    Comme je l’ai dit avant, focaliser un tel conflit sur la personne de Poutine est ridicule, ça c’est de la diabolisation, un classique de la propagande …
    Les invasions de l’Irak, la Syrie ou la Libye sont-elles moins condamnables que celle de l’Ukraine ? On se souvient tous des prétextes fallacieux justifiants ces invasions.
    Là aussi, on peut penser que je défends les Sadam, Bachar et Kadafi !
    Les peuples de ces trois pays sont-ils plus heureux maintenant qu’avant l’invasion ? Quelqu’un peut-il me dire à qui profite actuellement des hydrocarbures de la Libye ? Ne sont-ils pas ceux qui aujourd’hui viennent nous donner des leçons de droit international ?
    A mohand nathsâathi, je dis ceci: ce n’est ni Poutine ni Biden ou Macron qui viendraient défendre Thamazight au Maghreb ! ça c’est le combat des Imazigen et eux seuls!

  8. Nighak a Kichi,

    Si je ne souligne pas , a ya Mdakul, la dislocation de la fédération de Russie comme possible conséquence de , cette guerre, c’est parce que je pense qu’elle est d’abord dans la nature des choses. Si l’Union soviétique avait son poids à son époque elle ne serait qu’un lourd mastodonte aujourd’hui.La majorité des républiques qui la composent n’est qu’un ramassis de peuplades ramassées comme une chtouille lors des mouta3ades de l’empire tsariste qu’elle porte comme des verrues. la République d’Adyguéie (Adyguéie) ;
    la République de l’Altaï ,du Bachkortostan ; de Bouriatie ;du Daguestan ; d’Ingouchie …iksitira… Kiskici ?

    Si cette guerre reconfigurera les rapports internationaux , il n’y aura pas que la Russie qui en sera affectée. Celle-ci pourra dépérir avec Poutine, comme se renouveler après lui. L’Occident en sera la première victime , car finie finie son hégémonie.

    La Russie s’inscrit logiquement dans un nouvel ensemble qui se dessine désormais avec les Brics. Ces pays ont désormais compris qu’il faut échapper à tout prix à l’emprise occidentale qui effectivement comme le dit Poutine veut continuer à dicter les règles du jeu. Les USA n’acceptent pas qu’un pays les dépasse , alors qu’ils ont fait leur temps.

    Si la Russie perd sa fédération et la guerre qu’elle n’a d’ailleurs pas à gagner contre l’Ukraine qui ne lui est pas d’une vitale utilité, l’Occident , blanc , lui, a perdue la Russie.

    • Pensez-vous, sérieusement, que la Russie assistera, passivement, à son démembrement, sans réagir avec toute la puissance de feu nucléaire dont elle dispose?

      • @At Dahman: Je ne sais pas si c’est à moi que le post ci-dessus est destiné, mais si c’est à moi, quand je parle de « démantellement » je veux dire pour des causes principalement intérieures, une implosion plutôt qu’une explosion venue de l’extérieur. Je ne parle pas, non plus, d’une disparition pure et simple de la Russie, mais d’une reconfiguration dans tous les domaines. D’ailleurs je ne veux pas dire que je sais que ça va se passer. Personne ne peut jamais rien prédire en politique. Je pense juste que ce que je dis est une possibilité distincte.

          • Ceci dit, objectivement, la Fédération de Russie présente moins de risques internes de dislocation, que les Etats-Unis d’Amérique!

            • @AT Dahman: Tout à fait probable, mais comme je l’ai dit avant, il est rarement possible de prédire les événements importants de l’histoire. Des choses qui semblaient imminentes et garanties d’arriver ne se sont jamais réalisées, tandis que d’autre qui n’ont jamais traversé l’esprit des plus avertis ont surgi brusquement là où personne ne s’y attendait. L’exception est quand un événement est prédit et qu’il arrive là où, quand, et de la manière qu’on s’y attendait.

        • Moua je pense que vu le cérémonieux vouvoiement et que sur ce site il n’y a que moua qui suis galeux , le post s’adresserait plutôt à ma misérable personne. Mais si ce n’était pas le cas tant pis, j’ai eu kamim un moment debonheur de me sentir honoré .

          Sauf que ce n’est pas moua qui ai avancé l’idée de la dislocation de la Fédération de Russie ni tout à fait Kichi d’ailleurs , qui il me semble parle de dislocation comme conséquence lointaine.

          Quoii que je ne trouvasse pas que l’idée avancée par Kichi ne soit pas plus bancale que celle qui consiste à dire : »Pensez-vous, sérieusement, que la Russie assistera, passivement, à son démembrement, sans réagir avec toute la puissance de feu nucléaire dont elle dispose? »

          Moua je parlais ,à mon grand regret, de la fin naturelle des vieux empires de leur déconstruction pour employer une catégorie avec laquelle je suis plus en phase. Je pensais à une reconfiguration du monde , et pas seulement de la Russie.

          Pour répondre à At Dahmane qui est fâché contre moi, et à toi aussi Kichi ,je suis dubiitatif en vérité quand à cette histoire .
          J’ai de grande difficultés à concevoir l’idée que c’est parce que Poutine assis sur 17 millions de km carrés , a été subitement pris d’une irrépressible fringale qu’il a voulu avaler gloutonnement de travers le Donbass qui lui est resté dans le gosier. Pas plus que ,si c’était la cas, les occidentaux ont fait semblant de mal comprendre le message et sont entrés malgré eux dans le jeu.

          Si poutine himself ne s’est pas pris au sérieux et avait conçu sa guerre comme une balade sans véritable enjeu pour s’y prendre comme il l’a fait pour préparer ses ennemis à la guerre hybride 3.0, de dernière génération, je conçois bien que cela échappât à l’entendement de ma cervelle d’abruti.

          Mais je ne comprendrai jamais la manière dont il l’a dit. Ni la manière , car s’il s’agissait de montrer qu’il n’est qu’un ours en peluche disposant de la Booombe , il s’y est bien pris. Tant il apparaît qu’il n’est pas vraiment maître de son jeu.

          • Eh bien, Dda Hend, j’écoute encore Slimane Azem, une chanson que je connais par cœur depuis qu’elle est sortie et plus que jamais d’actualité :
            Terwi tebberwi
            Yegguma ‘s yeḍher yixfis
            Terwi tebberwi
            labud aţaɛqel vavis.
            Et puisque tu as parlé de films, tu m’en rappelles un qui est à propos, ou à peu-près à propos. C’est un film anglais avec Peter Sellers, The Mouse That Roared (La Souris qui rugissait.) Il s’agit d’un pays minuscule avec des difficultés économiques. Le gouvernement s’est réuni et a décidé que le meilleur moyen de s’en sortir était d’attaquer les USA, qui, bien entendu, les battraient à plate couture, mais qui appliqueraient ensuite l’équivalent du Plan Marshall en Europe et le plan d’aide au Japon. Attaquer les USA, c’est le premier pas vers le succès économique ! Seulement, ce petit pays a développé par hasard une arme redoutable, pire que la bombe atomique…

            • limane 3azem ur d’idji achu ad nernu. Il au aussi:  » amek anili susta » .

          • De mémoire:
            Am’k ara nili susṭa
            Am’k ara tgerr’z elḥeṭṭa
            Imi teqwa lxaluṭa
            Am elleft d elbaṭaṭa
            Ṭumatic d krumbiṭa

            Mi tefra l’guerra antik
            Nennayas tura dayen
            Lakin Rus d’Lamirik
            Teker l’grina garasen
            Kul wa y’qaras dir mafik
            D nekwni ‘d ţxewwifen
            Xedmen-d la boumb atoumik
            Waqil biţ aɣ s’negren

          • @Hend Uqaci
            Ne voyez nulle condescendance dans mon usage du vouvoiement, qui n’est, chez le vieux retraité que je suis, qu’un reste de déformation professionnelle. J’ai bien compris que votre pseudo fait écho au Muhend Uqasi de Slimane Azem, dont vous reprenez le baragouin dont furent longtemps affublés les « mon zami » de France et de Navarre, pour le retourner crânement à l’envoyeur, lui signifiant qu’il n’est nul besoin de parler en bon français pour avoir des idées claires!
            Pour revenir à nos moutons, ma contestation portait, d’une part, sur la similitude établie, par vous-même et par l’ami Kichi, entre la Fédération de Russie et la défunte Union Soviétique, et, d’autre part, sur votre discours sur l’inéluctable disparition des empires.
            À mon avis, comparer l’Union soviétique à la Russie n’est pas pertinent : l’Union Soviétique est une construction idéologique, dont le seul ciment fut la contrainte imposée aux citoyens, au nom du prolétariat, dont les dirigeants du Parti sont les porte-parole autoproclamés, dictature qui ne pouvait durer que tant que la majorité y trouvait matériellement son compte. Elle s’est écroulée dès que ce système cessa de s’assurer ce minimum d’adhésion. On voit bien, rétrospectivement, que le narratif occidental sur le triomphe du Bien sur le Mal et sur la fin de l’Histoire, ne furent que foutaises. En revanche la Fédération de Russie qui n’est que l’avatar moderne de l’Empire des Tsars, est, comme tous les grands empires, depuis la nuit des temps, une agglomérations de peuples autour d’un puissant noyau fédérateur, en l’occurrence l’État Russie, auquel s’agrègent et adhèrent volontairement de petits États, formés d’ethnies minoritaires, qui y trouvent reconnaissance et protection. Ce type d’empire, comme l’Histoire l’atteste, meurent toujours, certes, mais durent très longtemps, parfois des millénaires, avant de disparaitre sous les coups de boutoirs extérieurs.
            Ainsi donc, lorsque, ici ou là, on parie en Occident sur la disparition prochaine de la Fédération de Russie, il s’agit bel et bien de lui porter des coups mortels, de l’extérieur, en dépit de la puissance de feu de la force de frappe russe. Comprenne qui pourra!

            • @Hend Ouqaci et At Dahman: Profonde révérence à vous deux !
              Pour clarifier un petit peu mon idée de dislocation/démantélement de la Russie ou tout autre pays, je veux dire un changement profond qui fait perdre à un pays sa puissance ou son cohésion. La Russie, la Chine ou la France ne vont pas carrément disparaître quand-même – du moins les probabilités ne sont pas grandes, mais elles pourraient perdre leur lustre et sombrer dans un long déclin et une re-formation plus tard en quelque autre pays ou bloc. Je n’assène pas cela comme une vérité inéluctable et imminente. Je dis seulement que c’est tout à fait possible. Ce que l’on prend pour de la cohésion, le ciment qui lie les peuples ensemble, n’est jamais aussi fort qu’il en a l’air à première vue. Les fissures sont nombreuses et plus ou moins visibles partout au monde, dans absolument tous les pays, sans aucune exception. Prenons l’exemple des USA, et c’est juste un exemple, car vous pouvez les remplacer par n’importe-quel pays de votre choix. A première vue donc, pour un non-américain qui considère les USA de l’extérieur, les USA sont un monolithe, un bloc solide et sans faille; l’Amirik c’est l’amirik, un maricani c’est un maricani, point barre. Quand on y regarde de plus près, et votre serviteur a plus de 40 ans d’observation sur le terrain, il y a l’Amérique des soi-disant blancs et celle des soi-disant non-blancs. C’est la faille la plus béante. Parmi les soi-disant blancs, il y a les gens du Sud et ceux du Nord. La Guerre de Sécession a pris fin en 1865, mais si vous allez au Sud des USA, vous croiriez qu’elle n’est pas encore terminée. Ça prendrait trop de temps à examiner les lézardures à l’intérieur de chaque sous-groupe et sous-sous-sous-groupe, mais suivons-les une par une à l’intérieur de chaque division. Pour rester dans le Sud, il n’y a pas un Sud, mais plusieurs: Il y a The Deep South (le Sud Profond,) le Sud-Ouest et la Côte du Golf, et il y a le Texas. Chacune de ces régions a sa sous-culture dont elle est fière. Voyons à l’intérieur du Texas: Le Texas se considère comme un pays à part. C’est le Pays de Dieu (God’s Country.) Les texans ont une fierté ridiculement exagérée de leur « pays » et de leur sous-culture. Une vieille blague dit à ce propos: Un jeune texan demande à un homme s’il est texan. Le père du jeune homme le tire par la manche et lui dit: « Ne demande jamais à un homme s’il est texan. S’il l’est, il te le dira lui-même tout de suite, et s’il ne l’est pas, pourquoi faire honte au pauvre bougre ? » Donc le Texas serait un bloc solide, homogène? Que non! Il y a le Texas de l’Est, celui de l’ouest, celui du centre, celui du sud et celui du sud-ouest. Déjà, l’accent du Texas de l’est, celui des forêts de conifères juste à l’ouest de la Louisianne est très fort, parfois au point d’être incompréhensible au reste du Texas. Autant de fissures donc, mais ça ne s’arrête pas là. La ville d’Austin, la capitale et en plein milieu de l’état, est considérée par beaucoup de texans, conservateurs, qu’elle est « au » Texas mais pas « du » Texas, elle n’en fait pas partie, car elle a une culture trop libérale, plus libérale que New York ou San Francisco. Entre les deux plus grandes villes, Dallas et Houston, il y a des rivalités très réelles. On ne s’aime pas beaucoup. A l’intérieur de Houston, on peut suivre les failles entre les ethnies et les quartiers. A l’intérieur des quartiers il y a les rivalités et les différences d’identité entre les habitants de différentes rues. A l’intérieur des ethnies, par exemple entre les descendants de mexicains, il y a les hautains « Chicanos » qui se considèrent de lignée noble, parce que leurs ancêtres étaient là avant que le Texas ne soit « annexé » par les “blancs.” Et les failles continuent jusqu’au point microscopique de la famille ou de l’individu.

              En temps de paix et de prospérité, ces fissures restent juste des lézardures sans importance, sous la surface, invisibles pour tout dire. Les rivalités entre régions et villes restent largement dans le domaine de la joute humoristique, pas plus. Mais que surviennent les conditions matérielles importantes, et ces fissures risquent de devenir des failles et des gouffres. Ça ne fait pas tellement longtemps que les américains se sont entre-tués et se sont haïs à mort. 2% de la population tuée, 15% éclopée. Ce n’est pas rien. Qui dit que ne se reproduira jamais? Les risques sont plus grands que jamais en ce moment-même.

              Je n’ai pas relu mon post, donc pardon pour des fautes éventuelles – et probables.

  9. La chonssa de Slimane qui me rappelle le plus cette joute verbale ô coumbia intéressante, c’est plutôt : Ne’tsa lad Yekkar dh’elfoul / Nek Kkar’ghass dh’ivawen.
    En clair, seul le résultat peut justifier la stratégie et là, vous en conviendrez, Poutine s’est tiré deux balles dans les deux pieds et pas seulement les siens, son peuple aussi.
    En clair aussi, les missiles même intergalactiques ne sont rien face à un peuple souverain (relativement biensour : une tête de pipe=une voix électorale), uni, éduqué et conscient de la fragilité de son existence.

    • Azul, Urfane ! Mes souvenirs de la réception de cette chanson parmi les paysans illettrés de mon petit village est que c’était une allusion au conflit FFS-ANP, qui a été largement vu par les kabyles comme un conflit entre arabophones et kabyles. D’ailleurs on appelait ce conflit l’guerra bw’a3raven. En tout cas c’est comme ça que tous les villageois que je me rappelle ont compris les choses. Slimane Azem disait donc que ce conflit était futile parce que, quand on y regarde de plus près nous sommes le même peuple et nous avons les mêmes buts. Le même message semble clair dans la chanson « azguer ya3qel g’mas » aussi, surtout la dernière strophe:
      Wayeḍ meskin da yeţru
      Yeţmektid deg lemḥhayen
      Yennayas ref’d azaglu
      A nekrez degw almaten
      Kul elmeḥna ‘da s-neknu
      Nek’ idek kan ay d atmaten

      • Ah ya Kichi agma tesloughdiyid la poufiasse de nostalgie-ni yinou s’l’intripitasyou n’les chansons agui n’Slimane 3azem. Surtout que moua qui ai eu une autre interprétation toute simple et les ai rapportées à la fraternité tout court suis maintenant envahi par le doute que c’est toi qui a raison, parce qu’il y a aussi la chanson  » iya wiyek a Hmed ». Neta ad iqar delfoul nek qarghas d’ivawen.l’a évoqué Urfane.

        Putain! Imi ula d’Slimane 3azem da nasyounaliste , achu id iqimène ? Enfin, kistivou , on ne saurait appartenir qu’à son ipouk. J’ai kamim du mal , vu sa critique de la société, à y croire.

        Snif snif , je crois que je vais arrêter de lire et d’écouter avec mes émotions. Bien qu’ amounage ça va être difficile.

        • Du temps de ces chansons, l’idéalisme avait encore quelque prétention à exister dans le pays. Et puis, il ne faut pas oublier que Slimane Azem a vécu ger wa3raven, parlait très bien l’arabe (algérien) et devait sa carrière de chanteur à au moins un de ses amis arabophones, Mohamed El Kamal, qui l’a encouragé à chanter. Et puis, il était tout simplement un artiste, et un artiste, c’est bien connu, c’est un concentré d’amour pour son prochain, qui et d’où qu’il soit.
          L’une des facettes de la vieille poésie kabyle est son abstraction. Là où les autres poésies décrivent, la poésie kabyle évoque. C’est du concentré de poésie. Un ou deux mots suffisent pour évoquer une personne, un événement, un sentiment. C’est tout en allusions. On nommait rarement le sujet du poème clairement et directement, si bien que si tu ne connais pas les circonstances qui ont inspiré un certain poème d’un certain poète, tu ne sauras pas exactement de quoi il parle avec certitude. Il te reste un beau poème qui peut être appliqué à ce que tu voudras.
          Slimane Azem pouvait être très abstrait comme il pouvait être terre-à-terre dans ses chansons. Par exemple, compare « Iloukan oulache loukane » (et s’il n’y avait pas de si) tout en abstraction, et « debza w-edmagh. »
          Les chansons mentionnées dans les posts précédents font partie de ses poèmes « nébuleux » où le sujet reste une évocation que tu es libre de cerner plus exactement toi-même. Donc même si les paysans de mon village avaient raison qu’il faisait bien allusion au conflit FFS/ANP ou plus probablement arabophone/kabyle, ça n’empêche pas qu’on puisse parfaitement lui donner une autre interprétation.

          • Somme toute @ Kichi et Hend, on peut camime aisément se targuer (An’zoukhe, quoi!) de Slimane comme le Jean De La Fontaine kabyle.

            • Urfane et Kichi

              Biensour qu’on peut zoukher syis!

              c’estvrai que Slimane à ses cotés satiriques, parodiques, ironiques. Je pense que concernant le rapport à la colonisation , il est comme tous les hoommes de sa génération. Il a kamim chanter  » idehred wagur  » fegh a yajred tamurt-iw.

              mais concernant la fraternitose , je suis plus primitif dans son interprétation. Ipititite parce que moua chahmagh. Vous dites chahmagh ? Je suis échaudé.

              Je pense que concernant les chansons que tu as éviqué avec Urfane tu as raison. Les relations de Slimane Azem avec les arabophones ne pouvaient à son époque qu’être bonnes surtout entre artistes.

              Mais il y a aussi d’autres chansons qui ont trait à la fraternité , sanguine : je dirais:sanguine dans tous ses sens . Je ne connais pas les relations de Slimane avec ses frères , son frère, sa famille , et je n’ai pas envie de m’avancer à quelques interprétations juste parce qu’en général chez nous les chanteurs sont plutôt considérés comme des parias.

              Il y a la chanson:

              azger ya3qel gmas
              wid netsa ad itmahen
              ma dwin tes3a yemmas
              iruh idjet di lahzen

              chanson a double tranchant je l’admet car comme a dit azgger jutement quand on lui a demandé anwa id gmek, il a répondu dwin wid kerzagh.

        • Bien sûr qu’on dit chahmegh, même sens.
          Pour Slimane Azem et la relation avec son frère pro-colonisation, paraît-il (je n’en sais rien personnellement) un vieux kabyle de sa région m’a dit quelque chose une fois quand j’étais encore petit. Il a dit que son frère et les autorités françaises ont mis la pression sur lui pour qu’il compose une chanson contre le FLN. SLimane Azem a produit Inas i Leflani – et notez la similarité des sons de « Leflani » et « le FLN. » Le vieux disait que Slimane Azem s’est tiré d’affaire en faisant cette chanson qui pourrait aller dans un sens ou dans l’autre, contre le FLN ou contre son frère. C’est seulement si on prend compte des autres chansons de la même époque – Idhehred Wagur et Fegh ayajrad thamourthiw – qu’on est justifié à l’interpréter contre son frère. Mais comme je l’ai dit, je n’ai aucune idée des véritables relations entre Slimane et son frère. Je ne fais que répéter ce qu’un vieillard m’a dit il y a plus de 60 ans.

  10. « Comme toujours dans l’histoire, après les drames des dictatures, c’est l’humanisme et la démocratie qui l’emportent. »

    je me permets d’être sceptique concernant cette sentence , ma lanterne ayant besoin d’être éclairée là dessus.

    « Poutine n’a pas lu les bons livres. » des romans de fiction et dans ce cas quels titres lui conseiller

  11. Donc la chose la plus urgente, la plus vitale et la plus prioritaire, n’est pas la suppression de la chaine interminable pour un sachet de lait ou 1kg de semoule ou l’attente infinie de voir l’eau couler du robinet ou le « retour » de l’éléctricité avant de jeter a la poubelle le contenu du frigo ou de l’internet ou on occupe la derniere place en Afrique ou la disparition de ces montagnes d’ordures qui jonchent les rues de nos villes, nos villages et nos routes ! Tous les chemins menent donc a la omra. Deux armes redoutables utilisées par tous les dictateurs arabo-musulmans: 1/ Pomper la religion a outrance dans la tête du peuple (le pétrole et ses dollars pour eux SVP) et 2/ La destruction massive et sans retenue de l’éducation (Genève, Paris, Londres, Boston pour leur progéniture). Quand le cerveau du consommateur de ces deux drogues qui ne paronnent pas est bien huilé on obtient enfin un zombie sans repères qui ne pourra même pas reconnaitre ses parents. Et voila ce qu’ils prisent de tout temps: Un « nationaliste » qui pourra vendre son âme au diable pour nier ses droits et défendre ceux qui l’oppressent. C’est exactement quand la notion de « C’est l’esclave qui a crée son maitre » est vérifiée en pratique.

    • J’ajouterai que tout est vérifié dans les deux « citations » ci-dessous.
      A la place de la construction d’usines de 10.000 et 1.000 places pour que que ces chomeurs éternels conditionnés par des miettes de « distribution » sans avenir et sans future pension auxquels ils donnent 10.000 DA pour prendre un coup au bar du coin pour noyer leurs ennuis puissent enfin avoir un avenir.:
      « 3) les mosquées principales dont la capacité est supérieure à 10.000 fidèles,
      4) les mosquées nationales dont la capacité est supérieure à 1.000 places, »

      Voila ou vont donc les budgets du peuple pour résoudre les problèmes du chomage et de la mal-vie et pour fonder un état de droit, prospère et fort.

  12. Le démantèlement de la Russie par les américains est dans leur manuel de géopolitique depuis qu’il ont ont repris la théorie de McKinder du début du 20ième siècle, qui dit que :
    Celui qui aspire au contrôle du monde doit être le maître de l’Eurasie. remise au goût du jour par Brzinsky dans son grand échiquier.
    Donc cette guerre avec l’Ukraine – qui n’est qu’un proxy ou de la chaire à canon-n’est qu’un prélude pour la suite.
    A mon sens, les enjeux sont d’une toute autre nature, ils concernent l’exploitation (l’esclavagisme) du monde par une puissance (les USA) qu’ils exercent par le pouvoir du papier $ pour s’accaparer les richesses.
    Les enjeux sociétaux promus par l’occident (papa 01, 02,03,….) que les russes exècrent sont balayés d’un revers par l’auteur.
    La question à se poser qui exerce ce pouvoir aux USA? ou pour qui agit cette puissance militaire US?
    Réduire ce conflit à la personne de Poutine comme si la Russie manquait de stratèges et Poutine de conseillers! chapeau l’auteur.
    L’auteur ferait mieux de sortir de ses sentiers battus et aller chercher la vraie information là où elle se trouve au lieu de reprendre les dépêches de Reuters, AFP et …

