10 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeRéponse à M. le Ministre Boukrouh

Réponse à M. le Ministre[i] Boukrouh

Débat

Réponse à M. le Ministre[i] Boukrouh

Cette présente est une réaction à la contribution de Noureddine Boukrouh publiée sur notre portail. 

« J’espère que cette atroce douleur que me cause la lecture forcée du texte vicié de M le Ministre Boukrouh ne m’empêchera pas d’aller au bout de la rédaction de ces quelques notes en guise de réponse.

En dehors du noyau Bennabiste de cet écrit, y a-t-il quelque chose d’intéressant à retenir ? Sincèrement je ne vois pas. D’abord l’auteur invente une énigme là où il n’y en a point. 2968, renvoie à une date qui figure dans l’ancien testament[ii], celle-ci atteste des faits militaires du pharaon d’origine Amazigh sheshonq / Schischak (Chachnaq). Elle a été choisie comme point de départ d’une datation Amazighe par le militant Amar Neguadi. Choix auquel il a abouti en 1980.

- Advertisement -

L’objet de l’initiative de Neguadi est de contrecarrer le négationnisme officiel, l’occultation du fait Amazigh[iii][iv]. Le choix de Neguadi pour volontariste qu’il est n’est pas pour autant arbitraire. Devant les prétentions à faire démarrer notre histoire avec l’arrivée des razzieurs Omeyyades[v], il s’est chargé d’une recherche où l’écrit biblique lui est apparu comme la première référence historique aux Amazighs. C’est cela qui a déterminé son choix. Il n’a pas prétendu découvrir une datation ; il l’a établie en expliquant son choix. Et, nous l’avons adoptée en connaissance de cause. Cela cause un problème à M Boukrouh ? Tant pi.

M Boukrouh fait semblant d’être accablé par la modestie de la présence des Amazighs dans l’Histoire, il s’avance même à dire qu’ils en sont absents !! Mais ce n’est là qu’un faux semblant. Son but réel est d’inventer les bases de validation de la pensée de son maître. Le procédé est simpliste mais peut prendre à défaut bien des gens avertis. En somme, il est entre l’auto validation des pensifs Bennabistes et le recyclage de la pensée du parti unique fln en la matière.

Ainsi notre passé serait seulement peuplé par l’histoire des Romains, des Arabes, des Ottomans et des Français. Nous serions donc absents de notre propre passé !! Comme il dit avoir fait une recherche dense et fouillée, je ferais semblant, comme lui le fait, de croire qu’il n’a rencontré aucune trace des Royaumes de Tahert, de Tlemcen, d’Achir, de Tunis, …. des Dynasties Nord-africaines Al-Moahade et Al-Moravide, du califat du Caire, ceci pour rester dans un registre auquel il est sensible.

Le jeu de M Boukrouh est malsain et sa démarche aussi sournoise que fourbe. Il nous voudrait une histoire à l’exclusion de celle des autres peuples alors que la nôtre est en interaction avec celles de tous nos voisins. Est-ce pour cela qu’elle serait moins grande et moins glorieuse ?

Plutôt que de méditer sur Yennayer en inventant des énigmes dont la réponse est déjà connue de tous, M Boukrouh devrait se consacrer à réfléchir à son passé[vi] de scribe du parti unique qu’il a couronné par l’appartenance à un gouvernement qui a tiré sur sa jeunesse. Mais, peut-être que cette jeunesse, sans passé ni histoire, était, elle aussi, “assassinable” ? C’est ce genre de penser qui doivent apaiser la conscience de M Boukrouh et tranquilliser quelque peu ses nuits .

M. B.

Renvois

[i] Il n’y a là nul sarcasme, les usages font qu’il faut s’adresser à une personne en mentionnant son plus haut titre ou sa plus haute fonction.

[ii] Livre des Rois- Chapitre 14 – « 25 La cinquième année du règne de Roboam, Schischak, roi d’Egypte, monta contre Jérusalem.26 Il prit les trésors de la maison de l’Eternel et les trésors de la maison du roi, il prit tout. Il prit tous les boucliers d’or que Salomon avait faits. »

[iii] Lequel négationnisme, notons-le, suinte entre les lignes du texte M Boukrouh.

[iv] En l’absence d’un récit national actualisé, cet objet garde sa validité.

[v] L’histoire officielle attribue aux Omeyyades la propagation de l’Islam en AFN, alors qu’il a été le fait de leurs détracteurs et opposants.

[vi] Personne n’est sans passé et encore moins sans histoire.

Auteur
Mohand Bakir

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

2 ans de prison pour Aït Chebib et 4 ans pour Amarkhodja

A 22h32, les avocats terminent leurs plaidoiries. Ils demandent de juste la relaxe ! Le juge écoute le dernier mot des prévenus Hamou Boumedine,...

Les plus populaires

Commentaires récents