26 septembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueSaïd Bouhadja destitué, Mouad Bouchareb élu, et après ?

Saïd Bouhadja destitué, Mouad Bouchareb élu, et après ?

DECRYPTAGE

Saïd Bouhadja destitué, Mouad Bouchareb élu, et après ?

Le président de l’APN, Saïd Bouhadja, a été destitué et son successeur, Mouad Bouchareb, intronisé au perchoir. Mais ce n’est pas fini, cette rocambolesque opération n’étant que le prélude de choses sérieuses qui vont bientôt commencer.

Un clan plus puissant qu’un autre a gagné la bataille de la destitution du président de l’APN, certes, mais tout porte à croire que la guerre sera longue et que l’enjeu demeurera soigneusement caché au commun des Algériens, jusqu’au bon moment. Du coup, tout le monde se demande de quoi sera faite la prochaine étape.

Dans la rue, les spéculations vont bon train, et chacun y va de ses propres prévisions, pas forcément objectives. D’aucune soutiennent mordicus que le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, est en train de créer une situation à même de lui permettre de se maintenir au pouvoir sans passer par des élections présidentielles « normales ».

Abdelaziz Bouteflika aurait besoin, selon eux, d’un temps additionnel pour terminer tous ses projets, dont celui qui lui tient à cœur, la grande mosquée d’Alger, mais pas seulement. Il voudrait aussi envoyer à la retraite d’autres gradés pour avoir la mainmise sur une succession qui s’annonce problématique.

- Advertisement -

L’enjeu semble être de taille, et le temps presse. Sinon, les députés de la majorité parlementaire n’auraient jamais osé franchir le pas, celui de cadenasser, au su et au vu du monde entier, la porte d’entrée du siège de l’assemblée populaire nationale.

Autres temps, autres mœurs. Par le passé, c’est à Ahmed Ouyahia qu’on faisait appel pour les sales besognes. Dorénavant, c’est aux députés de la majorité parlementaire qu’incombera cette tâche, apparemment. Ils doivent bien mériter le salaire mirobolant qu’on leur donne !

Ne pouvant dire non pour les raisons citées plus haut, ces députés seront donc capables du pire, comme par exemple devenir des avaleurs de grosses couleuvres. Leurs prédécesseurs n’ont-ils pas violé la constitution en faisant sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels, avant de lui redonner une seconde virginité en rétablissant à deux le nombre de mandats ?

Maintenant, les Algériens retiennent leur souffle et attendent avec impatience de connaître la mission spéciale qu’on confiera au nouveau président de l’APN, Mouad Bouchareb, et à ses troupes. Une mission impossible ? Attendons pour voir !

Auteur
Ahcène Bettahar  

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’Algérie : du hammam turc à la douche écossaise !

Avant la naissance de l’entreprise, le gestionnaire « romantique » brasse des idées, fait des promesses et entre en transe. Ce sont les premières...

Les plus populaires

Commentaires récents