    • « Celui qui aspire au contrôle du monde doit être le maître de l’Eurasie, remise au goût du jour par Brzezinski dans son grand échiquier.
      Donc cette guerre avec l’Ukraine – qui n’est qu’un proxy ou de la chaire à canon – n’est qu’un prélude pour la suite.» Ecrivez-vous.
      Certes, ceci est exact et vous avez raison de le rappeler. En revanche, si cette condition est nécessaire, elle n’est pas suffisante.
      Je vous rappelle que l’hyperpuissance états-unienne repose sur deux piliers : le hard et le soft power, c’est à dire la puissance des armes et la capacité d’influence. Ce sont précisément ces deux pouvoirs qui lui sont aujourd’hui contestés, par la Chine et par d’autres puissances émergentes qui entendent en finir avec l’hégémonie yankee. Je vous rappelle que la capacité d’influence états-unienne repose, d’une part, sur leur rôle dominant au sein des institutions internationales, pour l’essentiel, configurées pour servir les intérêts supérieurs des Etats-Unis (FMI, Banque Mondiale, OMC et bien d’autres agences des Nations-Unies) et, d’autre part, sur le contrôle des transactions financières et du commerce international, par le biais du dollar, devenu depuis 1972 le moyen de payement incontournable (non convertibilité du dollar en or décidée par Nixon, et, surtout, Accord avec l’Arabie Saoudite pour libeller les transactions pétrolières en dollars US, survenu, opportunément, au lendemain de l’assassinat du Roi Fayçal, dont les relations avec le « protecteur » US étaient devenues exécrables…). Ce sont ces privilèges que le Groupe des BRICS et les Pays Non-alignés entendent abolir, pour instaurer un Nouvel Ordre international plus équitable.

      • tout ce que vous venez d’écrire et j’en conviens se résume à ceci près : la course aux richesses dans un monde (surpeuplé selon l’élite financière Rockfeller, Gates, Rothchild & co) et des richesses limitées sur lesquelles, il faut faire main basse.
        Tout le reste (puissances militaire, financière et culturelle, …) n’est qu’un corollaire de cette doctrine.

  13. Je ne pense absolument pas que la guerre Ukrainienne soit un proxy , un prélude, une expérimentation mineure , de ce que pourrait être une confrontation à une échelle majeure, comme si l’expérimentation de la bombe atomique à Regane, l’alunissage, préludait quoi que ce soit.

    Je ne crois même pas que cette guerre illustre à l’échelle miniature la rivalité ou l’enjeu véritable entre les puissants.

    La rivalité, la confrontation, entre la Russie d’une part , et l’Occident de l’autre, et la Chine qui entre en jeu maintenant, se situe à un niveau plus sournois et profond.

    L’Ukraine sans la boulimie poutienne ne présentait un enjeu majeure pour aucun pays. Qu’elle fasse partie de l’espace russe ou occidental ne bouleverse en rien la donne. Si les Russes n’avaient pas cherché à occuper l’Ukraine cette balade aurait pris une autre dimension.

    Les Occidentaux ne se trompent guère sur cet aspect des rapports, en témoigne les livraisons d’armes avec parcimonie à l’Ukraine pour contenir et contrôler le conflit. Je ne dis pas qu’il ne peut pas déraper.

    Cependant les Occidentaux se font un plaisir d’éprouver les Russes. Les Américains surtout car il font financer leurs contributions par leur planche à billet qu’il répercutent sur tous ses utilisateurs.

    Mais dire que ce qui se passe en Ukraine est un proxy je crois qu’on se tromperait, j’ai tendanceà penser que si tout ce beau monde s’en donne à cœur-joie d’un coté et y va comme à la chasse aux papillons de l’autre c’est justement parce que c’en est pas.

  14. Ad rebḥen izgaren-ik a Arezqi

    Win tuγa imma, nek d arbib-is.

    Le sort de l’idiot Putin est celui de sa smala sont désormais scellés.
    Les dictatures, les régimes militaires, les putschistes … autarciques seront privés des resources énergétiques dont ils se sont accaparés, chacun dans un territoire donné, usurpé (c.f. infra texte en langue allemande).

    Ces rentes qu’ils gèrent (redistribuent) selon leurs règles, qu’ils ne daignent de respecter sont devenues très importantes pour l’avenir de l’Homme pour les laisser entre les mains de ces IDIOTS. Seuls les pays gouvernés par des politiques démocratiques alternatives ont un avenir. Vouloir remettre en cause la bourgeoisie aristocratique élitiste à la tête ces pays depuis des siècles par des révolutions de salons prétendument menés par des apprentis sorciers populistes et prolétaires, tel que Boukherrouba et son héritage, actuellement de retour en force dans ce territoire dit Algérie, pour citer un exemple, est vain. La démonstration ? Ou sont partis les plus de 1000 milliards de dollars engrangés durant le règne du dauphin du sus-cité:
    Faxamatu-hu Σabdu Alεaziz I par la vente de ces énergies ?

    Xud-ha men lεebd ccebεan ida ğaε,
    Lli ğiεan, ida cbeε, ma yaεṭi-lek dala.

    Cette maudite rente est a l’origine de tous les malheurs des peuplades qui y vivent avec. On ne défend pas quelque chose qu’on n’a pas acquis par la force de ses bras. C’est naturel. Tel est le cas de la redistribution de la rente pétrolière, gazière …
    C’est tout le monde qui trouve son compte, jusque-là.

    Sauf que ces ressources énergétiques se raréfient en raison de la demande croissante des pays émergeants et leurs usage ad vitam aeternam pose un problème écologique majeur qui menace chaque année un peu plus l’ensemble de la planète terre.

    La chasse est lancée. Elle ne s’arrêtera pas de sitôt. Elle continuera sa marche jusqu’au pays du soleil levant. Elle balaiera tout sur son sillage. Les tours de contrôles de la Russie en Afrique du Nord seront immédiatement abandonnées par la soldatesque Chengriha, Gaid Fased (pas Salah) et co. ou autres épouvantails, de type Tebboune, ces grenouilles qui veulent se faire aussi grosses [ou se prennent pour] des boeufs.

    Des « Etats » comme la Russie, la Chine, je n’en veux pas.

    L’idiot Poutin est un militaire, ex agent du KGB. Il est au pouvoir par des charcutages en règle répétés de la constitution de la « fédération » de Russie, depuis 22 ans. Il compte rester jusqu’à 2032. Son premier ministre, Lavrov, idem ex agent du KGB, occupe ce poste depuis 18 ans… Xi Jinping ? Revenez dans un demi siècle et on en reparlera.

    « A mun Ami » trop, c’est trop:
    Aγyul deg lmedwed ad d-irεu !

    Arẓaẓ, depuis son lit

    Addendum:

    Das Schicksal des Idioten Putin I. und dessen seiner Oligarchen-Bande sind schon besiegelt.

    Ehemaliger CIA-Direktor: USA würden auf Atomwaffen Einsatz von Russland entsprechend reagieren

    Die USA und ihre Verbündeten würden Russlands Truppen und Ausrüstung in der Ukraine vernichten und die russische Schwarzmeerflotte versenken, wenn der russische Präsident Wladimir Putin Atomwaffen einsetzt, warnte der ehemalige CIA-Direktor David Petraeus am Sonntag.

    « Nur um Ihnen ein hypothetisches Beispiel zu geben: Wir würden mit einer kollektiven Nato-Antwort reagieren, die jede konventionelle russische Streitkraft, die wir auf dem Schlachtfeld in der Ukraine und auf der Krim sehen sowie jedes Schiff im Schwarzen Meer ausschalten würde », sagte er im US-Fernsehen.

    Auf die Frage, ob der Einsatz von Atomwaffen durch Russland in der Ukraine Amerika und die Nato in den Krieg hineinziehen würde, sagte Petraeus, dass dies keine Situation wäre, die den Artikel 5 des Bündnisses auslösen würde, der eine kollektive Verteidigung vorsieht.

    Petraeus räumte jedoch ein, dass die Wahrscheinlichkeit, dass sich die Strahlung auf Nato-Länder unter dem Schirm von Artikel 5 ausdehnen würde, möglicherweise als Angriff auf ein Nato-Mitglied ausgelegt werden könnte. « Vielleicht kann man so argumentieren », sagte er.

    Petraeus fügte hinzu: « Sie wollen hier nicht in eine nukleare Eskalation geraten. Aber man muss zeigen, dass dies in keiner Weise akzeptiert werden kann ».

    Angesichts des zunehmenden Drucks auf Putin nach den ukrainischen Vorstößen im Osten des Landes und des wachsenden Widerstands gegen die Mobilisierungsbemühungen innerhalb Russlands sagte Petraeus, Moskaus Staatschef sei « verzweifelt ».

