18 mai 2024
spot_img
AccueilMise en avant"Qatargate"/"Marocgate" : Visentini, le patron mondial des syndicats, limogé

« Qatargate »/ »Marocgate » : Visentini, le patron mondial des syndicats, limogé

Parlement européen

Ce samedi 12 mars, le syndicaliste italien Luca Visentini, impliqué dans l’enquête pour corruption au Parlement européen, a été démis de son poste de secrétaire général de la Confédération syndicale internationale (CSI), a annoncé l’organisation dans un communiqué. 

Ce 12 mars 2023, le Conseil général de la CSI a « décidé que Luca Visentini n’avait plus sa confiance en tant que secrétaire général ». Un « Congrès mondial extraordinaire » sera organisé « dès que possible en vue d’élire un nouveau secrétaire général » à la tête de l’institution, précise le communiqué. « Les événements des derniers mois ont considérablement nui à la réputation de la CSI. Des leçons importantes ont été tirées (…) Nous sommes déterminés à protéger la CSI de toute forme d’influence indue, et même de tout soupçon d’influence », a commenté Akiko Gono, le président de l’organisation.

Comment le Qatar et le Maroc ont infiltré le Parlement européen

Versement en espèces

Les bras tentaculaires de l’influence marocaine et qatarie dans les institutions européennes commencent à se révéler. Luca Visentini avait été interpellé en décembre 2022 dans l’enquête belge sur des soupçons de corruption d’eurodéputés impliquant le Qatar et le Maroc, puis libéré sous conditions après deux jours de garde à vue.

L’Italien de 54 ans avait reconnu fin décembre avoir reçu un versement en espèces « un don de moins de 50 000 euros » de la part de l’ONG Fight Impunity dirigée par son compatriote, l’ancien eurodéputé Pier Antonio Panzeri, considéré comme l’un des suspects clefs du dossier. M. Visentini avait cependant assuré que ce don n’était lié à aucune tentative de corruption ou trafic d’influence au profit du Qatar, mais était destiné rembourser certains coûts générés par sa campagne pour prendre la tête de la CSI.

- Advertisement -

Il avait été élu en novembre à la tête de l’organisation, avant d’être suspendu de ses fonctions le 21 décembre par l’organe de direction de la CSI. La CSI a indiqué, samedi 11 mars, réfléchir à ajouter à ses statuts « d’éventuels amendements sur le financement des campagnes pour les élections à la direction » de la confédération.

Trois personnes en détention provisoire

La CSI, qui fédère 338 syndicats dans 168 pays et territoires à travers le monde, assure cependant « n’avoir trouvé aucune preuve de dons du Qatar ou du Maroc influençant ses politiques ou ses programmes ».

Trois personnes sont actuellement en détention provisoire en Belgique dans le cadre de l’enquête ouverte par la justice belge sur des soupçons d’ingérence du Qatar et du Maroc dans les prises de position du Parlement européen, moyennant des versements en cash qui transitaient par Pier Antonio Panzeri.

Lors d’une première vague d’interpellations et de perquisitions le 9 décembre à Bruxelles, les enquêteurs avaient mis la main sur 1,5 million d’euros en espèces répartis dans des sacs ou des valises. Le Qatar et le Maroc ont fermement nié – ces trois derniers mois – être à l’origine d’une quelconque corruption.

Avec AFP

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents