10 décembre 2022
spot_img
AccueilA la unePouvoir d'achat : le premier ministre s'excuse et pleure !

Pouvoir d’achat : le premier ministre s’excuse et pleure !

Répondant aux préoccupations et interrogations des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) concernant la Déclaration de politique générale du gouvernement, le Premier ministre a présenté « ses excuses à l’endroit de tout chef et de toute cheffe de famille ayant trouvé des difficultés pour se procurer certains produits de large consommation ».

Un premier ministre ça ne pleure pas parce que le pays est en crise. Il trouve des solutions ou il démissionne. Quand on dirige un pays on n’est pas dans l’affect. Mais en responsabilité.

Benabderrahmane marque un temps d’arrêt et peine à enchainer et à cacher ses larmes car visiblement submergé par l’émotion ? Un tonnerre d’applaudissement lui permet de retrouver ses mots.

- Advertisement -

Sententieux, il a assuré, dans ce cadre, que « l’Etat frappera d’une main de fer quiconque oserait toucher aux vivres des Algériens ou se livrer à la contrebande, avec pour visées, créer un climat de confusion et amener l’Etat à ouvrir la porte grande ouverte devant un retour à l’importation sauvage qui existait auparavant ».

Assurant que tous les produits de large consommation « sont disponibles et en quantités suffisantes », le Premier ministre a fait état d’un stock stratégique important pour tous les produits. La Commission d’enquête parlementaire s’était enquise de cette situation.

Dans ce contexte, le Premier ministre a affirmé que le pouvoir d’achat du citoyen demeure au cœur des préoccupations des politiques publiques, à travers l’adoption d’une politique de commerce extérieur qui régule les importations sans toutefois les freiner.

Autant de de déclarations d’intention et de vœux qui restent pieux sans effet sur le porte-monnaie des Algériens. Aïmene Benabderrahmane le sait. La situation du pays confine au désespoir le plus irrépressible. Le tissu économique est encalminé, la confiance entre les autorités et le peuple est au plus bas.

Beaucoup de premiers ministres ont juré leur grand dieu qu’il sévirait contre le trafic, qu’il redresserait la barre mais aucun n’a tenu parole… Les Algériens sont revenus de tout ça. Ils veulent du concret qui puisse changer leur quotidien. Et de ce concret, il n’y a point. Bien au contraire.

L.M.  

ARTICLES SIMILAIRES

5 Commentaires

  1. Les larmes de crocodiles. Ils ressentent des fois tout le mal qu’ils ont fait et qu’ils sont en train de faire subir au peuple et de temps en temps, certains ressentent des sentiments de culpabilité quand ils regardent – en 2022 – les images d’un peuple perdu et désorienté qui fait la chaine pour un sachet de lait sous la pluie. Eh bien pour museler le peuple et arreter des milliers, ils ne lésinent jamais sur les moyens. Mais pour supprimer les petits spéculateurs, qu’ils ont eux même crée pour conditionner le peuple a ne penser qu’a sa survie quotidienne comme un animal, ils font semblant de secrèter des larmes. Decidemment ils ne s’arreteront jamais de mener une guerre psychologique contre le peuple car ces fausses larmes font parti de leur plan de conditonnement sachant combien le pauvre naif algérien est sensible. Au lieu de passer a l’action, ils lancent des promesses jamais tenues, des mensonges et maintenant ils n’ont leur yeux pour pleurer. Qui lui a conseillé de pleurer ? Certainement la machine a faire du mal, cette machine infernale qui travaille derrière les coulisses au service de la junte, contre le peuple depuis 1962. Parce qu’ils n’ont plus rien a manigancer pour endormir et désosser le peuple, ils essayent la cartouche des sentiments. Le MAK, le Rachad et la main de l’étranger sont devenus un disque rayé alors ils doivent trouver quelque chose de nouveau et « spéctaculaire » pour faire bouger les sentiments de la populasse. S’ils avaient un grain d’humanisme dans leurs coeurs de dictateurs, comment se sentent ils quand ils voient les enfants de tous ces innocents et innocentes croupir en prison sans avoir même un procès ou donner une raison ? Ou est l’humanisme dans un pays ou on te met en prison avant ta propre conviction, sans procès et sans preuves ? Un pays ou tu es a l’avance coupable, un pays ou seuls les dictateurs sont innocents malgré tout le mal qu’ils subissent au peuple !

    • Tout ça a un nom! la dictature militaire. Gérer le pays à la manière d’une caserne.
      C’est la seule chose qu’ils ont apprise dès leur sortie de l’adolescence pour certains, et avant même l’adolescence pour d’autres (les écoles des cadets).
      Comment voulez-vous qu’il en soit autrement ?
      Tous les autres (les civils) ne sont que des figurants d’une pièce de théâtre avec un scénario qui leur est imposé.

  2. Les larmes de crocodile, la nouvelle trouvaille de la « qawa dhariba » pour amadouer le peuple et justifier la merde noire (hachakoum) dans laquelle ils l’ont plongé. Vos fausses larmes et excuses ça ne nourrit pas et ça ne fait pas disparaˆtre les pénurie et les queues interminables pour un simple sachet de lait (de piètre qualité soit dit en passant), un bidon d’huile, un sac de farine, etc. Les dépités, grassement rémunérés et donc bien à l’abri des vicissitudes de votre non-gestion, doivent vous demander des comptes au lieu de vous applaudire à la vue de vos larmes artificielles. TIME OF RECKONING comme a dû certainement sommer Elizabeth Moore Aubin lors de sa toute récente rencontre avec Lamamra.

  3. […] Better, “very moved”, the Prime Minister even paused, shedding a few tears and struggling to chain, before thunderous applause from some deputies encouraged him to come to his senses . In reaction to this attitude of the Head of Government, The Morning of Algeria was not tender: “A Prime Minister does not cry because the country is in crisis. He finds solutions or he resigns. When you lead a country, you are not in the affect, but in the responsibility”, wrote Friday the media. […]

  4. Il devrait , s’il était vraiment sincère pleurer sur le sort des 300 prisonniers innocents qui n’ont ni voler, ni casser, ni détruit, qui sont injustement incarcérés et éloignés de leur famille et leurs enfants sans aucun respect de la loi.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le vandale de la statue de la fontaine Aïn El Fouara arrêté

  L'auteur de l'agression de la statue de la fontaine Ain El Fouara à Sétif, dans la nuit du 2 décembre 2022, a été déféré...

Les plus populaires

Commentaires récents