    « Die Realität auf dem Schlachtfeld, mit der er konfrontiert ist, ist meiner Meinung nach unumkehrbar », sagte er. « Keine Mobilisierung, keine noch so große Annexion, keine noch so versteckten nuklearen Drohungen können ihn aus dieser Situation herausbringen. Irgendwann wird man das anerkennen müssen. Irgendwann muss es eine Art von Verhandlungsbeginn geben », so Petraeus. (Tsp)

    • Il se trouve que ni la Chine, ni la Russie, n’attendent votre autorisation pour exister. Pas même, les États-Unis, l’Union Européenne, la Saoudie, ni tous les autres États du vaste monde. Il vous faudra vivre avec! Alors que votre capacité d’influence est voisine de zéro, et qu’à chaque instant, il vous faudra trouver le moyen de sécuriser votre espace national et les intérêts de votre peuple! Surement pas, par vos incises hors sujet, ni par vos incantations absconses !

      • Quelle arrogance !
        Pour être prolixe, comme vous me sembler l’être – impression eue, après avoir actionné simultanément les touches de mon clavier de type azerty, [Ctrl]+[F] – et éviter des « incises hors sujet » (sic !) il va falloir disposer du temps d’un retraité oisif, de visu désespéré ; de déménager mon bivouac pour le poser devant la porte du site « lematindalgerie.com » ; m’armer d’un fusil, porté en bandoulière, comme le fût le personnage burlesque de « Tartarin de Tarascon », voir les différents caractères qu’il incarne, et être prêt à tirer, tout instant, sur tout ce qui sort de la maison « lematindalgerie » ; des tires de poudre à canon [Lbarouḍ ≠ Aεbar], de facto, ratés, puisqu’ils se résument en d’interminables cahots qui font plus de bruit, qu’ils apportent la preuve de leur utilité, si ce n’est pour inciter les femmes – A lxalat, azger ikkat ! – à pousser plus de youyous, et ce, à tous points vu du langage et niveaux de langue.

        Veuillez excuser ! Je suis encore jeune et en pleine carrière professionnelle.

        Quant aux « incantations absconses » (sic !), je suis convaincu, qu’elles peuvent, un moment, soulager, pourvu qu’on y croie. Celles et ceux, les exemples sont légion, qui se sentent abusés, après expérience faite, reprennent leurs esprits et finissent par recourir à la science. En revanche, le problème demeure entier pour celles et ceux qui ne veulent recourir à aucune thérapie appropriée et approuvée ; les idéalistes et ceux qui croient, aujourd’hui encore, en l’avenir de l’Homme dans un conglomérat de type « Union-Soviétique » macabre dès sa déclaration, tombé en désuétude bien avant 1989, travestie après cette date en « Fédération de Russie », avec déjà l’Idiot-Poutine en filigrane, ou d’une Chine qui avoisine le 1 ½ milliard d’habitants, dirigée par un et un seul parti politique à la tête duquel se trouve un Xi Jinping ad vitam æternam.
        Ces idiots qui parlent d’un nouvel ordre mondial, avant de réussir le parie de faire régner « un ordre », chez-eux, ces vastes territoires qu’ils occupent sans recourir à des empoisonnements au polonium devant les caméras du monde, des matraques …

        Le temps des prophètes est révolu.

        La grandeur d’un État ne se déclame pas en raison de l’arsenal militaire en sa possession, fût-il atomique. La Russie, le Pakistan, l’Inde… sont des pays très pauvres. Poutine a perdu contre l’Ukraine le 24 février 2022, il est en train de faire couler la Russie.

        N’était-ce – ironie du sort – le gaz et le pétrole découverts par la France (coloniale) dont dispose aujourd’hui la junte militaire algérienne au pouvoir, Monsieur Ferhat M’henni, le président du GPK, (pas ou pas encore le président autoproclamé de la République de Kabylie, [sic !]) n’aurait, selon l’actualité de l’information, pas été censuré par Cnews.
        Priver cette junte militaire – et tous les régimes autocratiques, dictatoriaux, despotiques… sur terre, par extrapolation – de leurs rentes gazière et pétrolière, de quelque manière que ce soit (développement des économies basées sur l’hydrogène [voir récent traité Allemagne-Canada], gain d’énergie éolienne, conscientisation des gents dans leurs rapports à la consommation énergétique …) surtout en ces temps-ci, mais et surtout de ceux à venir, revient dans ce cas précis à respecter la liberté d’expression, la démocratie, pardi !

  15. @ At Dahman

    Tout d’abord sachez je ne vous tiens aucun grief quant au vouvoiement même si cela ne me rajeunit guère. Il n’y avait aucune obligation à formaliser. Mais je pensais que comme nous étions entre-nous , Ensuite je vous avoue que je n’ai pas pensé une seule seconde au Mohand Ouqaci de Slimane 3azem quand j’ai pris mon pseudo, même si ma culture musicale se réduit à cet immense artiste. Je m’appelle bien Moh ouqaci n’Ahmed Hemou n’A3mar pour me distinguer d’un cousin qui s’appelle aussi Moh ou Qaci.

    Quant au jargon que j’utilise ce n’est point parce que je cherche à pousser le ridicule ou par manque d’inspiration ni même pour faire la démonstration de quoi que ce soit. Pas plus que je mépriserais nos anciens. C’est que , je l’ai dit déjà ici même , à d’autres qui m’ont fait la remarque, dont l’Enseignant ta3 nomi qui officie du Minbar ici, je n’arrive pas à me prendre au sérieux quand je m’exprime ici ou ailleurs sur la toile. Mais il y a aussi une autre raison.

    Je ne cherche pas à m’élever au niveau des expressionnistes ou des surréalistes , ni à écrire comme Proust ou Boileau , je ne suis pas du tout fort en thème, d’où mon horreur des butindeguerristes , ce n’est pas non plus par manque d’inspiration ou parce que j’ai épuisé mon stock en français, ,mais des amis français me l’ont fait remarquer : quand je suis parmi les miens thtsoughaliyid la kabylitose-ni. Jean Amrouche ne disait-il pas : «  je fais tout en français , sauf pleurer, je ne sais le faire qu’en kabyle ». Nekini je porte ma kabylitose am ifker agharaf-is. Je pense en français mais je ne sais braire qu’en kabyle.

    Il m’est arrivé d’essayer d’élaborer mon texte , de retirer mes coquilles et de corriger mes fautes, de reformuler une phrase pour complaire,mais quand je me relis je trouve qu’il ne ressemble guère, que ce n’est point ce que je voulais exprimer. C’est pour cette raison que je ne lis jamais les articles qu’après les commentaires qu’ils suscitent.

    Je reviendrai sur le sujet principal si ma mémoire de poisson rouge veut bien me le rappeler.

    • le satané curseur a inverser l’ordre dans la phrase : »Il n’y avait aucune obligation à formaliser. Mais je pensais que comme nous étions entre-nous « . Je vous laisse corriger. Moua jipalta.

      • J’ajouterai que chinou à Iflissen Umellil, à Guezgata notamment , nous avons l’habitude de désigner les familles par le prénom de leurs ancètres (les noms de familles n’existaient que pour l’état civil). Donc dans notre famille élargie , il y a islimanène, imeziyanène, et nous : iqacitène. Tous déscendants du même ancêtre Hemou n’A3mar. Qui lwimim descend de Jeddi-Nozor.

        Ahqarbi que je ne charrie qu’un peu

        • Il n’y a pas de confusion , dans toutes les familles kabyles les prénoms sont revolving. C’est pour ça il y une flopée de Moh-Ouqaci et de Hemou n’A3mar.

  16. @At Dahmane. pour fiinir d’être pédant,

    Sachez que je n’ai pas suivi complètement Kichi dans son idée de dislocation et il me semble que lui-même n’a pas été aussi affirmatif, et n’a évoqué que légèrement cette  »lointaine » perspective. Il pourra s’il le souhaite mieux nous éclairer.

    Pour ce qui me concerne , je n’applique pas ici la théorie des dominos ou les lois de l’entropie. Quand je parle de fin des empires je ne pense pas à leur dislocation ou à leur implosion. Jean Pierre Rafarin, à la télé hier, a parlé, après Kichi, , de dislocation de l’UE. Comme quoi l’idée de Kichi n’est pas totalement dénuée de sens.

