16 juin 2024
spot_img
AccueilA la uneProcès d’El Kadi Ihsane : lourd réquisitoire du procureur 

Procès d’El Kadi Ihsane : lourd réquisitoire du procureur 

El Kadi Ihsane
Le procès d’El Kadi Ihsane est celui de la presse libre

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé un lourd réquisitoire à l’encontre d’El Kadi Isane, à l’issue du procès qui s’est tenue aujourd’hui 26 mars 2023 et qualifié de « houleux » par les observateurs. 

Ne nous méprenons pas. Le procès du journaliste El Kadi Ihsane est aussi et surtout celui de ce qui reste de la presse libre et impertinente.

Enième jour sombre pour les libertés et l’Etat de droit en Algérie. La justice est encore une fois passée à côté du tribunal de Sidi M’hamed pour laisser place à l’arbitraire le plus cynique. Ultime arme face à un tribunal, décidé à répondre aux ordres des décideurs, la défense d’El Kadi Ihsane a fait le choix difficile de se retirer de l’audience. Le prévenu a refusé, lui aussi avec courage et détermination, de répondre aux questions du tribunal pour protester contre l’absence de conditions requises pour un procès équitable ainsi que du traitement de l’affaire depuis son arrestation.

Une position  « exprimée la veille de son procès, par  le journaliste El Kadi Ihsane qui a tenu à partir de sa cellule, à la prison d’El Harrach, de réitérer sa position, déjà tenue le 12 mars 2023, la date initiale prévue de son procès avant son report, d’observer le silence lors de son déroulement.

« Ses avocats ont également rappelé leur position de principe de boycott de l’audience et cela, à cause de l’absence des conditions d’un procès équitable en s’appuyant sur les violations flagrantes constatées et commises à l’endroit du journaliste et à son droit à la défense tout au long de la procédure، depuis son arrestation jusqu’à son emprisonnement », signale la Cnld.

- Advertisement -

Détenu à la  prison d’El Harrach depuis la fin de décembre 2022, le journaliste et directeur de Radio M., El Kadi Ihsane a bénéficié d’un non-lieu partiel décidé par le juge d’instruction près de ce tribunal, en abandonnant les charges criminelles et ne retenant que le délit en lien avec les articles 95 et 96 du code pénal.

« Son procès prévu le 12 mars 2023 a été reporté afin de permettre son extraction et la présence de toutes les parties impliquées dans le dossier. Il ne s’attendait pas qu’il allait être jugé via Skype et il a fait savoir à la juge :  » je ne m’attendais pas que j’allais être jugé à distance, mais je vous réitère ma décision de boycotter le procès et de faire grève de parole » car les conditions de la tenue d’un procès équitable ne sont pas réunies, rappelle  la même source.

Les avocats d’El Kadi Ihsane dénoncent la propagande du gouvernement

Aujourd’hui et à l’issue de sa plaidoirie,  le représentant  du ministère public a requis  5 ans de prison ferme et 700 000 DA  d’amende, à l’encontre du journaliste, une demande assortie de  la confiscation de ses biens et fonds ainsi que 5 années de privation de toute fonction publique en relation avec les motifs de la poursuite judiciaire. Une amende de dix  millions de DA a été requise à l’encontre d’Interface media, la société dirigée par El Kadi Ihsane, avec confiscation des biens et matériels.

En clair, ce procès est prévu pour faire taire ce groupe de média et par-là même son directeur El Kadi Ihsane. Et avec ça, Fakhamatouhou Tebboune vous dira que la presse est libre en Algérie et qu’aucun journaliste ne croupit en détention.

Yacine K.

 

3 Commentaires

  1. Qu’a donc fait ce journaliste pour toute ces condamnations?Il a commis le pire des crimes en Algérie,celui de ne pas caresser le pouvoir dans le sens du poil.

  2. Conditions d’un procès équitable et justice algérienne: deux notions on ne peut plus antinomiques. Un acharnement qui met à nu le désarroi d’un régime aux abois qui n’a plus pour seul et unique argument que le recours aveugle à la répression tous azimuts. L’effet boomerang n’en sera que plus violent. Ce jour-là, l’on demandera des comptes à ce lehasse de procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed et à tous ses semblables et leurs maîtres. Vous ne perdez rien pour attendre ya ouled lehram!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

La bourde de Nathalie Saint-Cricq sur France2

Nathalie Saint-Cricq fait partie de cette légion d'analystes faiseurs d’opinion qui professent pour leur clan sur les chaînes publiques. Ici c’est pendant le journal...

Les derniers articles

Commentaires récents