    Moua je parle plus de reconfiguration des plaques tectoniques pour employer une image géologique. Sans être structuraliste, je ne dirai pas que c’est ce qui se passe en Ukraine qui causera la modification du monde dans une sorte de dérive des continents. C’est le matérialisme historique . Ce n’est pas les idéologies,les doctrines, mais la praxis, l’activité humaine.

    Quand j’évoque un possible dérapage il ne s’agit pas d’un dérapage orchestré mais d’un accident ,un effet papillon. Et dans ce cas je ne préjuge en rien du futur.

    En vérité seul Zelinsky s’acharne à vouloir étendre le conflit ,à lui donner les apparences d’un proxy et à le porter à un autre niveau. Lui s’en fiche des conséquences après la destruction de son pays. La demande d’intégration  »accélérée à l’Otan n’avait d’autre objectif que cela. De l’autre coté chez les Américains c’est l’inverse , eux s’en fichent que l’Ukraine soit détruite ou reçoive une bombe nucléaire sur la tronche si cela contribue à la condamnation de la Russie. Les Ukrainiens qui ne sont pas plus dupes que d’autres savent cela mais ils n’ont désormais plus le choix. Après nous le déluge se disent-ils, mais ils ne sont pas maîtres de leur jeu . Quand les Américains décideront de siffler la fin de la récrée, seulement en arrêtant de livrer des armes, ce conflit cessera. En Attendant ils jouent à chat-perché avec les russes pendant que les Ukrainiens morflent et parfois meurent carrément.

    • Dont acte, s’agissant mon imprudente confusion, entre votre nom patronymique et le personnage de Sliman Azem. Admettez tout de même, que plus d’un si tromperait. Je nourris, comme vous, une grande admiration pour Slimane Azem, mais aussi, et surtout, pour Si Muhend u M’hend, Lounis At Menguellet, bien sûr, Matoub Lounès, qui font partie du Panthéon de mes poètes préférés, pour leur profonde connaissance, chacun à sa manière, de la langue et des recoins de l’âme kabyle, qu’ils chantent, tous, avec tendresse. Avec l’âge, la nostalgie de nos montagnes aidant, j’ai constaté, ces temps derniers, qu’à défaut de pleurer, je revis dans mes rêves, en kabyle, des scènes de mon enfance. Probablement, la proximité du grand départ, pour rejoindre nos anciens.
      Raffarin a de bonnes raisons de s’inquiéter de la pérennité de l’Union européenne, laquelle souffre déjà de nombreuses malformations congénitales : celle, entre autres, d’une monnaie unique, sans coordination des politiques budgétaire et fiscale. Pis encore, de dirigeants moins préoccupés par les intérêts européens, que par ceux de leurs allié-tuteurs d’outre Atlantique.

      • Ur iqirs u yidid ur nghilène wamen.

        Concernant les rêves d’enfance , j’en suis envahi moi aussi. C’est l’âge. Quant au poètes dont on a parlé , ce n’est que par eux que j’appréhende mon triste passé.

        Iben moua je persiste bêtement à croire que ce qui se passe en Ukraine n’est prédictif de rien , c’est à peine un abcès de fixation , un bouton de fièvre purulent, dans un syndrome plus complexe .

        Je disais en lisant l’avenir de ce conflit dans les os de poulet qui me restaient de la veille que quand Marikène aura envie de siffler la fin de partie ce conflit s’arrêtera. Il me fallait juste répondre à la question de savoir si cette guerre russo-ukrainienne étaient bonne pour le business ou pas. Apparemment ce n’est pas le cas : Elon Musk vient de mettre ses pieds dans le plat. Je crois que je serais mieux avisé si je cessais de lire dans les os de poulet et si je lisais le Wall Street Jarnane . Après tout, la fortune d’Elon Musk ne vaut qu’ à peine presque le double du PIB de l’Ukraine.

        Mais qu’en pensent Mark Zuckerberg, Tim Cook,, Bill Gates et Jeff Bezos ?

        • @Hend et At Dahman: Sousmeth kan ay imdoukal.
          Vous me rappelez un poème de mon idole, Si Muh U M’hend :
          A wi sɛan iẓṛis d aṣfaḥ
          Ɣef ezman yefḍeḥ
          A d iṣiḥ d imeṭṭawen

          et une chanson de Slimane Azem:

          Mi d emmektiɣ weḥdi eţruɣ
          Tikwal ecfiɣ tikwal eţţuɣ
          Ma y fat eţţuɣ ezhiɣ eḍṣiɣ
          Mi d emmektiɣ uɣaleɣ ţruɣ
          Tikwal ecfiɣ tikwal eţţuɣ
          Tikwal eḍṣiɣ tikwal eţruɣ

  17. @Kichi and Hend

    Icɛal w-ul am u qendil
    Si zaɛf lkabil
    Cekbden-aɣ bezzaf nenṭaṛ

    Labsant lumer d ay teḥlil
    D w aman bwaḍil
    An sew ccrab nett fikaṛ

    Yettru w ul am u guǧil
    Si lfahmin qlil
    Widak id yebwin lexbar

    Ddunit ay atma tettbeddil
    Akken am ṭumubil
    Nekwni att-id neṭṭafaṛ

    • @At Dahman: Ak yeɛfu ṛebbi yeɛfuyas.

      Yir eccɣel ula y’wimi
      Yifit iɣimi
      Essew kan labsant meqqaṛ.

      • A ssadatt yiwen yiwen
        Ɛennaɣ d akw ɣurwen
        A syad’ illit di lɛawn-iw

        Kfut felli imeṭṭawen
        D aɣrib garawen
        Siwa Rebb’ ay daḥnin-iw

        Luḍa teqwli d asawen
        Ifadden kawen
        S lqiz urzen Iḍḍaren-iw

        Aql’am ṭṭiṛ yenecwen
        Umi gezmen w affriwen
        Akken ay teḍra d ray-iw.

          • @At Dahman:
            Ak yeɛfu ṛebbi yeɛfuyas.
            On appelle les membres de ma famille iḥmadacen justement, at ḥmaduc en d’autres termes, mais je n’ai pas l’honneur d’avoir des liens de parenté avec Si Muḥend, juste une coïncidence.
            Au fait, pourquoi dit-on « Ak yeɛfu ṛebbi yeɛfuyas ? » C’est qui la troisième personne de « yeɛfuyas ? » Si je me rappelle bien, c’est parce qu’on disait dans les temps anciens que le poète était habité – pour ne pas dire possédé – par un esprit, ou un ange, qui faisait les poèmes, qui ne faisaient que sortir de la bouche du poète. Donc on rendait hommage à l’humain et à l’esprit qu’il portait en lui. Enfin, c’est ce qu’il me semble me rappeler.

            • C’est bien plus simple que ça : « Ad ak yaɛfu Rebbi yaɛfu-yas », s’adresse ici à la personne rapporte le poème, moi (Ad ak yaɛfu Rebbi – que Dieu t’absout de tes péchés), et à l’auteur du poème, Si Muh (yaɛfu-yas – et qu’il l’absout des siens).
              En revanche, on utilise bien « salamu ɛalaykum », donc le pluriel (le duel n’existe pas en kabyle), pour saluer une seule personne, parce que, dit-on, chaque être humain est composé de son enveloppe charnelle, périssable, et de son âme, immortelle, qui ne se séparent qu’à la mort.

          • Je ne savais pas que le barde Si Muhand u M’Hand a versifié en « *douzain ».
            À vos gardes, critiques littéraires ! Tous les travaux réalisés jusque-là sur la poétique de Si Mohand u M’Hend sont à reconsidérer.
            Si Amar u Said Boulifa, le précurseur et contemporain du barde se retournera dans sa tombe.
            Voulez-vous des « incantations absconses », de vraies ? Des vues de l’esprit ? Du merveilleux ? En voici, arroseur arrosé !

            Monsieur, on n’altère pas une forme canonisée, un « neuvain », taillé sur mesure pour les besoins de la mémoire (mnémotechnique avant l’heure), une des caractéristiques des langues à transmission orale, par un « *douzain » et ce même si on jalonne ses commérages par des « … je connais untel (de la Casbah d’Alger) qui avait connu untel… (fût-il « Al Anka »… « Qirwan » ou « ttelf lxali » qui était ami… avec Si Muhand u M’Hand.» À dire vrai, vous n’êtes pas loin de « Boukhari » et « Muslim », deux personnages non arabes (uzbeque et perse respectivement) venus quelque 200 ans après le décès de Mahomet, pour raconter aux musulmans ce que celui-ci avait dit et fait : « Ssuna ou tradition », entre autre, une source de « Chariâa », droit musulman.

            Le comble, c’est que vous le signez toute honte bue et sans sourciller un seul instant par, je cite : « Si Muhend u Mhend n At Hmaduc ». Quelle audace !

            Le plus osé des chercheurs en littérature amazighe d’expression kabyle ou kabyle tout court aurait écrit : « [Attribué] à Si Muhend u Mhend n At Hmaduc », pas vous.

            L’obstination est-elle en dernier lieu le seul sort qui soit réservé aux séniles ? La sagesse populaire kabyle ne dit-elle pas : « Amγar deg tesraft, ad inṭeq » !
            Au lieu de chercher comment s’en sortir du fond du silo, vidé, où il s’est retrouvé par inadvertance, tel un bouc, il crie, à tue-tête, l’encontre des membres de sa famille : « Tebrim-ed i uγyul nni, neγ mazal ? » « Tessewem-t ? » …

            • Je ne sais pas à qui tu t’adresses dans ce post, mais peu importe, tout ce que je peux te dire, c’est aţ w’teḍ agejdur ay’ avuhal. Et je te défie de nous dire d’où vient l’expression aţ w’teḍ agejdur en kabyle.
              Voici le deuxième poème attribué à Si Muhend, d’après Mr Mouloud Mammeri, qui a consulté des compagnons de Si Muhend. Et je l’écris de mémoire, mais tu peux consulter le livre de Mammeri si tu veux vérifier.

              A kra yeţɛassan lefjer
              S tẓalit d dkeṛ
              Ɛintiy’ avrida n’ṭeṛṛeɣ

              Afwadiw yeţuɛemmeṛ
              S crav d lexmeṛ
              Ur dir’ɣ ur emmuteɣ

              Wi qesdeɣ ad i yisteṛ
              Izgad iwexxeṛ
              Tezwar si tagmaţ enneɣ

              Amalah a kra n kerrer
              Iruḥ deg eɣẓeṛ
              Ula d elḥemdu y’ɛaṛqaɣ

              Maintenant, si tu crois plus fort que Monsier Mouloud Mammeri, je m’excuse bien, Votre Altesse.

            • Pour ta gouverne a la guêpe, El Anka – de son vrai nom Muhend U Yidir Nath Ouarav – est né en 1907 à la Casbah. Son père avait fui son âarch des At Jennad pour se réfugier à la Casbah, parce qu’il avait fait partie de la bande de Arezki Ou Lvachir, si tu sais qui il était. Dans les années 1920-1930-1940, il y a avait encore de nombreux individus qui avaient côtoyé Si Muh-U-M’hend et certains qui avaient été ses amis intimes. Il y en avait encore qui étaient du même âge que lui. El Anka les connaissait tous puisque la Casbah n’était pas si grande que ça. Même dans les années 1960 Mammeri a pu rencontrer des gens qui se rappelaient encore Si Muhend et qui avaient voyagé avec lui, à plus forte raison quand El Anka était un jeune homme.

  18. Ada wen ye3fou rebbi kas thsebdefmiyid la kabylitose-ni.

    Si Muhend, son Sebsi, son absinthe , lkina.

    Difwa quand je me dispute ig thdjadarmit-ni qui en dehors de ce qui concerne la médecine n’a jamais lu un seul roman, elle me dit : zik aka zik aka , tela niya , tela tagmats , yela ouya , et quand elle dit zik elle parle de sa jeunesse . Je lui dis moua j’ai eu deuza , j’ai eu diza, j’aie eu vinta et je n’ai jamais connu un seul moment de vrai bonheur. Ipi ihi pourquoi Slimane azem lwimim chante son zik a lui :Yela nif tela lahya. Achout lehya agui nem : Kisksafidir ihi ce c que hante Hnifa :
    A yamgahr sefd iwedmik
    tametut n’mik
    lathris am assa adivane.

    Ipi Slimann 3Azem chante a Si Muhend awi ik idyaren at walid zmane. Mi Iporta il kouni que il n ya pas un critique , un satire de la société kabyle comme Si Muhend.

    • @Hend: Le zik est un coin de la cervelle de celui qui veut y retourner. Il y a quelque temps toi et moi on parlait de la nostalgie et du récit de John Steinbeck, Voyages avec Charlie. Tu avais relevé la phrase qu’on « ne retourne jamais chez soi » ou quelque chose comme ça. Hier soir j’ai regardé un documentaire dans lequel un personnage disait: Quand on dit retourner chez soi, on veut dire essayer de retourner vers un souvenir.
      Le zik existe et a probablement existé partout et de tout temps. Le zik de Slimane Azem était le thoura de Si Muh U M’hend, comme le zik de Si Muhend etait le thoura de ses aïeux.

  19. Je sais que nos poètes attribuaient à SI Muhend tous leurs poèmes qu’ils n’osaient pas assumer.
    je m’adresse au spécialiste de Si Muhend. Dans ma jeunesse on m’a décliné un poème attribué à si Muhend à qui une mésaventure est arrivé dans un café ,et qui commencerait ainsi :3u3dagh taguni dilqahwa et un autre ainsi: Itfagh lwa3d nenahchem uqlagh da rechem.

    • @Hend: Tu te rappelles que je disais que j’ai violemment jeté un recueil de poèmes soit-disant de Si Muhend contre le mur il y a quelques semaines, et comment j’étais sidéré qu’on puisse lui prêter certains des poèmes contenus dans le livre? Eh bien ce poème en particulier était l’un d’eux. Je le connaissais depuis très longtemps. Je l’ai entendu en 1960 ou 1961, en fait, et je me le rappelais par cœur. Mais une fois que j’ai lu le recueil de Mammeri, j’ai compris que c’était une imitation de très mauvais goût. Mais il n’y a pas que les imitations pures, il y a aussi malheureusemt, beaucoup de poèmes que les gens ne se rappellent pas exactement, alors ils essayent de remplir les parties qu’ils ont oubliées. Donc il y a beaucoup de poème qui sont en partie de lui, mais seulement en partie. Je t’ai donné l’exemple du poème numéro 66 ou 67, que Mouloud Mammeri lui-même avait cru être de Si Muhend et disait que le changement de rime « était rare chez Si Muhend » alors que j’ai plus tard entendu ce même poème chez un vieil oncle et il n’y avait pas de changement de rime. C’était le poème dans lequel quelqu’un a changé l’original “el kina” (pour cocaïne, homonyme algérien de Quinine) en el-koza et l’original Qsemtina en Annaba?

      • Heueueu ! j’ai comme l’impression que Si Muhend évoque el koza (zit elkoza)huile de colza . Et kina , la quinine , ou d’une façon plus générale : comprimé.dans des poème différents, non?

        • Voici le poème, tel que rapporté à Mouloud Mammeri par un de ceux qu’il a consultés et qui avaient connu Si Muhend, le numéro 67 dans les Isefra. Il y a une anecdote qui accompagne le poème. Si Muhend était vendeur de beignets dans une mine. Deux frères, frères, des mineurs, lui ont joué une mauvaise plaisanterie: Ils ont pris le contenu de son sac à son insu et l’ont versé dans l’huile de friture, ce qui a rendu malades tous ceux qui ont mangé ses beignets. Si Muhend a dû prendre la fuite et se cacher dans les montagnes pour éviter la colère des mineurs.
          Mammeri dit que ces plaisantins ont versé son hachiche, mon oncle a dit que c’était de la cocaïne.

          Ṣevḥank a Sidi Buṣhab
          Lwali vu ujellav
          Irran zzit d lkuẓa

          Win ţiččan tegzem tassas
          Tduv ssuṛas
          Yewhen ṭṭviv di l’mina

          Ay’ iga lmextaṛ d gmas
          Ddiɣ iḍ d was
          Deg durar n’Ɛnnaba

          La version de mon oncle, né vers 1895-1900, entendue par lui à Alger, probablemnt de la part d’anciens amis de Si Muhend. Malheureusement, j’ai moi-même oublié les deux premiers vers, et je ne veux surtout pas substituer mes propres vers pour les remplacer.

          Sevḥank a Sidi…(je ne me rappelle plus)
          ……………………. (j’e ne me rappelle plus)
          Yerran zzith d elkina

          Win ţiččan tegzem tassas
          T duv ṣṣuras
          Yewhem ṭṭviv di l’mina

          Ay’ iga lmoxṭar d gmas
          Hemmleɣ iḍ d was
          Deg durar n Qṣemtina

          L’oncle dont je parle était un personnage peu ordinaire. Il fréquentait beaucoup de gens à la Casbah, et je suis sûr qu’il connaissait de vieux amis intimes de Si Muhend, qui fréquentqait aussi la Casbah. D’ailleurs, El Anka dit dans une interview avec Kateb Yacine qu’un de ses musiciens des années 30-40 avait été un ami intime de Si Muhend et qu’il ne se pardonnait pas d’avoir perdu un recueil dans lequel il avait consigné un grand nombre de ses poèmes.

        • El kina en arabe/kabyle voulait dire les deux, la quinine et la cocaïne. Dans ce poème, il s’agit bien de cocaïne, et Mammeri dit que Si Muhend s’y adonnait, comme EL Hadj El Anka dans sa jeunesse, et beaucoup d’autres algériens.

    • Ce poème prêté à si Muh sur sa prétendue mésaventure nocturne dans un café maure n’a rien à voir, ni de près, ni de loin, avec la poésie élégante de Si Muh. Pas même avec ses poèmes grivois, car il en a écrit un certain nombre, pour rendre hommage aux quelques dames généreuses, qui l’ont comblé de leurs charmes.

      • Poésie élégante ?

        Si Muhend, élégant ? Il était plus proche des poètes maudits que des romantiques, non ? D’ailleurs ne l’a t-il pas été par le grand chikh Muhend Ulhucin?

        • Oui mais il pouvait dire les pires choses avec beaucoup de beauté. Ça faisait partie de son art. Il pouvait utiliser des mots vulgaires et leur donner de l’élégance, là où un autre n’aurait réussi qu’à proférer des insultes et des gros mots.

          • Merci a Kichi et At Dahmane pour ce recadrage n’y voyez donc aucune volonté d’offenser le Saint-Homme, dont le rafinement et l’élégance dit-on étaient inégalés, qu’était Si Muhend . Je sais que yeghra l’ qor-ane .ijewed et ce n’est pas dans des versets chitanesques que j’aurais été chercher les affabulations sur lui. Ahqarbi que j’ai lu quelque part que Si Muhend était parfois, parfois kane, un fieffé fripon ,un paria qui a passé sa vie sur les routes et à dormir dans les hamams et les cafés , et que comme il était souvent dans un état second à cause de l’absinthe et du kif , une mauvaise aventure aurait pu lui arriver. Je m’en voudrais presque d’avoir lu ces ragots.

            • Rimbaud, @ hend, un siècle plus tard, un peu vagabond, à la manière de Si Muhend, a connu les mêmes déboires, couchées, si je puis user de cette métaphore, sur le papier.

      • @At Dahman: 100% d’accord. Et merci pour la clarification de yaɛfuyas. En effet, ça a plus de sens que ce que je disais. Je confonds probablement deux anciennes traditions… C’était un peu confus dans ma tête…

      • Les fleurs du mal, @ ath dahmane, est le summum de l’élégance poétique, crachée, vomie, par son auteur. Si Muhend, qui n’a pas connu Baudelaire, n’en est qu’une réplique kabyle du volcan.

        • @Urfane: Admire un peu l’art de Si Muhend dans cet exemple, un poème tout en abstraction. Le lecteur ou auditeur non averti aurait du mal à comprendre le sujet. Il lui serait difficile de savoir de quoi parle Si Muhend.

          Weyyak a lqelviw ts’ɛaf
          Berkak sut l’ḥaf
          Ma d asif n’ezhu yeqqour

          Cciv ɣef udmiw yufaf
          Iḍelmi’ vezzaf
          Yak tura y’ɣeḍliyi l’ǧur

          Tɣav errekva llecqaf
          Tegwrad ɣer leḍɛaf
          D arrac ay gɛumen levḥuṛ

          Il parle à son cœur et lui dit de se résigner, car la rivière des plaisirs est désormais asséchée. Le cheveux blancs éparpillés sur son visage lui font grand tort maintenant. Il déplore la déchéance de l’art de la navigation maritime, car ce sont désormais des garnements qui vont à la conquête des océans.

          Aucun mot, aucune mention directe du sujet, tout est fhem ya lfahem. En fait, ce dont il parle ici est l’amour des femmes. Asif n’ezhu yeqqour, la source des plaisirs est tarie, f’hem ya l’fahem.
          Les cheveux blancs, c’est à dire la vieillesse et « l’impécuniosité » le rendent moins attrayant au sexe opposé, et ce sont maintenant de jeunes péquenots qui prétendent s’adonner à l’art de la z’na.

          • Du même genre :

            A ray-iw a bu tlufa
            Texḍaɛk lemɛirfa
            Itedun d wur teẓriḍ

            Tekcemaḍ lɣaba ileḥfa
            Fellasen ay nenfa
            Eksed leblad ur nebwiḍ

            Megraɣtt jmaɣtt ttaffa
            Cceɣl-is yekfa
            Ssrew-taɣtt ɛabantt wiyid

            • Exactement, At Dahman. Le sujet n’est presque jamais abordé directement. Point de descriptions détaillées, juste des allusions, des impressions, des poèmes courts, le plus souvent improvisés sur place, le tout évoquant sans le décrire un état d’âme. Je me demande si on peut appeler ça de l’impressionnisme poétique. Ou de la poésie-guerrilla, car elle sort de nulle part, tire et se retire.

            • @Urfane: Mohia était un vrai poète, le meilleur – peut-être le seul – exemple d’une fusion réussie entre la poésie traditionnelle et la modernité. Il utilisait un kabyle kabyle, pas un kabyle traduit du français comme le font malheureusement d’autres. Plus sa voix elle-même, si forte, si humble en même temps, évocatrice de thamourth. Un monument.

            • L’œuvre de Muhiya est monumentale. Il faudrait, si ce n’est déjà fait, que quelqu’un mette par écrit son immense œuvre orale de traduction de grands auteurs de la littérature universelle : Sinistri, Muh Terri, Tacvalit etc.…

  20. At Dahman m’a fait sourire quand il parlait de ses rêves d’enfance, comprends quand il rêve de son enfance. Moua les miens sont tous décousus , rien n’est à sa place. Ô combien Steinbeck a tout à fait raison : on ne retourne jamais chez soi car ce chez-soi n’existe plus, même dans les rêves. Et tant mieux .Je pense qu’on ne cherche pas des souvenirs d’enfance en vérité mais ses illusions.
    Je crois ma première dent je l’ai eu contre tout ce qui m’entourait. Un vrai cauchemar ya Boundyou.

  21. @Kichi Duoduma
    C’est à moi qu’est destiné le venin de cette furieuse guêpe asiatique. Suite, sans doute, à son incompréhension de mon observation à sa diatribe savante, avec, s’il vous plait, langue de Goethe à l’appui ! J’aurais pu le renvoyer à Dda Lmulud, comme vous venez de le faire, mais je n’ai pas cru utile d’entretenir une vaine polémique avec une personne, si belliqueuse et si sure d’elle même.

  22. @At Dahman: Une telle arrogance alliée à une ignorance flagrante du sujet ne pouvait pas me laisser indifférent. Pourquoi ce ton de critique en termes personnels agressifs? S’il avait tout simplement et respectueusement exprimé le doute que Si Muhend faisait des poèmes plus longs que neuf vers, pas de problème, je lui aurais simplement suggéré de lire les Isefra de Mammeri pour voir qu’il y en avait quelques uns. Pas beaucoup, mais il y en avait quand-même.
    Quant à la partie en allemand, s’il vous plait, excusez moi, mein Gott !!

    • La « guêpe depuis son lit » a peut-être une bonne connaissance de l’allemand, ce dont je ne saurais juger. En revanche, je doute qu’il en soit de même pour le français, lui qui, d’une part, a pris la mouche parce que j’ai utilisé la deuxième personne du pluriel, pour désigner chaque algérien, croyant que je m’adressais à lui seul en particulier, et qui, d’autre part, semble prendre les mots « incises » et « absconses » pour des injures.

  23. @At Dahman: Merci pour le rire, dont nous avons tous besoin, aussi souvent que possible. Peut-être que « …depuis son lit » explique tout.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Rassemblement à Montréal contre la dégradation sociale et politique au Maroc 

Sous le slogan «Tous contre la cherté, la répression et l’oppression » et en soutien au peuple marocain et ses forces vives, les sections...

Les plus populaires

Commentaires récents